Un homme présente un papier à un cariste.

Informations relatives à la formation des caristes

  • Pour pouvoir exercer leur activité, les caristes doivent disposer de connaissances et d’aptitudes spécifiques.
  • Ils doivent faire l’objet d’une sélection minutieuse et d’une formation ciblée.
  • La sélection et la formation des caristes incombent à l’employeur.

Sélection des caristes

Les caristes doivent satisfaire aux conditions ci-dessous.

  • Age minimal: 18 ans
    Des dérogations peuvent être accordées aux jeunes dans le cadre de la formation professionnelle initiale. Pour tout renseignement à ce sujet, nous vous prions de bien vouloir vous adresser directement à l’Inspection fédérale du travail SECO  .
  • Etre physiquement apte à exercer cette activité (bonne acuité visuelle et auditive, mobilité et capacité de réaction suffisantes).
  • Pouvoir lire des textes et des tableaux simples.
  • Avoir une bonne compréhension générale des phénomènes techniques et physiques.
  • Savoir communiquer de façon claire et sans équivoque.
  • Avoir le sens des responsabilités, faire preuve de prudence et de sérieux.

Les personnes qui ne remplissent pas les critères susmentionnés et ne possèdent pas les aptitudes requises ou souffrant de graves problèmes de santé (p. ex. maladies cardiovasculaires, épilepsie ou tendance à de brusques pertes de connaissance) ne peuvent pas exercer l’activité de cariste.

En cas de doute sur l’état de santé du collaborateur, un examen par un spécialiste (médecin du travail ou médecin de famille) est recommandé.

Formation des caristes

Seules les personnes formées à cet effet et ayant réussi l’examen correspondant sont autorisées à effectuer des travaux à l’aide de chariots élévateurs. Le niveau de la formation nécessaire est fixé dans la directive de l’Association Suisse de Logistique (ASL).

L’arrêt U203 du Tribunal fédéral des assurances (TFA) du 29 juin 1994 [Link auf weiterführende Atome] définit les exigences relatives à la formation de cariste. Le TFA y confirme notamment que le niveau de la formation doit être au moins équivalent à celui des cours de l’ASL.

Formation reconnue dans toute la Suisse
  • Formation de cariste auprès d’un centre de formation reconnu par la Suva
Formation interne
  • Formation de cariste dispensée dans l’entreprise par un collaborateur interne disposant d’une formation d’instructeur
Remarques:
  • La formation de cariste doit s’effectuer sur la base de la directive de l’ASL.
  • La formation doit être dispensée lors de l'entrée en fonction (avant la première utilisation d’un chariot élévateur).
  • La formation doit durer au moins deux jours pour les travailleurs habitués à conduire des véhicules (p. ex. tracteurs, engins de chantier ou camions), et quatre jours pour les personnes sans expérience (débutants et apprentis).
  • La formation est sanctionnée par un examen théorique et pratique. En cas de réussite, les participants se voient remettre un permis de cariste accompagné d’une attestation de cours.

Permis de cariste étrangers

Les titulaires d’un permis de cariste délivré à l’étranger ne peuvent effectuer des travaux à l’aide de chariots élévateurs qu’après avoir passé un examen leur permettant de justifier d’un niveau de formation suffisant pour pouvoir exercer cette activité en toute sécurité. L’expérience a montré qu’une formation complémentaire était souvent nécessaire.

La formation complémentaire et l’examen peuvent être réalisés auprès d’un centre de formation reconnu par la Suva ou auprès d’un instructeur interne.

Formations au sein des entreprises

Comme le montrent les nombreux accidents survenant dans les entreprises, la conduite d’un chariot élévateur représente un travail comportant des dangers particuliers (art. 8  OPA).

Conformément à l’art. 6  de l’ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), les caristes, comme tous les autres travailleurs occupés dans une entreprise, doivent être informés des risques auxquels ils sont exposés dans l’exercice de leur activité et instruits des mesures à prendre pour les prévenir.

L’information et l’instruction doivent s’effectuer avant l'entrée en fonction ainsi qu’à chaque modification importante des conditions de travail; elles doivent être répétées si nécessaire.

Instructions complémentaires

La formation de cariste dispensée dans les centres de formation reconnus par la Suva doit être complétée en fonction des risques spécifiques à l’entreprise.

  • Les dangers liés à l’utilisation de chariots élévateurs dans l’entreprise doivent avoir été préalablement identifiés. Les caristes doivent être informés de ces dangers et connaître les mesures à prendre pour les prévenir.
  • Si l’entreprise utilise des chariots élévateurs dont la conduite et le maniement diffèrent considérablement des chariots utilisés pour la formation, elle doit dispenser une instruction particulière aux caristes concernés. Cette formation interne doit s’effectuer en respectant les consignes indiquées dans la notice d'instructions du fabricant.
  • L'instruction interne doit être répétée à intervalles réguliers.

L’instruction doit être dispensée par une personne qualifiée disposant des connaissances techniques nécessaires et être consignée par l’entreprise.

Contrôle

Les cadres doivent veiller à ce que les caristes respectent les règles de sécurité.

  • Une surveillance systématique et des entretiens réguliers permettent d’identifier les erreurs et de promouvoir durablement un comportement sûr.
  • Toute infraction aux règles de sécurité (p. ex. non-utilisation de la ceinture de sécurité) doit être abordée et corrigée par le supérieur.