Monteur-électricien à 40 ans Un accident a permis à Beat Gerber de trouver le travail de ses rêves

A présent, Beat Gerber peut exercer le métier de ses rêves: ne pouvant plus, après un accident, reprendre son ancienne activité dans le domaine du nettoyage, il accomplit maintenant un apprentissage d'électropraticien alors qu'il est âgé de plus de 40 ans.

Beat Gerber, 44 ans, père de deux enfants, s'est blessé au ménisque en jouant au football il y a 17 ans. Une infection accompagnée d'un développement d'arthrose ont rendu le processus de guérison extrêmement difficile. Il y a huit ans, la situation s'est dégradée au point que Beat Gerber a dû se faire poser une prothèse au genou. Même s'il se portait mieux, il ne pouvait plus exercer son activité d'employé de nettoyage à la Migros. Sans diplôme professionnel, il lui était difficile de trouver un poste de travail tenant compte de son état de santé.

Beat Gerber dans sa nouvelle activité d’électropraticien.

Pas de diplôme professionnel: quelles solutions?

Pour Beat Gerber, le monde semblait s'écrouler. Comme il n'avait pas de diplôme professionnel, l'assurance-invalidité (AI) ne pouvait pas lui accorder de reclassement. Dans le cadre de son initiative «Réintégration professionnelle», la Suva a recherché une entreprise assurée chez elle en mesure d'offrir un poste de travail adapté à Beat Gerber. L'entreprise Elpex AG à Berthoud a proposé à ce dernier d'accomplir un apprentissage d'électropraticien de trois ans. A la Rehaklinik Bellikon, qui appartient à la Suva, des investigations ont été menées afin de savoir si un tel apprentissage était approprié. Ensuite, Beat Gerber a effectué un stage pratique d'une semaine. A l'été 2009, il a commencé un apprentissage d'électropraticien de trois ans auprès de l'entreprise Elpex AG. «Accomplir un apprentissage à l'âge de 44 ans constitue un grand défi et je suis heureux d'avoir trouvé le travail de mes rêves».

Pouvoir à nouveau travailler: une source de motivation

Beat Gerber a eu de la chance dans son malheur: sa motivation et son immense volonté, de même que l'initiative «Réintégration professionnelle», lui ont permis de se réinsérer dans le monde professionnel. Beat Gerber aime son travail et obtient d'excellents résultats en cours. Son employeur est très satisfait. Heinz Müller, chef de l'entreprise Elpex AG, déclare: «Nous voulions lui donner une chance. Toutes les parties concernées ont tout à y gagner. Nous sommes convaincus que Beat Gerber accomplira son apprentissage avec succès et son diplôme professionnel sera un bon bagage pour son avenir professionnel».