A partir d’une profondeur de 1,50 mètre, les fouilles doivent être étayées correctement.

Le danger des fouilles

  • La préparation des travaux est un point crucial pour éviter les accidents dans les fouilles et les terrassements.
  • A partir d’une profondeur de 1,50 mètre déjà, les fouilles et les terrassements doivent être correctement sécurisés.
  • La liste de contrôle de la Suva fournit tous les points importants à respecter.

Les fouilles - destinées à la réalisation des fondations, au dégagement des volumes des sous-sols ou à la pose de canalisations - peuvent être à l’origine d’accidents graves lorsque les normes de sécurité ne sont pas respectées: rappel de quelques principes incontournables.

Chantier de construction, excavation au travail, gravier
A partir d’une profondeur de 1,50 mètre, les fouilles doivent être étayées correctement.

Les risques qui entourent les travaux dans les fouilles sont multiples: effondrement des parois, chute dans la fouille et présence d’engins de chantier en sont les principaux. La Confédération a posé les bases légales pour un travail en sécurité dans ce domaine. La Suva et le Bureau pour la sécurité au travail rappellent quelques règles basiques de sécurité pour permettre aux ouvriers de rentrer chez eux en bonne santé en fin de journée.

La principale base légale qui ancre la bonne pratique en matière de sécurité lors de fouilles ou de travaux de terrassements se trouve dans l’Ordonnance sur la sécurité et la protection de la santé des travailleurs dans les travaux de constructions (Ordonnance sur les travaux de construction, OTConst, chap. 5, art. 55 à 59).

OT Const., Chapitre 5 Fouilles, puits et terrassements   

Art. 55 Généralités  

Art. 56 Talus  

Art. 57 Etayages  

Art. 58 Consolidation du sol  

Art. 59 Assainissement de parois  

La Suva a publié des règles vitales pour la plupart des activités du secteur de la construction. Pour les travaux de fouilles, ce sont les neuf règles vitales du secteur génie civil et travaux publics qui s’appliquent et notamment la règle n°8.

  1. Planifier les travaux.
  2. Se protéger du trafic.
  3. Voir et être vu.
  4. Garder le contact visuel.
  5. Respecter les consignes d’utilisation des engins de chantier.
  6. Déplacer correctement les charges.
  7. Installer des accès sûrs.
  8. Sécuriser les fouilles et les terrassements.
  9. Porter les équipements de protection individuelle.

 

En appliquant systématiquement les différentes règles vitales, chacun contribue à renforcer la sécurité au poste de travail. En cas de non-respect des règles vitales, il est impératif d’interrompre le travail et de procéder à la mise en œuvre ou au rétablissement des conditions de sécurité requises. Ce n’est qu’ensuite qu’il sera possible de reprendre le travail.

En savoir plus: 

Le Bureau pour la Sécurité au Travail propose une affichette présentant les 10 points principaux à retenir lors des travaux de fouilles.

1. Préparation du travail 

La méthode de construction (fouille ouverte ou étayée) doit être choisie avant le chantier, afin de préparer le matériel nécessaire en quantité suffisante et d’en disposer en temps voulu. On ne doit pas descendre dans les fouilles de plus de 1.5 m de profondeur qui ne sont ni talutées, ni étayées. En cas de problème, il faut suspendre les travaux dans le secteur, sécuriser la zone, commander et chercher immédiatement le matériel nécessaire.

2. Fouilles peu profondes ou en terrain instable 

Lorsque l’on rencontre un terrain de mauvaise qualité, même une fouille de moins de 1,5 mètre de profondeur peut être instable et dangereuse (ensevelissement d’une partie du corps et blocage de la circulation sanguine). Lorsque le terrain est instable (mauvaise qualité du sol, terrain remanié) ou qu’il est rendu instable (terrain détrempé, venue d’eau, gel/dégel, surcharge), il faut soit taluter, soit étayer, même si la fouille a moins de 1.5 m de profondeur.

3. Identifier les tracés des services 

Le contremaître doit informer les travailleurs sur le tracé des services qu’ils peuvent trouver sur le terrain (électricité, gaz, eau sous pression, etc.) et le terrain doit être marqué. Si ce n’est pas fait, il faut demander des infos complémentaires au technicien ou conducteur de travaux. Les dégâts aux services peuvent être très dangereux et coûter très cher

4. Danger lors du croisement avec des fouilles antérieures 

Lorsqu’une fouille doit être faite en chevauchement avec une autre ou lorsqu’elle la croise avec un angle aigu, les risques d’éboulement sont élevés, particulièrement si l’on doit passer dessous les conduites existantes. Il faut alors soit coucher le talus, soit étayer la section concernée (boisage, palplanches légères, …). Les conduites suspendues existantes doivent être assurées.

5. Attention aux arrivées d’eau inattendues

Les fouilles existantes fonctionnent parfois aussi comme tranchée de drainage et peuvent amener un risque de poche d’eau et des eaux stagnantes. Un pompage et un étayage local peuvent être nécessaires.

6. Respecter la distance imposée par la surcharge due aux machines 

Aucune machine (pelle, dumper, camion, etc.) ne doit se situer à moins de 1 mètre du bord de la fouille si celle-ci n’est pas étayée. La surcharge (poids de la machine et de sa charge) peut entraîner un éboulement. Il faut donc choisir la machine adéquate et respecter cette distance minimale.

7. Précautions lors de fouilles à travers les voies de circulation 

Les fouilles à travers les voies de circulation doivent aussi être étayées en tenant compte du terrain, du trafic et de la météo. La surface de roulement et les passages doivent être créés par la pose de plaques d’acier

8.  Accès sûrs au fond de la fouille

Il ne faut pas déstabiliser les étais en les escaladant, l’accès au fond de la fouille doit être assuré par une échelle fixée et dépassant de 1 mètre le terrain ou par un escalier. Pour une fouille talutée, idéalement par un escalier. Ces moyens d’accès doivent être déplacés au fur et à mesure de l’avancement des travaux, ne doivent pas déstabiliser les étayages et toujours être dans une zone sécurisée, donc hors d’accès du godet.

9. Ergonomie dans les cellules de fouilles 

Les petites fouilles et les cellules de fouille doivent aussi être sécurisées par des méthodes adéquates (boisage, palplanche légères, coussins, etc.). Le matériel nécessaire doit être prévu et installé au fur et à mesure. Pour les cellules de fouille, la largeur de la cellule doit tenir compte du confort des travailleurs et du mode d’enlèvement des gravats. Dans le trafic, il faut aussi prévoir une signalisation et au besoin une protection de la zone de travail.

10. Choisir la bonne méthode pour les travaux sur des conduites en fibrociment

Les anciennes conduites ciment contiennent souvent de l’amiante (fibrociment). Ces conduites ne doivent être ni tronçonnées, ni meulées, il faut les écraser avec le godet sous un arrosage fixe. A l’exception du machiniste, dans la mesure du possible, aucune personne ne doit se trouver à proximité. Les personnes qui se trouvent dans la zone de danger et se trouvent en contact avec ces déchets, doivent porter des habits de protection comme des combinaisons (overall) et un masque P3, ainsi que les autres EPI obligatoires. Les déchets contenant de l’amiante doivent être éliminés à part. Ils ne doivent pas être recyclés, mais doivent aller en décharge pour matériaux inertes.

Enfin, la liste de contrôle de la Suva permet de vérifier que l’ensemble des mesures de sécurité ont été prises pour assurer la sécurité des ouvriers sur les chantiers lors de travaux de fouilles.

Liste de contrôle: Fouilles et terrassements 67148.f