Retraite de Claudia Pletscher, cheffe de division et médecin-cheffe de la médecine du travail

La Dre Claudia Pletscher a pris sa retraite le 1er octobre 2020. Elle avait débuté sa carrière à la Suva il y a vingt ans au poste de médecin du travail pour la région de Bâle. En 2008, elle s’était hissée à la direction du secteur prévention de la médecine du travail, et en 2012, elle avait été nommée médecin-cheffe de la division médecine du travail de la Suva.


Claudia Pletscher est née en 1957. À l’époque, son père était pasteur à Auenstein AG, puis il a emmené toute sa petite famille à Dietikon ZH. Claudia Pletscher est entrée à l’Université de Zurich pour étudier la médecine en 1977.

À la fin de ses études, en 1983, elle a obtenu le titre de docteur en médecine en soutenant une thèse sur les amputations au niveau des hanches à la clinique universitaire orthopédique Balgrist, à Zurich. De 1985 à 1993, elle a occupé divers postes de médecin-assistant en chirurgie et médecine interne à l’hôpital cantonal de Glaris, au service pédiatrique de l’hôpital cantonal de Münsterlingen et au centre médical de Bad Ragaz. Une fois son titre FMH en médecine interne générale en poche, elle a ouvert son propre cabinet de médecin de famille à Murg, au bord du Walensee, dans le canton de Saint-Gall. Elle aime évoquer cette période passionnante, mais aussi éprouvante. Parmi les particularités de son activité, par exemple, elle assurait également un service d’urgence à Quinten, sur la rive opposée du lac – et il faut savoir que Quinten n’est accessible qu’en bateau.


En 2000, Claudia Pletscher a décidé de relever un nouveau défi en rejoignant la Suva en qualité de médecin du travail. Elle a assumé à ce titre la responsabilité de la région de Bâle, où sont installées les plus grandes entreprises chimiques et pharmaceutiques de Suisse. Exposé à de nombreuses substances potentiellement dangereuses, le personnel de ces entreprises est soumis à un examen régulier auprès des services de prévention en médecine du travail de la Suva. Claudia Pletscher a ainsi acquis des connaissances approfondies sur la prévention, le monitoring biologique, la toxicologie et l’utilisation des valeurs limites. En Suisse, les valeurs limites d’exposition aux postes de travail sont fixées par la Suva (en accord avec la Commission des valeurs limites de suissepro). Claudia Pletscher s’est particulièrement intéressée à ce domaine de spécialisation et elle était responsable du dossier des valeurs limites jusqu’en 2011. Elle a également accédé à un siège officiel au sein de la Commission suisse des valeurs limites. Elle a régulièrement échangé à ce sujet avec les instances compétentes pour les valeurs limites dans plusieurs pays voisins. En 2004, elle a décroché le titre de médecin spécialiste en médecine du travail, en complément à sa formation initiale en médecine générale, en exerçant simultanément sa fonction de médecin du travail.

En 2008, Claudia Pletscher a accédé à la direction du secteur prévention de la médecine du travail, où elle a pu mettre utilement à profit son expérience de la prévention dans le secteur de la chimie. La prévention en médecine du travail a pour objectif d’identifier à un stade précoce et de prévenir les maladies dues au travail, de déterminer les facteurs de risque individuels et d’évaluer l’aptitude des travailleurs à exercer certaines activités. L’organisation des examens des travailleurs requiert une logistique sophistiquée, car les services de prévention en médecine du travail de la Suva s’occupent de plusieurs milliers d’entreprises et de travailleurs. Lorsque Claudia Pletscher est arrivée à la tête de ce secteur, le papier occupait encore une place de premier rang dans les processus de travail. Un gestionnaire devait ainsi encoder manuellement sur ordinateur tous les formulaires remplis par les médecins. La numérisation de ces opérations et la création d’un portail électronique pour les entreprises, les analyses de monitoring biologique et les médecins prophylactiques constituaient un enjeu majeur, que Claudia Pletscher a maîtrisé avec brio.


Fin 2012, Claudia Pletscher a été nommée médecin-cheffe de la médecine du travail, succédant à Marcel Jost. Outre le secteur prévention de la médecine du travail qu’elle dirigeait précédemment, la division médecine du travail comprenait alors les secteurs médecins spécialistes, audiométrie et support, y compris les laboratoires.

 
Dès sa prise de fonction de médecin-cheffe, Claudia Pletscher s’est attelée à la mise en œuvre du programme de dépistage par TDM destiné à la détection précoce du cancer du poumon chez les personnes ayant été exposées à l’amiante. Avec une tomodensitométrie à faible dose, les altérations en cause peuvent souvent être mises en évidence à un stade où elles sont encore curables. Même s’il est beaucoup moins fréquent que le cancer du poumon, un mésothéliome pleural malin (cancer de la plèvre) peut également se développer à la suite d’une forte exposition à l’amiante. Aucun traitement curatif n’existe encore pour cette pathologie et plus de 100 personnes y succombent chaque année en Suisse. Un fonds d’indemnisation a été constitué au profit des patients atteints d’un mésothéliome (ou de leurs survivants) pour lesquels l’assurance-accidents ne peut intervenir. Claudia Pletscher a représenté la Suva dans les travaux préparatoires qui y ont mené.

 
Après la numérisation des processus principaux de la prévention en médecine du travail, d’autres nouveautés restaient à intégrer dans ce secteur. Différents programmes de prévention ont été mis en place, certains ont été rationalisés et d’autres complétés par des sondages en ligne. Font également parti de cette nouvelle approche la réorientation du concept de la prévention des lésions de l’ouïe. Une autre étape était franchie avec la mise en service de trois audiomobiles à la pointe de l’état de la technique, en remplacement de l’ancienne génération d’automobiles qui avait servi pendant 30 ans.

 
Un autre projet d’envergure a résidé dans l’intégration des maladies professionnelles de l’appareil locomoteur dans la division médecine du travail. Auparavant, ces maladies étaient pour la plus grande partie évaluées par les médecins de la division médecine des assurances. Claudia Pletscher s’est battue pour que les maladies professionnelles affectant le système musculo-squelettique, ainsi que les contraintes correspondantes au poste de travail, soient traitées par des médecins du travail.

 
Dès 2003, Claudia Pletscher s’est engagée pendant environ 10 ans au Comité de la Société suisse de médecine du travail SSMT. Sous sa casquette de médecin-cheffe, elle a enseigné la médecine du travail à l’Université de Berne et elle a été membre de la commission d’examen pour l’examen de médecin spécialiste. Elle a été la porte-parole de la médecine du travail au sein de l’organe de gestion du département protection de la santé de la Suva et de la Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST. Sur la scène internationale, elle s’est impliquée dans l’Association internationale de la sécurité sociale AISS, section chimie.

 
Le tout dernier thème, et non des moindres, auquel Claudia Pletscher s’est consacrée en tant que médecin-cheffe et cheffe de division a trait aux mesures qui ont dû être instaurées en réaction à la crise du Covid-19. Elle part d’ailleurs à la retraite au cœur de cette période mouvementée.

 
La Direction de la Suva remercie Claudia Pletscher de son travail remarquable pour la médecine du travail à la Suva. Nous lui souhaitons une bonne santé et de nombreuses randonnées somptueuses dans cette Engadine qu’elle aime tant.

Edith Müller Loretz, membre de la direction de la Suva