Deux personnes sécurisées au moyen d’un système redondant exécutent des travaux sur un pont.

Travaux sur cordes

  • Les travaux sur cordes (techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes) ne sont autorisés que si l’utilisation d’autres moyens est impossible ou au moins aussi dangereuse.
  • Les dispositifs de protection collective (p. ex. protection latérale ou échafaudage de façade) et les moyens auxiliaires techniques tels que les plateformes élévatrices mobiles de personnel sont systématiquement prioritaires sur les équipements de protection individuelle.
  • Les travaux sur cordes ne doivent être exécutés que par des personnes formées à cet effet.

Des règles précises

Les travaux sur cordes sont soumis à des règles précises.

  • Les travaux sur cordes ne doivent être exécutés que par des personnes formées à cet effet.
  • La surveillance des travaux doit toujours être assurée par une seconde personne à même de garantir un sauvetage en cas d’urgence.
  • Le système de cordes de chaque travailleur doit comporter au moins deux cordes ancrées séparément.

Publications complémentaires

Vous trouverez plus d’informations dans les deux fiches thématiques suivantes (voir liens au bas de cette page):

  • Travaux sur cordes – Techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes (33016)
  • Travaux dans des zones exposées aux dangers naturels – Géotechnique, forêts, etc. (33019)

Travaux dans des zones exposées aux dangers naturels

En cas de travaux dans des zones exposées aux dangers naturels, il est indispensable de définir les compétences et responsabilités de chacun et de garantir une parfaite communication entre tous les acteurs concernés.

Outil de coordination et de documentation:

Foire aux questions

Pour déterminer si une formation de guide de montagne satisfait aux exigences requises, il convient de comparer le contenu de la formation et les exigences déterminantes pour celle-ci avec ceux de la formation à trois niveaux exigée pour les travaux sur cordes. Les connaissances n’étant pas transmises via la formation de base des guides de montagne doivent être acquises dans le cadre d’un perfectionnement sanctionné par un examen.
  • Les personnes pouvant justifier d’une expérience professionnelle dans le domaine des travaux sur cordes ainsi que les guides de montagne titulaires d’un brevet fédéral peuvent directement passer l’examen de niveau 1 sans devoir suivre le cours correspondant, à condition qu’ils disposent des compétences nécessaires. Les exigences à l’égard des personnes n’ayant pas suivi la formation classique sont définies par les associations professionnelles qui dispensent les cours.
  • Il est indispensable d’avoir suivi les cours de niveau 2 et 3 pour se présenter aux examens correspondants.

Elles doivent fournir la preuve qu’elles disposent des connaissances transmises dans le cadre de la formation correspondante.

Il n’existe pas de réglementation spéciale. Les collaborateurs temporaires doivent eux aussi avoir réussi l’examen de la formation de niveau 1 avant leur premier engagement sur le terrain.

  • Les entreprises n’ont pas besoin de demander une certification; il leur suffit de satisfaire aux exigences en matière de formation.
  • La Suva dispose d’une liste des examinateurs et des personnes ayant réussi les examens, ce qui lui permet de leur fournir les informations techniques nécessaires.

Les personnes pouvant justifier d’une formation de niveau 3 et d’un perfectionnement auprès d’un centre de formation reconnu peuvent exercer la fonction de formateur ou d’examinateur.

  • Les examinateurs sont désignés par les associations professionnelles.
  • Les examens doivent toujours être validés par un expert indépendant.
  • Les formateurs de niveau 3 doivent régulièrement suivre des cours de perfectionnement. Les délais de formation sont fixés par l’association compétente. La formation doit satisfaire à la fois aux exigences de la Suva et à celles des associations professionnelles concernées.

Non. L’art. 8  OPA est très clair à ce sujet:

«L’employeur ne peut confier des travaux comportant des dangers particuliers qu’à des travailleurs ayant été formés spécialement à cet effet. L’employeur fera surveiller tout travailleur qui exécute seul un travail dangereux.»

Oui.

  • Les techniques de travail doivent être conformes aux dispositions de l’art. 82  OTConst.
  • Les formations proposées par les différents fournisseurs (p. ex. ASGM  et WFV ) traitent ce sujet plus en détail.

Les travaux d’entretien des arbres et des forêts visant à protéger des bâtiments ou des infrastructures sont soumis à l’

art. 82 

OTConst.

Oui.

  • Les systèmes de cordes sont rarement utilisés pour les travaux sur les lignes aériennes.
  • Les exigences sont définies dans le document ESTI 245.0311 .

Oui. La détermination des dangers concernant les personnes, le poste de travail, les substances, l’environnement et les techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes doit être réalisée pour chaque projet et mise à disposition avant le début des travaux.

Non. Il n’existe pas de réglementation spéciale pour les géologues et les ingénieurs. En ce qui concerne l’utilisation des techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes, ils sont soumis aux mêmes prescriptions que les autres catégories professionnelles utilisant des TAPC.

L’importance et l’application des normes sont traitées à tous les niveaux de la formation.

  • L’ouverture, l’aménagement et l’entretien des parcours de canyoning ou des via ferrata relèvent de l’ordonnance sur les travaux de construction. Les dangers particuliers liés à l’environnement ou à l'entourage direct doivent être considérés avec la plus grande attention et être pris en compte dans le choix de la technique de travail.
  • L’utilisation de ces parcours et l’encadrement des groupes ne relèvent pas de l’ordonnance sur les travaux de construction.
  • L’ouverture d'une voie sur les murs d'une salle d’escalade ne constitue pas une activité de construction au sens de l’OTConst.
  • Les exploitants des salles d’escalade doivent déterminer les techniques de travail appropriées en fonction de la situation et former leur personnel en conséquence.

Non. Les équipements d’escalade sont interdits pour les usages professionnels ou industriels.

Ils sont conçus pour des activités de loisirs où seule compte la responsabilité de l’utilisateur.

Dans le cadre d’un usage professionnel ou industriel, l’employeur assume une grande responsabilité. Les exigences de protection à l’égard du matériel sont plus élevées (ex.: comparaison entre descendeur de type huit et descendeur anti-panique).

Questions techniques

Différents interlocuteurs sont à votre disposition pour tout complément d’information.

Suva

  • Suva, Génie civil et bâtiment

Autres