Une personne accidentée est transportée dans une ambulance.

Un collaborateur tombe d’un toit en plaques ondulées

  • Alors qu’il exécute des travaux de nettoyage, un collaborateur tombe à travers un toit en plaques ondulées et se blesse grièvement.
  • Il n'utilisepas de passerelle pour se rendre sur le toit, alors que celui-ci n’offre pas des mesures de protection suffisante à la rupture.
  • Afin d'éviter ce type d'accident, il est impératif de prendre des mesures de protection contre les chutes avant de monter sur un toit.
  • Les toits en plaques ondulées n’offrent généralement pas une résistance suffisante à la rupture.

Une plaque ondulée cède sous le poids du travailleur

Un charpentier expérimenté doit nettoyer le toit légèrement incliné d’un abri à véhicules situé à côté d’un atelier. Le toit étant exposé aux intempéries depuis de nombreuses années, certaines de ses plaques ondulées, déjà peu solides, sont de plus en plus fragiles et n’offrent pas une résistance suffisante à la rupture. Avant même de s’atteler à sa tâche, le travailleur est conscient du danger encouru. Il fait donc attention à marcher uniquement sur les plaques supportées par des poutres métalliques ou des lattes de retenue. Mais cela ne suffit pas.

Alors que le charpentier a presque terminé son travail, une plaque cède sous ses pieds. Le malheureux fait une chute à travers le toit et tombe 4,5 m plus bas sur le sol en béton de l’abri à véhicules. Il se fracture le fémur droit.

Une passerelle résistante à la rupture est indispensable

Après l’accident, le charpentier a affirmé avoir probablement posé son pied à côté d’une latte de retenue. Ironie du sort: l’accident s’est produit alors qu’il se retournait pour prendre une planche en bois qu’il souhaitait utiliser comme passerelle afin de passer au-dessus des plaques. Conclusion: il aurait dû utiliser une passerelle digne de ce nom ou renoncer à cette tâche.

Quelques conseils pour éviter ce type d’accident

Avant de se rendre sur un toit, il convient de prendre des mesures de protection contre les chutes. Il faut notamment utiliser des passerelles si la toiture n’offre pas une résistance suffisante à la rupture.

Cadres et employeurs

  • Définissez des règles permettant de garantir un travail en toute sécurité sur les toits.
  • Mettez les outils requis à la disposition de vos collaborateurs.
  • Informez les travailleurs des règles en vigueur et contrôlez le respect de celles-ci.
  • Signalisez de façon adéquate les toits n’offrant pas une résistance suffisante à la rupture.

Travailleurs

  • Respectez les consignes données par votre employeur.
  • Utilisez des passerelles sur les toits n’offrant pas une résistance suffisante à la rupture.
Méfiez-vous des toits en plaques ondulées!

Tout comme les puits de lumière et les verrières, les toits en plaques ondulées ne sont pas résistants à la rupture. Certains types de plaques ondulées sont aujourd’hui équipés de bandes de renforcement, mais ces dernières ne sont pas toujours visibles à l’œil nu.

Les plaques anciennes peuvent également contenir de l’amiante. Il faut par conséquent éviter de les modifier! On peut cependant enlever la mousse humide à l’aide d’une spatule ou d’une brosse (pas de brosses métalliques ni de jets à haute pression!). Il existe des produits spécifiquement adaptés au nettoyage des produits amiantés.

Bases légales

  • Ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), art. 6 al. 1 et 3  Information et instruction des travailleurs
  • Ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), art. 17  Toits