463814693_highres.jpg
6 février 2024 | Communiqué de presse

Le nombre d’accidents parmi les assurés de la Suva reste stable

En tant que principal assureur-accidents de Suisse, la Suva assure près de la moitié des travailleurs et un cinquième des entreprises du pays contre les accidents et les maladies professionnelles et les accidents durant les loisirs. Plus de 490 000 cas ont été déclarés à la Suva l’an dernier, soit une faible différence par rapport à 2022. Les accidents sont en général plus nombreux durant les loisirs qu’au travail.

Table des matières

En 2023, les entreprises assurées auprès de la Suva ont déclaré environ 494 000 accidents et maladies professionnelles. Avec une hausse globale de 0,3 %, la différence par rapport aux chiffres de l’année précédente est faible. Les accidents professionnels et maladies professionnelles ont augmenté de 0,8 % pour s’établir à environ 186 000 cas, et les accidents durant les loisirs de 0,7 % pour atteindre près de 292 000 cas. Les accidents de personnes inscrites au chômage ou participant à des mesures de l’AI ont diminué de 10,6 %, ce qui s'explique par le nouveau recul du nombre de demandeurs d’emploi sur un marché du travail en bonne forme.

Cas enregistrés à la Suva dans le domaine de l’assurance-accidents obligatoire:

  2023 Variation sur un an 2022
Total des accidents et maladies professionnelles 493 636 + 0,3 % 491 945
dont accidents professionnels et maladies professionnelles 186 398 + 0,8 % 184 962
dont accidents non professionnels 292 008
+0,7 % 289 953
dont accidents et maladies professionnelles dans
l’assurance-accidents des personnes au chômage
ou bénéficiant de mesures de l’AI
15 230 - 10,6 % 17 030

«Nous nous réjouissons que le nombre d’accidents professionnels et durant les loisirs se soit stabilisé par rapport à l’année précédente», déclare Alois Fässler, statisticien à la Suva. «Nous supposons que le risque d’accident, soit le nombre d’accidents pour 1000 travailleurs à plein temps, a légèrement baissé. Et ce, car le nombre de personnes actives occupées selon l’Office fédéral de la statistique OFS a plus fortement augmenté que celui des accidents durant les trois premiers trimestres 2023. Nous procéderons à des analyses plus précises au printemps, lorsque nous disposerons des chiffres définitifs.»

Plus d’accidents durant les loisirs qu’au travail

Alors que les accidents au travail étaient autrefois majoritaires, la Suva enregistrait pour la première fois en 1991 plus d’accidents non professionnels que d’accidents professionnels. Cette tendance ne s’est plus inversée depuis. En 2023, 61 % des accidents déclarés se sont produits durant les loisirs et 39 % au travail. «La population consacre aujourd’hui davantage de temps aux activités durant les loisirs, ce qui explique les cas d’accidents plus nombreux qu’en milieu professionnel.» selon Alois Fässler. «Ce chiffre est lié à d’autres motifs tels que les mesures de prévention en continu dans la sécurité au travail et la protection de la santé. Les postes de travail à haut risque d’accident diminuent, notamment grâce à l’automatisation croissante des processus.»

La Suva fournira des informations détaillées au sujet de l’exercice 2023 et de l’influence de la dernière statistique des accidents sur l’évolution des primes, lors de sa conférence de presse bilan du 14 juin 2024 à Lucerne.

Contact pour les médias

Portrait de la Suva

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4500 personnes au siège de Lucerne, sur les 18 sites des agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 130 000 entreprises, soit 2 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. La Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération, ainsi que l'assurance-accidents des personnes bénéficiant de mesures de l’AI. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.

Autres communiqués de presse