Une personne accidentée est transportée dans une ambulance.

Chute mortelle depuis une plateforme de bétonnage

  • La rupture du platelage d’une plateforme de bétonnage cause la chute de deux ouvriers.
  • La plateforme présentait de graves défauts de sécurité.
  • Pour éviter l’accident, il aurait suffi de respecter les règles vitales spécialement destinées à la branche du bâtiment.

Un platelage défectueux provoque la chute de deux ouvriers

Deux ouvriers chargés de bétonner la façade d’un immeuble en construction sont juchés sur un échafaudage à console composé de deux plateaux et fixé au coffrage à 2,75 m du sol.

Soudain, l’une des planches se rompt sous le poids des hommes, qui sont précipités dans le vide. Si l’un d’entre eux survit à la chute sur le sol en béton, son collègue, grièvement blessé à la tête, décède sur place.

Plateforme de bétonnage sans protection latérale
C’est depuis cette plateforme défectueuse que les deux ouvriers ont lourdement chuté sur le sol en béton.
Tout le monde remarque les défauts, mais personne ne réagit

Lors du montage du platelage, le contremaître avait déjà remarqué qu’une partie de l’un des plateaux, déjà utilisé sur un autre chantier, avait été sciée. A cet endroit, le plateau est deux fois moins large qu’ailleurs. Il était donc évident qu’il ne supporterait pas le poids des deux hommes.

Et pourtant, les ouvriers se sont mis au travail sans en tenir compte: une erreur fatale qui a coûté la vie à l’un d’entre eux. Cinq minutes auraient suffi pour remplacer le plateau endommagé.

La plateforme de bétonnage utilisée présentait d’autres défauts graves.

  • Le coffrage n’était pas tenu par des étais de réglage conformes aux prescriptions du fabricant, mais par des étais simples.
  • La protection latérale requise pour tous les travaux effectués à cette hauteur n’avait pas été installée.
Le plateau cassé avait été partiellement scié.
Le plateau cassé (largeur: 28 cm) avait été partiellement scié (évidement: 12 x 16 cm).
Plateforme de bétonnage sécurisée
Coffrage avec une plateforme de bétonnage conforme aux prescriptions de sécurité
Non-respect des règles vitale

Le respect des règles vitales spécialement destinées à la branche du bâtiment aurait permis d’éviter l’accident.

  • Règle 1: Nous sécurisons les zones dangereuses dès 2 m de hauteur de chute.
  • Règle 5: Nous n’utilisons que des échafaudages sûrs et les contrôlons quotidiennement.

En cas de non-respect d’une règle vitale, il faut dire STOP, interrompre le travail en cours et mettre en œuvre ou rétablir les conditions de sécurité requises. Ce n’est qu’ensuite que le travail peut être repris.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Cadres et employeurs
  • Si vous constatez des défauts, faites immédiatement cesser les travaux et mettre en œuvre ou rétablir les conditions de sécurité requises.
  • Installez une protection latérale en trois parties (garde-corps, filière intermédiaire, plinthe) à partir d’une hauteur de chute de 2 m.
  • Contrôlez et entretenez les éléments de l’échafaudage, et éliminez le matériel défectueux.
  • Formez vos collaborateurs au respect des prescriptions de sécurité relatives aux échafaudages.
  • Contrôlez et imposez le respect de ces prescriptions.
Collaborateurs
  • Ne montez jamais sur un échafaudage défectueux. Rétablissez tout d’abord les conditions de sécurité ou avisez votre supérieur et vos collègues.
  • Procédez à un contrôle visuel des échafaudages (platelages, protection latérale, etc.). Ne reprenez le travail qu’une fois tous les défauts éliminés.
  • N’utilisez que des éléments en parfait état pour monter des échafaudages.
  • A partir d’une hauteur de chute de 2 m, ne travaillez jamais sans protection latérale.

Bases légales

  • Ordonnance sur les travaux de construction (OTConst), art. 49  Utilisation et entretie
  • Ordonnance sur les travaux de construction (OTConst), art. 37  Capacités de charge et de résistance
  • Ordonnance sur les travaux de construction (OTConst), art. 15  Utilisation d’une protection latérale
  • Ordonnance sur la prévention des accidents (OPA), art. 25  Capacité de charge