Les lecteurs MP3 peuvent mettre votre ouïe en danger

La Suva a mesuré les niveaux sonores de divers lecteurs MP3 commercialisés en Suisse et constaté qu’ils dépassaient la limite de 100 décibels fixée dans la norme européenne.

Depuis 40 ans, la Suva s’engage avec succès pour la prévention des lésions auditives dues au bruit au poste de travail. Les dangers potentiels ayant augmenté durant les loisirs, la Suva s’engage également depuis plus de 20 ans dans ce domaine. Sa devise est simple: «La musique oui, les acouphènes non merci !».
Niveau sonore d’une tronçonneuse
La Suva a voulu savoir si les très populaires lecteurs MP3 pouvaient présenter un danger pour l’utilisateur. Elle a d’abord procédé à des mesures sur des appareils utilisés tous les jours. Avec les écouteurs originaux et un volume maximal, certains appareils ont atteint jusqu’à 103 décibels, un niveau sonore qui équivaut à un doublement de l’énergie sonore par rapport à 100 décibels ! Ce niveau sonore de 103 décibels correspond au niveau sonore d’une tronçonneuse, un niveau auquel on ne devrait s’exposer qu’une heure par semaine si l’on ne veut pas risquer des lésions auditives, voire des acouphènes. Certains niveaux maximaux (de brève durée) de 109 décibels ont même été constatés. Pire, le volume sonore d’un lecteur MP3 équipé d’écouteurs spéciaux a même atteint 109 décibels continus, avec des maxima occasionnels de 116 décibels.
De plus, ces niveaux sonores importants n’ont produit que très peu de distorsions sonores qui auraient pu inciter l’utilisateur à réduire le volume. Ces résultats surprenants laissent songeur si l’on considère le fait que la norme européenne 50332 prescrit un niveau maximal de 100 décibels (qui a un caractère légal en France).
La musique dépasse le niveau sonore du bruit des tests
Pour les émissions télévisées «Kassensturz» et «A bon entendeur», la Suva a testé les lecteurs MP3 les plus vendus en Suisse. Sur les dix appareils testés, huit respectent la valeur limite prescrite selon la norme européenne 50332. Avec des musiques actuelles (Robbie Williams, Green Day ou Tokio Hotel), ils peuvent cependant atteindre un niveau sonore continu de plus de 100 décibels. L’explication est dans la norme: celle-ci utilise un bruit standard en lieu et place de la musique. Cette norme part du principe que le niveau sonore continu de la musique se situe environ 10 décibels au-dessous du bruit utilisé pour les essais (ce qui fut le cas à une certaine époque). Toutefois, en mettant à profit la technologie numérique, la musique actuelle est conditionnée de manière à pouvoir atteindre des volumes sonores beaucoup plus importants qu’auparavant.
Réduire le volume et la durée d’écoute
Les niveaux sonores trop élevés sollicitent l’ouïe de manière trop importante. Quelques heures par semaine suffisent déjà pour risquer des pertes auditives irréversibles ou des acouphènes. C’est pourquoi la Suva recommande d’éviter l’écoute au volume maximal ou de limiter celui-ci à une très courte durée. Il faut non seulement être à l’écoute de son MP3, mais surtout de ses propres oreilles: est-ce que j’entends des sifflements ou des bruits bizarres ? Le tic-tac de ma montre est-il devenu moins audible ? Si tel est le cas, il faut absolument réduire le volume, car ce sont là des signes qui ne trompent pas.
Informations complémentaires sur les lecteurs MP3
Pour en savoir plus sur les lecteurs MP3: l'émission Kassensturz de ce soir (21h05), sur la chaîne de télévision suisse alémanique SF 1, traite des mesures effectuées.
Informations aux médias:
Beat Hohmann
Secteur physique, Suva, Rösslimattstrasse 39, 6002 Lucerne,
tél. 041/419 54 94, fax 041/419, 62 13,
e-mail: beat.hohmann@suva.ch 

* * *

Entreprise indépendante de droit public, la Suva assure plus de 100’000 entreprises, respectivement 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est une entreprise à but non lucratif et ne perçoit aucune subvention. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration. Depuis le 1er juillet 2005, la Suva gère également l'assurance-militaire.