Exemple concret: Un menuisier en bâtiment se reconvertit «Accepter les suites de l’accident et en tirer le meilleur parti»

Grâce à une motivation inébranlable et au soutien de son employeur, U. F. a réussi, après un accident, à réintégrer l’entreprise dans laquelle il travaillait.
U.F. durant le travail à l’ordinateur

U. F. n’oubliera jamais cet instant: lors d’un exercice de gymnastique aux anneaux, il a effectué sa réception à côté du tapis et s’est déboîté le métatarse gauche. En raison de divers problèmes durant la guérison, une arthrose s’est développée. Par la suite, U. F. a dû subir une opération consistant à bloquer l’articulation concernée.

Âgé aujourd’hui de 46 ans, U. F. était une personne sportive et un membre actif du club de gymnastique de Worben depuis son enfance. Sa spécialité: les agrès et en particulier les anneaux. En 2006, lors d’une compétition de gymnastique, il effectue sa réception à côté du tapis et se déboîte le métatarse gauche. La guérison de cette blessure grave ne se déroulant pas comme prévu, U. F a dû subir une opération de blocage du pied gauche. U. F travaillait à l’époque comme menuisier en bâtiment chez Kammag FTS AG à Studen.

Il était principalement chargé de la pose des fenêtres sur les chantiers et du travail du bois dans l’atelier. Après son accident, une chose était claire: fournir la performance souhaitée et exécuter certaines tâches sur les chantiers était devenu impossible. La recherche d’une nouvelle activité s’imposait. U. F. a bénéficié dès le début du soutien de son employeur, l’entreprise Kammag FTS AG. «Nous avons fait le maximum pour que U. F., collaborateur de longue date, puisse continuer à travailler chez nous», déclare son ancien supérieur hiérarchique. C’est la raison pour laquelle nous lui avons confié, dans la mesure du possible, des travaux de bureau plutôt que des tâches de chantier.

Considérer l’accident comme une chance

C’est la raison pour laquelle nous lui avons confié, dans la mesure du possible, des travaux de bureau plutôt que des tâches de chantier. Considérer l’accident comme une chance U. F. trouvait certes le travail de bureau intéressant, mais ne disposant pas de la formation nécessaire, il n’était pas en mesure d’effectuer toutes les activités exigées. Kammag FTS AG lui a finalement proposé un poste dans le domaine de la préparation du travail à condition qu’il suive une formation continue en cours d’emploi durant deux ans. U. F. a immédiatement saisi
cette opportunité. Grâce au soutien de l’assuranceinvalidité et à sa volonté sans faille, U. F. a réussi ses examens de gestionnaire fabrication et de gestionnaire planification. «J’ai dû me réhabituer aux classes d’école et investir davantage de temps dans les matières que je n’avais pas suivies depuis le début. Mais l’accident m’a permis de me réorienter professionnellement et j’étais déterminé à en tirer le meilleur parti», précise U. F.