L'Audiomobile de la Suva

Audiomobiles: des examens préventifs ciblés de l’ouïe

  • Au moyen de ses audiomobiles, la Suva réalise régulièrement des examens préventifs de l’ouïe au sein des entreprises dont certains collaborateurs sont exposés au bruit.
  • Les techniques professionnelles d’audiométrie utilisées permettent de détecter des troubles auditifs avant même que les personnes concernées n’en ressentent les symptômes.
  • Ces examens sont principalement destinés aux collaborateurs dont l’exposition au bruit au poste de travail dépasse la valeur limite autorisée et pour lesquels il est encore possible de prévenir des troubles de l’audition.

Les employeurs sont tenus d’inscrire les personnes concernées à ces examens et de les autoriser à s’y rendre.

Qui doit se soumettre à un examen de l’ouïe?

Etant donné que les troubles auditifs se développent durant les 10 premières années d’une exposition non protégée au bruit, ces examens préventifs ne concernent que les collaborateurs âgés de moins de 40 ans et exposés dans le cadre de leur travail à un niveau sonore LEX supérieur ou égal à 85 dB(A). Si des troubles sont détectés, il est possible de continuer à bénéficier d’un suivi par la Suva au-delà de la 40e année.

Comment se déroulent ces examens?

Les examens de l’ouïe sont réalisés dans les audiomobiles de la Suva. Ces bus sont équipés des différents instruments audiométriques nécessaires. Ils garantissent une procédure rationnelle avec des méthodes et des conditions d’examen identiques pour tous.

Les personnes subissant une exposition sonore dangereuse pour l’ouïe dans le cadre d’une activité professionnelle sont régulièrement examinées par la Suva. N’hésitez pas à contacter le team acoustique de la Suva si vous pensez que vos collaborateurs sont concernés, mais que votre entreprise n’y a encore jamais pris part à ces examens obligatoires. Les spécialistes du secteur audiométrie sont à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Que se passe-t-il à l’issue des examens?

L’entreprise reçoit un rapport récapitulatif mentionnant le nom des personnes examinées et indiquant si certaines d’entre elles doivent être mieux protégées contre le bruit.

Les travailleurs chez lesquels des troubles ont été constatés sont ensuite convoqués personnellement à un examen réalisé par un ORL. S’il existe un risque que la personne soit atteinte d’un début de surdité, elle reçoit par la suite un courrier exigeant le port systématique de protecteurs d’ouïe (décision d’aptitude conditionnelle). Elle peut éventuellement se voir prescrire l’utilisation d’un type précis de protecteurs d’ouïe.
Dans de rares cas, la Suva peut lui interdire de mener à bien des tâches entraînant une exposition au bruit dangereuse pour l’ouïe (décision d’inaptitude).

Si plusieurs collaborateurs d’une même entreprise présentent des troubles, des spécialistes du bruit de la Suva analysent sur place les postes de travail ainsi que les mesures de protection contre le bruit prises.