Table ronde de la Suva sur le thème de l'amiante

Afin que les travailleurs italiens de retour au pays soient informés de manière complète sur les prestations auxquelles ils ont droit en cas de maladie professionnelle due à l’amiante, la Suva a invité les représentants des travailleurs d’Italie et de Suisse à une rencontre organisée à Lugano.

Certaines maladies professionnelles dues à l’amiante ont un temps de latence prolongé. Les travailleurs italiens ayant subi une exposition à l’amiante durant leur période d’activité en Suisse ne tombent souvent malades que longtemps après leur retour au pays. En cas de maladie professionnelle due à l’amiante, ces personnes ont également droit aux prestations d’assurance de la Suva. Elles peuvent en outre demander à subir des examens préventifs dans le domaine de la médecine du travail. Les travailleurs d’une entreprise étant collectivement assurés contre les accidents et les maladies professionnelles par leur employeur, la Suva ne connaît pas le nom de chaque personne assurée, et bien qu’elle connaisse le nom des travailleurs affiliés à la prévoyance médicale, elle ignore leur adresse. La Suva a donc lancé un appel aux organisations de travailleurs en les priant d’informer les assurés potentiellement concernés et susceptibles de devoir prendre contact avec elle.

Malgré les contacts existant avec de nombreuses personnes concernées en Italie, par ex. par le biais des examens préventifs mentionnés plus haut ou celui de l’assurance-accidents italienne – Istituto Nazionale per l’Assicurazione contro gli Infortuni sul Lavoro (INAIL) –, il est impossible de savoir précisément si tous les travailleurs italiens ayant été exposés à l’amiante en Suisse connaissent les prestations et l’offre de prévention médicale de la Suva. La séance d’information organisée aujourd’hui à Lugano a pour but de remédier à cette lacune.
Rechercher des solutions ensemble
Outre des représentants d’organisations de travailleurs suisses et italiens ainsi que de l’assurance-accidents italienne INAIL, des représentants d’autres organisations spécialisées ainsi que d’associations de personnes concernées étaient présents lors de la table ronde organisée à Lugano. Des spécialistes de la Suva les ont informés sur les propriétés et les risques de l’amiante ainsi que la prévention dans le domaine de la médecine du travail. Ils ont expliqué les prestations d’assurance et les droits des personnes atteintes de maladies dues à une exposition à l’amiante. Dans le cas du cancer de la plèvre (mésothéliome malin), la Suva a évoqué la nouvelle réglementation relative à l’indemnité pour atteinte à l’intégrité. Selon cette dernière, les personnes concernées reçoivent la moitié de l’indemnité à titre d’avance six mois après l’apparition de la maladie. Douze mois plus tard, elles ont droit à l’intégralité de l’indemnité pour atteinte à l’intégrité.

En organisant cette séance d’information, la Suva prouve qu’elle assume ses responsabilités en matière de protection des travailleurs. Pour Edouard Currat, membre de la Direction, cette rencontre remplit une autre fonction primordiale: «Cette table ronde montre que les parties prenantes sont décidées à trouver des solutions ensemble et sans parti pris». Les conditions tragiques dans lesquelles de nombreuses personnes ont subi une exposition à l’amiante sont un fait inéluctable. Si, à l’époque, l’employeur était tenu de fournir aux travailleurs des informations complètes sur les dangers liés au poste de travail, il se peut que les personnes ayant subi une exposition à l’amiante aient entre-temps oublié leurs droits. C’est pourquoi la Suva s’engage à atténuer les conséquences et à faire en sorte que les travailleurs concernés puissent faire valoir leurs droits. Dans ce contexte, l’information – transfrontalière – joue un rôle capital. La séance d’information organisée aujourd’hui à Lugano constitue un pas important dans cette direction pour l’ensemble des participants.
Faits et chiffres sur l’amiante
L’amiante désigne un groupe de fibres minérales présentes dans certains types de roches. Grâce à ses propriétés uniques, l’amiante a été utilisée dans de nombreuses applications industrielles et techniques, par ex. comme composant de matériaux ignifuges ou isolants. En Suisse, l’amiante est interdite depuis 1990.

En 1939, l’asbestose a été reconnue pour la première fois comme maladie professionnelle par la Suva. En Suisse, jusqu’à ce jour, 1635 personnes ont été atteintes de maladies professionnelles dues à l’amiante, dont 750 cas de mésothéliome malin. Chaque année, 60 à 70 cas d’anciens travailleurs atteints de mésothéliome à la suite d’une exposition à l’amiante sont déclarés à la Suva. Depuis 1984, c.-à-d. depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’assurance-accidents, la Suva a versé plus de 377 millions de francs de prestations d’assurance aux personnes atteintes de maladies professionnelles dues à l’amiante.

Informations complémentaires sur le thème de l’amiante 
Pour tout renseignement complémentaire, les journalistes peuvent s’adresser à:
Suva, Relations publiques
Henri Mathis, responsable RP Suisse romande, Rue de Locarno 3,
1701 Fribourg, Tél: 026 350 37 80, fax: 026 350 36 23
E-mail: pr@suva.ch 

Suva, Relations publiques
Manfred Brünnler, chef RP, Fluhmattstrasse 1, 6002 Lucerne
Tél: 041 419 59 03, fax: 041 419 60 62
E-mail: pr@suva.ch 

* * *

Entreprise indépendante de droit public, la Suva assure plus de 100’000 entreprises, respectivement 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est une entreprise à but non lucratif et ne perçoit aucune subvention. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration. Depuis le 1er juillet 2005, la Suva gère également l'assurance-militaire.