Attention, la mort guette dans les récipients vides!

Attention, la mort guette dans les récipients vides!

  • N'exécutez jamais des travaux (soudures, etc.) pouvant produire des étincelles ou des flammes sur des fûts usagés.
  • Les récipients usagés peuvent contenir des mélanges explosibles pouvant brusquement s'enflammer lorsqu'ils se trouvent en contact avec des étincelles.
  • Si vous devez néanmoins effectuer des travaux (soudures, etc.) sur un récipient usagé, vous devez d'abord vider celui-ci de manière complète.
  • Nous vous indiquons comment nettoyer correctement un récipient et comment en chasser l'air à l'intérieur de ce dernier lors de travaux produisant des étincelles et des flammes.

De graves explosions se produisent encore trop souvent lors des opérations de soudage, coupage, brasage, meulage ou autres travaux pouvant produire des étincelles ou des flammes lorsqu’ils sont exécutés sur des récipients (fûts, bidons, réservoirs à essence).

Risques d’explosion

En vidant les récipients des substances liquides inflammables qu’ils contiennent, il y subsiste toujours des résidus et des vapeurs, qui, combinés avec l’air, sont susceptibles de former des mélanges explosibles.

  • L’inflammation peut être provoquée par: des flammes (par ex. chalumeaux, allumettes), des étincelles (par ex. électricité, coupage, meulage), des températures de surface élevées (à partir de 220°C).
  • Quelques exemples de substances liquides inflammables: essence, acétone, toluène, pétrole, huiles, alcools, alcool à brûler, nitrodiluant, vernis
    De faibles quantités de ces substances suffisent pour qu’il y ait un risque d’explosion. Par exemple, dans un fût de 200 li tres, il ne faut pas plus de: 7 g d’essence, 10 g de nitrodiluant, 10 g de toluène, 11 g d’acétone, 13 g d’alcool à brûler. Soit environ 1 à 2 cuillerées à soupe de liquide.

Comment prévenir le risque d’explosion?

Il ne faudrait en principe jamais effectuer des travaux produisant des étincelles ou des flammes sur des récipients usagés. Les travaux de réparation et de transformation sur des récipients usagés sont déconseillés: le risque d’explosion est beaucoup trop grand!

Si de tels travaux sont néan moins entrepris, il convient tout d’abord de vider complètement le récipient, puis de procéder selon l’une des deux méthodes suivantes pour écarter le danger d’explosion.

Le récipient peut être nettoyé de la manière suivante:

  • par rinçages répétés et intensifs, en ajoutant des produits de nettoyage courants, disponibles dans le commerce.

Ou:

  • par rinçage à la vapeur pendant 10 minutes au moins (fig. 1). Les vapeurs qui sortent doivent être évacuées en toute sécurité. Il faut assurer un flux de vapeur pendant toute la durée des travaux de soudage, de coupage, etc.
Rinçage à la vapeur d’un récipient

Fig. 1 Rinçage à la vapeur d’un récipient

1 Récipient
2 Bonde
3 Tuyau d’insufflation
4 Conduite

 

En remplissant le récipient avec de l’eau. Seul un petit espace doit rester libre à l’endroit de la soudure (fig. 2).

En remplissant le récipient avec un gaz inerte tel que l’azote ou le gaz carbonique (carboglace). Les vapeurs qui sortent doivent être évacuées en toute sécurité.

Remplissage de protection avec de l’eau

Fig. 2 Remplissage de protection avec de l’eau

1 Récipient (fût)
2 Eau
3 Point de soudure
4 Espace libre avec ouverture d’aération

Indications sur le remplissage avec du gaz inerte

On obtient une atmosphère inerte efficace dans le récipient lorsque la quantité de gaz in erte introduite équivaut au double du volume du contenant.

 
Remplissage d’azote (fig. 3)

La quantité d’azote prélevée d’une bouteille de gaz sous pression peut être calculée en multipliant le contenu de la bouteille (litre) par la différence de pression (bar) indiquée sur le manomètre.

Exemple:
Contenu de la bouteille: 40 litres
Différence de pression: 10 bars
Quantité de gaz libéré: 40 x 10 = 400 litres

Pour purger et remplir un fût d’une contenance de 200 litres, il faut 400 litres d’azote, ce qui implique que pour une bouteille de 40 litres d’azote, la pression devra tomber de 10 bars avant de pouvoir commencer les travaux produisant des étincelles ou des flammes. Pendant toute la durée du travail, il faudra constamment introduire une petite quantité d’azote supplémentaire dans le récipient. En cas d’utilisation d’azote, le récipient ne doit présenter aucune ouverture dans sa partie supérieure.

Remplissage de protection avec de l’azote

Fig. 3 Remplissage de protection avec de l’azote

1 Récipient
2 Bouteille d’azote
3 Mano-détendeur
4 Bonde
5 Tuyau d’insufflation

 
Remplissage de gaz carbonique (CO2)

Le gaz carbonique ne convient que sous forme de carboglace. Avant de débuter les travaux, il faut introduire, pour un récipient d’un volume de 200 litres, 0,4 kg de carboglace en petits morceaux. Pour compenser les pertes de gaz, il faut de temps à autre ajouter de la carboglace, afin de préserver l’atmosphère inerte pendant les travaux produisant des étin celles ou des flammes. Pour un fût de 200 litres, il faut compter environ 1 kg de carboglace. En cas d’utilisation de carbo glace, le récipient ne doit présenter aucune ouverture dans sa partie inférieure. La carboglace a une température d’environ –78°C. Il convient de porter d’épais gants de protection afin de prévenir les gelures ainsi que des lunettes de protection lorsqu’on la réduit en petits morceaux.