Fussball-Walking_Football_League-gepflegtes_Passspiel.jpg
10 mai 2022 | Communiqué de presse

Réduire le nombre d’accidents dans le football amateur grâce au walking football

Le vendredi 13 mai, Lucerne-Littau accueillera l’un des premiers tournois de walking football de Suisse. En lançant le projet «Walking football», la Suva et l’Association de football de Suisse centrale entendent réduire le risque de blessure dans les ligues seniors de football (30+, 40+ et 50+), au sein desquelles les blessures graves s’accompagnant de longs processus de guérison sont plus nombreuses.

Table des matières

Le football amateur est à l’origine de 45 000 accidents par an. Une étude de Lamprecht und Stamm montre que de plus en plus d’accidents graves avec des processus de guérison relativement longs et donc des coûts élevés surviennent dans le cadre du football, surtout dans les ligues seniors. Pour inverser cette tendance, la Suva et l’Association de football de Suisse centrale ont lancé le projet pilote «Walking football».

Un projet pilote à fort potentiel

Le walking football vise une pratique du football sans blessure. Le règlement adapté pour la discipline interdit par exemple de courir, d’engager un contact physique et de faire une tête. Entre avril et juin, quatre tournois de walking football sont organisés en Suisse centrale. Le deuxième de la série se déroulera à Lucerne-Littau le 13 mai prochain et permettra de tester le nouveau règlement: «Si le walking football permet aux seniors de jouer au football sans se blesser, les retombées positives profiteront à l’ensemble des parties prenantes: aux personnes sur le terrain, bien évidemment, mais aussi aux clubs qui pourront compter sur un grand nombre de joueuses et joueurs actifs», explique Raphael Ammann, expert en football à la Suva. Si le walking football reçoit un accueil favorable en Suisse centrale, un déploiement à l’échelle de la Suisse sera étudié en collaboration avec l’Association Suisse de Football ASF.

Hausse des accidents dans les ligues seniors

Le projet a été lancé sur la base des enseignements tirés d’une étude menée par Lamprecht und Stamm. Cette étude montre que les accidents se multiplient au sein des ligues seniors. Les blessures graves nécessitant plus d’un mois de guérison sont plus fréquentes durant les matchs des ligues 30+, 40+ et 50+. Les blessures au genou sont nombreuses, en particulier lors des mouvements de rotation et des duels. Toujours d’après cette étude, les accidents surviennent majoritairement durant la première mi-temps. Mais la probabilité de blessure n’a pas seulement augmenté durant les matchs: cette hausse se constate aussi durant les entraînements des ligues seniors. Le nombre d’accidents pour 1000 heures d’entraînement est même plus élevé que dans les autres ligues.

Absences de longue durée et coûts élevés

«Jouer au football est amusant et, en principe, bon pour la santé. L’activité physique et les contacts sociaux sont également indispensables et aident à vieillir dans de bonnes conditions», souligne Raphael Ammann. Les accidents de football plus graves chez les seniors ne génèrent pas uniquement des souffrances: ils s’accompagnent également d’absences plus longues au travail et de coûts plus élevés. Il est donc important de garder ceci à l’esprit: «En évaluant ses capacités de manière objective, en n’allant pas au-delà de ses limites et en jouant avec discernement et fair-play, on réduit considérablement la probabilité de se blesser», confirme Raphael Ammann. Les règles du walking football vont précisément dans ce sens.

Le walking football en bref

  • Apparu en 2011 an Angleterre, le walking football est une discipline à part entière reconnue par la FIFA (Fédération Internationale de Football Association).
  • Le règlement est pensé de manière à prévenir les blessures et les sollicitations physiques excessives durant les matchs.
  • Il interdit par exemple de courir, que ce soit avec le ballon ou non.
  • Les contacts physiques et les têtes sont également proscrits lors des rencontres.
  • Une pratique modérée vise notamment à prévenir le risque de blessures au sein des ligues seniors.

 

Infos complémentaires

Portrait de la Suva

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4400 personnes au siège de Lucerne, sur les 18 sites des agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. La Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération, ainsi que l'assurance-accidents des personnes bénéficiant de mesures de l’AI. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.

Autres communiqués de presse