Les puits de lumière installés sur les toits peuvent présenter de grands dangers.

Prévenir les chutes à travers des puits de lumière en matière synthétique

  • Il se produit régulièrement de graves accidents consécutifs à une chute à travers un puits de lumière.
  • La formulation «résistant à la rupture» est source de dangereux malentendus.
  • Aucun fabricant ne peut garantir durablement que ses puits de lumière en matière synthétique sont résistants à la rupture.

Les puits de lumière «résistants à la rupture» peuvent devenir des pièges mortels

La Suva enregistre régulièrement des accidents graves dus à des chutes à travers des puits de lumière.

Qu’ils soient plats ou en pente, les toits sont de plus en plus souvent utilisés comme des surfaces vertes ou de rétention d’eau, ou pour accueillir des installations solaires et techniques. Il est aujourd’hui fréquent que des personnes y accèdent et marchent dessus. Les risques que l’une d’entre elles tombe à travers un puits de lumière insuffisamment sécurisé sont par conséquent plus élevés.

Que signifie «résistant à la rupture»?

La formulation «résistant à la rupture» est source de dangereux malentendus. De nombreux maîtres d’ouvrage s’attendent à ce que les puits de lumière «résistants à la rupture» le soient durant toute la période d’utilisation du toit. Or, la plupart des fabricants ne sont pas en mesure de fournir une garantie à long terme pour les puits de lumière en matière synthétique. La plupart du temps, cette garantie ne porte que sur la période de montage, ce qui, malheureusement, n’est souvent précisé qu’en petits caractères dans les contrats. Il est donc indispensable de prévoir un élément de sécurité additionnel pour les puits de lumière en matière synthétique.

Bon à savoir!
  • Sont considérés comme des puits de lumière tous les éléments de construction du toit permettant un éclairage zénithal: verrières, coupoles, toitures shed, panneaux translucides, etc.
  • Les puits de lumière en matière synthétique (acrylique, polycarbonate, etc.) et en verre non résistant aux chocs ne sont pas durablement résistants à la rupture.
  • Les puits de lumière doivent être sécurisés au moyen de protections collectives (garde-corps, grilles intérieures ou extérieures, etc.).
  • En vue des travaux de maintenance sur les puits de lumière ouverts, il convient d’installer des dispositifs d’ancrage sécurisés (conformes au minimum à la norme EN 795) destinés à l’utilisation d’équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur.
  • En cas de remplacement ou de rénovation, les puits de lumière doivent être intégralement sécurisés jusqu’à l’achèvement des travaux (p. ex. au moyen d’un filet de sécurité) si aucune protection collective n’a été prévue.
Dans quelles situations doit-on sécuriser un puits de lumière au moyen d’une protection collective?
  • Les puits de lumière doivent être sécurisés si l’une des conditions suivantes est remplie:
  • La zone concernée est librement accessible à des tiers.
  • Le toit est équipé d’installations techniques devant faire l’objet d’une maintenance au moins une fois par an (p. ex. installations de ventilation).
  • La toiture est végétalisée.
  • Le toit est pourvu d’une installation solaire.
  • La toiture du bâtiment comporte des voies de circulation qui ne sont pas clairement délimitées ou qui sont difficilement repérables de nuit et en présence de neige.

Base légale

  • Chapitre 3  de l'ordonnance sur les travaux de construction, «Travaux exécutés sur les toits»
Puits de lumière avec protection résistante à la rupture
Puits de lumière en matière synthétique sécurisé durablement au moyen d’une protection collective
Puits de lumière avec grillage