Une personne accidentée est transportée dans une ambulance.

La main arrachée par un transporteur à bande

  • Un collaborateur a vu sa main arrachée alors qu’il passait celle-ci à travers une ouverture non sécurisée sur un transporteur à bande.
  • Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé: il se produit régulièrement des accidents avec des transporteurs à bande.
  • Un contrôle systématique de la sécurité des machines et des instructions de travail pour les travaux de maintenance sur les machines en servicepermet prévenir de tels accidents.

Sa main entraînée par le transporteur à bande

Un collaborateur d’une régie est chargé de préparer une saleuse pour l’hiver dans un centre d’entretien. Dans le cadre de ces travaux, il doit également assurer la maintenance du transporteur à bande de la machine. Alors qu’il fait tourner la bande à vitesse maximale pour en contrôler le bon fonctionnement, il remarque de la crasse près du tambour de renvoi. Afin de l’enlever, il passe la main à travers une petite ouverture latérale du transporteur. Sa main est alors entraînée et immédiatement arrachée. En outre, son bras droit reste coincé, l’empêchant de se libérer et d’arrêter la bande. Ses appels à l’aide restent malheureusement vains, car il est seul dans le centre d’entretien.

Au moyen de son autre main, il parvient finalement à sortir son téléphone portable de la poche de son pantalon et à appeler son supérieur qui travaille non loin de là. Celui-ci alerte les secours tout en venant secourir son collègue. Arrivé sur place, il arrête le transporteur, sectionne la bande pour libérer le blessé et lui prodigue les premiers secours. La main coupée est immédiatement refroidie et remise aux ambulanciers, ce qui permettra plus tard aux chirurgiens de la lui sauver.

L’ouverture n’était pas sécurisée

L’enquête d’accident a établi que l’accidenté avait reçu des instructions de la part de son supérieur et qu’il avait déjà à plusieurs reprises réglé le transporteur à bande de la même façon. Une deuxième personne aurait dû être présente pendant la réalisation des travaux d’entretien sur la machine en marche. De plus, l’ouverture sur le transporteur n’était pas sécurisée: le dispositif de protection était insuffisant.

Les conséquences auraient pu être encore plus graves

Le travailleur a eu beaucoup de chance et a réagi de façon adéquate. On peut imaginer ce qui serait arrivé:

  • s’il avait perdu connaissance
  • s’il n’avait pas eu son téléphone portable sur lui
  • s’il n’avait plus été en mesure de composer le bon numéro
  • si son supérieur n’avait pas correctement alerté les secours, n’avait pas réagi de façon adéquate et n’avait pas su lui prodiguer les premiers secours
De graves défauts sur les équipements de travail anciens

Lors des contrôles effectués dans les entreprises et de l'analyse des déclarations d’accident, les experts en sécurité de la Suva constatent régulièrement que des équipements de travail anciens (p. ex. transporteurs à bande) ne correspondent plus à l’état actuel de la technique et présentent de graves défauts. Cet exemple d’accident montre à quel point les zones d’entraînement des transporteurs à bande, apparemment inoffensives, peuvent être dangereuses. Le risque d'accident est notamment sous-estimé lorsque les bandes tournent relativement lentement.

Contrôler systématiquement la sécurité des machines

Afin de prévenir efficacement les accidents, il est indispensable de contrôler systématiquement la sécurité des machines. Si les collaborateurs de l’entreprise ne disposent pas des connaissances requises, il convient de faire appel à des spécialistes de la sécurité au travail.

Si des travaux comportant des dangers particuliers doivent être réalisés, le personnel concerné doit faire l’objet d’une surveillance appropriée. En cas d’accident, une organisation d’urgence efficace peut jouer un rôle vital.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Cadres et employeurs

  • Dans le cadre de l’identification des dangers, dressez un inventaire complet des transporteurs à bande utilisés dans l'entreprise.
  • Veillez à ce que des dispositifs de protection ou des pièces adéquates empêchent tout accès aux zones d’entraînement des transporteurs à bande.
  • Interdisez à vos collaborateurs de réaliser des travaux de maintenance sur des machines en marche.
  • Si des travaux de maintenance sur des machines en marche doivent impérativement être réalisés, assurez-vous que des mesures adaptées au risque sont prises: surveillance par un collègue, présence d’une autre personne à portée de voix, utilisation d’un équipement personnel de signalement d’urgence, utilisation d’un dispositif de commande spécial pour les conditions de service particulières, etc.
  • Contrôlez l’organisation et les appareils destinés à donner l’alerte, et veillez à ce que vos collaborateurs soient formés pour prodiguer les premiers secours.

Chefs d’exploitation

  • Assurez-vous en permanence du respect des règles relatives à la maintenance et aux travailleurs isolés.
  • Signalez à votre employeur tout défaut constaté sur un transporteur à bande.
  • Elaborez si nécessaire des instructions spécifiques aux travaux de maintenance sur les machines en marche.
  • Formez vos collaborateurs aux mesures de sécurité relatives à la maintenance et expliquez-leur le comportement à adopter en cas d’urgence.

Travailleurs

  • Respectez les consignes de vos supérieurs.
  • Conformez-vous à la notice d’instructions de la machine.
  • Eliminez ou signalez immédiatement tout défaut d’ordre technique ou organisationnel.

Bases légales

Lorsque la saleuse a été mise en circulation (en 1989), c’était le document «Règles générales relatives à la construction, l’équipement, l’installation, l’emploi et l’entretien des machines» qui était déterminant. Selon ce document:

  • tous les éléments de machines en mouvement doivent être conçus ou sécurisés de manière à ne présenter aucun risque d’accident
  • les ouvertures de contrôle doivent être conçues, sécurisées ou disposées de façon à empêcher un contact avec les parties dangereuses de la machine
  • les travaux de réparation et d’entretien ne doivent être exécutés que sur une machine à l’arrêt; si ce n’est pas possible, des mesures de sécurité spéciales doivent être prises pour exclure tout danger

Aujourd’hui, les entreprises qui achètent de nouvelles machines peuvent facilement prouver que celles-ci sont conformes aux règles de sécurité. En effet, selon la loi fédérale sur la sécurité d’installations et d’appareils techniques (LSIT), les responsables de la mise sur le marché de machines doivent fournir aux acheteurs une déclaration de conformité. Ils attestent ainsi que la machine est conforme aux exigences essentielles de sécurité et de santé selon l’annexe I de la Directive européenne relative aux machines 98/37/CE. Le responsable de la mise en circulation est également tenu de remettre à l’acheteur une notice d’instructions dans la langue requise.

Ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), art. 43  Travaux effectués sur des équipements de travail
Les opérations exécutées en conditions de service particulières comme l’ajustage ou le changement de processus de fabrication, la mise au point ou le réglage, l’apprentissage (la programmation), la recherche ou l’élimination des défauts, le nettoyage et les travaux d’entretien, ne doivent être effectuées que sur des équipements de travail dont les dangers ont préalablement été écartés.