KM 11-6-91-1_Verwaltungsratssitzung der Suva_10.9.1948.tif, Verwaltungsratssitzung 1948, 100 Jahre Suva

La salle du Conseil d’administration – un intérieur extrêmement soigné

S’il est une pièce qui n’a rien à envier à la salle de séance du Conseil fédéral à Berne, c’est bien la salle du Conseil d’administration, l'actuel Conseil de la Suva, où se décide depuis 100 ans l’avenir de l’institution. Cette pièce de style néo-baroque, dont l’intérieur est intégralement fait de bois, s’est vu accorder dès sa planification une attention toute particulière.

Il n’a jamais fait aucun doute que la salle du Conseil d’administration de la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents devait satisfaire à certaines exigences en matière de représentation. Pour les frères Pfister, les architectes à l’origine des plans du bâtiment, cette pièce ne pouvait être logée à un autre endroit qu’au dernier étage de la tour, juste sous la coupole.

Plan Verwaltungsratssaal

Il était également évident que les personnes directement concernées se verraient confier le soin de planifier l’aménagement de l’intérieur de la salle. Ce sujet a par conséquent figuré à de nombreuses reprises à l’ordre du jour des séances du Conseil d’administration, qui s’est notamment demandé si son emplacement, à l’intérieur de la tour, était vraiment judicieux: en effet, il y ferait plutôt froid en hiver et plutôt chaud en été. La hauteur des fenêtres ainsi que l’absence de ligne téléphonique ont également fait l’objet de discussions.

«Le montant des frais vous sera communiqué.»

Ce sont surtout la fonctionnalité et l’esthétique de l’endroit qui ont été abordées. En mars 1914, deux mois avant le début des travaux, les architectes ont été chargés par la commission des bâtiments «d’installer en outre une cabine téléphonique au même étage et d’étudier l’éventualité de rendre plus jolie et plus monumentale la première partie de l’escalier menant du deuxième au troisième étage».

Au sujet du téléphone, il a été consigné ce qui suit dans le procès-verbal de la séance du Conseil d’administration du 25 janvier 1916:

«Une cabine téléphonique est à la disposition des membres du Conseil d’administration. Elle se trouve dans le vestibule, sous les escaliers menant à la coupole. Les instructions d’utilisation figurent à l’intérieur. Les membres du Conseil devront s’acquitter du montant des frais relatifs aux appels interurbains. Ce dernier leur sera communiqué par la centrale téléphonique à l’issue de l’appel.»

Ce n’est qu’en juin 1915, alors que les travaux de construction avaient déjà bien avancé, que les plans définitifs de la salle du Conseil d’administration ont fait l’objet d’une consultation, sans toutefois être encore validés. Les membres du Conseil disposaient alors de la possibilité de formuler d’autres souhaits: «Les plans sont accrochés dans la salle de réunion. Des suggestions peuvent encore être transmises par écrit au président à l’attention de la commission des travaux.»

Tout a été prévu

L’intérieur de la salle a été planifié jusque dans les moindres détails par les frères Pfister: les lambris, le plafond à caissons, le mobilier... L’accès à la pièce s’est lui aussi vu accorder une attention particulière: il se fait depuis un vestibule via deux portes massives au-dessus desquelles figurent des frontons triangulaires peints par Otto Münch.

Cette salle rectangulaire est entièrement en bois. Près de la paroi arrière, dépourvue de fenêtre, se trouvent les sièges de la Direction et du président du Conseil d’administration, qui sont légèrement surélevés. Tout autour figurent les pupitres des membres du Conseil, disposés en arc de cercle.

Verwaltungssratssaal, Foto von Mario Kunz

Le plafond fabriqué par le frère d’un conseiller fédéral

Si l’on ne dispose que de peu d’informations sur les artisans ayant participé aux travaux de construction du bâtiment, on en sait un peu plus sur l’origine des boiseries de la salle du Conseil d’administration. Le splendide plafond à caissons est l’œuvre de Robert Zemp, originaire de Reussbühl et propriétaire d’une fabrique de meubles et de parquets à Emmenbrücke. Cet artisan n’était autre que le frère de Josef Zemp, premier conseiller fédéral conservateur catholique de Suisse (de 1891 à 1908) et originaire d’Entlebuch. Membre du Conseil d’administration de la Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accident depuis la fondation de celle-ci en 1912, Robert Zemp est décédé en 1916, un an après la fin des travaux de construction du bâtiment; son siège au Conseil est revenu à son fils, qui se prénommait lui aussi Robert et a repris l’entreprise familiale.

Stuehle von Hugo Wagner

Les lambris ont été fabriqués par le Zurichois J. Keller, le mobilier par Hugo Wagner, un menuisier bernois, et les chandeliers par l’entreprise zurichoise Baumann, Koelliker & Co.

Les vitraux ajoutés en 1927

Les magnifiques vitraux ornant les fenêtres n’étaient pas prévus dans les plans originaux; il s’agit d’un cadeau de Gustav Siber (un fabricant de soie zurichois membre du Conseil d’administration de 1912 à 1921) à sa mort en 1924. Les seize œuvres léguées sont des copies des célèbres vitraux créés par Karl von Egeri pour l’hôtel de ville de Stein am Rhein en 1542-1543. Il s’agit des blasons des membres de la Confédération à cette date ainsi que de ceux de trois villes (Rottweil, Mulhouse et Baden).

Wappenscheiben im Verwaltunsratsaal

Toutefois, étant donné que la salle du Conseil d’administration comptait onze fenêtres composées chacune de deux battants, il a été décidé de faire passer le nombre de ces vitraux à 22. C’est dans un premier temps Eduard Renggli, dirigeant d’un atelier de peinture sur verre à Lucerne, qui a été chargé de créer les nouvelles œuvres. Toutefois, après la réalisation d’une expertise critique par Hans Lehmann, directeur du Musée national à Zurich, c’est finalement Hans Meyer, un peintre sur verre zurichois, qui s’est vu confier cette tâche.

Il a dessiné six vitraux supplémentaires en s’inspirant de l’histoire des différents cantons. Il a toutefois renoncé à représenter des hallerbardiers et des porte-bannière en guise de supports. Ces vitraux ont été ajoutés aux fenêtres en octobre 1927. Ce sont ceux des cantons de Zurich et de Berne, situés dans la fenêtre centrale se trouvant sur le côté est de la salle, qui ouvrent la marche. L’ordre est ensuite le même que celui des membres de la Confédération des XIII cantons.

Séance du Conseil d'administration de la Caisse nationale, 10 septembre 1948

 

Afin de garantir une mise en page optimale, veuillez utiliser la fonction d’export au format PDF.