Carte de vœux musicale pour les accidentés
Carte de vœux musicale
Montrez à vos collègues ou à vos collaborateurs que vous pensez à eux: offrez-leur une chanson et un message personnel avec une carte de vœux musicale.

Carte de vœux musicale

La réinsertion des personnes accidentées est l'une de nos priorités. Nous sommes à leurs côtés avec une offre étendue de prestations, et nous les accompagnons pas à pas afin de leur faciliter le retour à la vie quotidienne. Une démarche à laquelle nous associons l'entourage personnel et professionnel de la personne assurée: nous conseillons, nous aidons et nous proposons également des incitations pour la réinsertion dans le monde du travail.

 

Conseils pour la famille, les amis et les collègues «Aujourd'hui, je vais très bien. Je n'ai pratiquement plus de douleurs et j'ai pu recommencer à travailler.»

  1. Contactez la personne accidentée le plus rapidement possible.
  2. Restez en contact régulier ... au moins une fois par semaine.
  3. Organisez vos visites en concertation avec les autres membres de l'entourage, les amis et les collègues de travail.
  4. Faites en sorte que la personne concernée se sente estimée.
  5. Donnez-lui le courage d'affronter l'avenir.
  6. Aidez les personnes accidentées à reprendre la vie de tous les jours.
  7. Instaurez certains rituels, p. ex. manger régulièrement ensemble.
  8. Soyez patients.
  9. Renseignez-vous sur les conséquences de l’accident.
  10. Motivez la personne en lui proposant des activités à sa portée.

Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans la brochure «Réinsertion des personnes accidentées  ».

 

Conseils pour Employeurs L’attitude de l’employeur joue un rôle prépondérant concernant la réussite de la réinsertion.

  1. Contactez directement et le plus rapidement possible la personne accidentée.
  2. Annoncez dans les plus brefs délais l’accident à la Suva.
  3. Rendez visite à la personne accidentée et organisez au plus vite un entretien de préparation de son retour.
  4. Définissez avec elle les différentes étapes de sa réintégration.
  5. Impliquez si nécessaire son entourage.
  6. Proposez-lui un travail à temps partiel dans son domaine d’activité ou un poste adapté à son état de santé.
  7. Il est important que le collaborateur concerné soit présent dans l’entreprise.
  8. Etudiez ensemble les possibilités de réintégration au sein de votre entreprise.
  9. Etablissez un profil de poste pouvant être remis au médecin traitant.
  10. Prenez contact avec le médecin traitant en accord avec l’intéressé.
  11. Expliquez au médecin la nature des tâches confiées à l’intéressé.
  12. Informez le médecin des possibilités de réintégration ou d’aménagement de poste.
  13. Discutez des possibilités de réinsertion avec la Suva.
  14. Prenez contact avec votre agence Suva.
  15. Fixez le jour de la reprise du travail. Il est souvent plus judicieux de choisir un jeudi ou un vendredi.

Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans la brochure «Réinsertion des personnes accidentées  ».

Offrez une chanson aux personnes accidentées

Offrez une chanson aux personnes accidentées

Votre geste compte

Connaissez-vous quelqu'un qui a eu un accident et qui ne peut pas encore reprendre le travail? Montrez-lui que vous pensez à lui: offrez-lui une chanson et un message personnel avec une carte de vœux musicale de la Suva.

Votre soutien et plus encore

Vous êtes un proche, um ami ou un collègue
Vous êtes un employer
Sa fille, sa bataille

Dites-le autour de vous!

Parlez de la carte de vœux musicale et de nos conseils de réinsertion à vos amis, vos proches, vos collègues et vos collaborateurs. Le soutien et l’accompagnement de l’entourage sont indispensables pour augmenter les chances de guérison et aider les victimes d’accident à reprendre leurs activités quotidiennes.

 

Sa fille, sa bataille «Mais je savais que j’en étais capable; le soutien de mon employeur et de mes collègues m’a rendu très confiant.»

Roberto Lascala, 47 ans, a été victime d'un grave accident en aril 2017. Le grutier s'est fracassé le bras en tombant d'une plateforme. Une physiothérapie intensive lui a permis de retrouver l'usage de son bras. Aujourd'hui, il travaille de nouveau chez son ancien employeur.

«C’est arrivé sur un chantier, en fin d’après-midi, je me suis fracassé le bras droit en tombant d'une plateforme. Heureusement, les secours sont rapidement arrivés sur les lieux. Une fois à l’hôpital, je me suis endormi immédiatement. Ce n’est qu’après avoir subi une première opération d’urgence que j’ai réalisé qu’il me faudrait être très patient avant de pouvoir retravailler sur un chantier.

Une réintégration portée par un immense soutien

Mais je savais que j’en étais capable; le soutien de mon employeur et de mes collègues m’a rendu très confiant, même si le processus de guérison a été ponctué de hauts et de bas. J’ai été opéré pour la troisième fois quelque temps après avoir annoncé que je pourrais peut-être bientôt retourner au travail. Je n’étais alors plus certain de pouvoir retrouver un jour l’usage du bras droit. Ma famille était tout aussi désemparée que moi et ne me voyait pas reprendre mon poste sur le chantier. Ma fille, encore toute petite, m’a dit: «Maintenant que tu es handicapé, tu ne peux plus rien faire»

 

Une promotion stimulante

J’étais persuadé pourtant que je pourrais y arriver en suivant des séances de physiothérapie tout en m’entraînant encore et encore afin de pouvoir utiliser à nouveau presque normalement mon bras blessé. J’ai travaillé ma coordination trois jours par semaine et j’ai pu commencer à discuter de mon avenir avec mon employeur. Je n’arrivais pas à croire que mon entreprise pourrait m’attribuer de nouvelles tâches après 18 mois d’absence. Pourtant, ce rêve est devenu réalité: alors que j’étais auparavant grutier, j’ai pu travailler à nouveau avec mon supérieur Ivan, que j’apprécie beaucoup, cette fois en tant que chef d’équipe.

Mû par sa fille

Durant cette période de guérison très difficile, j’étais loin de m’imaginer que ma réinsertion professionnelle s’accompagnerait d’une promotion. Je suis très reconnaissant envers mon employeur: il a vu dans mon plaisir de travailler et mes capacités à enthousiasmer les autres l’opportunité de m’offrir de nouvelles perspectives. Maintenant, je prends régulièrement des photos des chantiers pour montrer à ma fille de huit ans que des bâtiments sont construits sous ma direction et que je suis chaque jour heureux d’offrir à mes collègues des conditions de travail aussi sûres que possible. Je m’y engage et j’en assume la responsabilité.»

L’attitude de l’employeur est déterminante pour le succès de la réinsertion. Vous trouverez ici de précieux conseils: Reinsertion  

Cristina Pagani-Boiani, CSC Entreprise de Constructions SA

«C’était la première fois que je devais gérer la réinsertion d’un collaborateur gravement accidenté. Sa franchise et sa volonté de reprendre le travail le plus rapidement possible nous ont amené à envisager cette possibilité. Vu ses compétences, nous avons pu lui proposer une fonction de conduite qui exige non pas de la force physique, mais de solides facultés d’organisation. Il est donc tout à fait logique que Roberto Lascala exerce la fonction de chef de chantier depuis novembre 2018. Sa réinsertion a permis à l’ensemble de l’entreprise de progresser.»