Piqûres de tiques

Dans le cadre de la Journée internationale de la forêt du 21 mars 2007, la Suva souligne avec sa nouvelle brochure «Attention aux piqûres de tiques!» le danger que représentent les petits arachnides et indique les mesures de protection correspondantes.

On connaît en Suisse deux maladies infectieuses transmises à l’homme par les piqûres de tiques: la méningo-encéphalite verno-estivale, d’origine virale, et la borréliose ou maladie de Lyme, d’origine bactérienne. Les infections virales peuvent entraîner chez l’homme des inflammations des méninges et, dans de rares cas, de graves affections du cerveau et de la moelle épinière. La borréliose ou maladie de Lyme est quant à elle relativement plus fréquente que la méningo-encéphalite verno-estivale et affecte la peau, les articulations, le cœur et/ou le système nerveux.
Mesures préventives
FelixIneichen, médecin du travail à la Suva, recommande «un examen de la peau après une promenade en forêt, dans des sous-bois ou dans des prés situés à proximité de surfaces boisées». Les piqûres de tiques se situent souvent au niveau des creux poplités, inguinaux et axillaires. Une vaccination offre une bonne protection contre la méningo-encéphalite verno-estivale et s’adresse en particulier aux habitués des régions boisées. En revanche, aucun vaccin ne permet de se prémunir contre la borréliose ou maladie de Lyme. Il est conseillé de porter des vêtements bien couvrants lors de promenades en forêt. Selon FelixIneichen, les couleurs claires sont également recommandées. «Les tiques, plus facilement repérables, peuvent être enlevées avant d’avoir le temps d’atteindre la peau». Ces mesures permettent de réduire considérablement le risque de contracter la borréliose ou maladie de Lyme.
Accident ou maladie: qui assure la prise en charge?
La loi définit la notion d’accident comme «toute atteinte dommageable, soudaine et involontaire, portée au corps humain par une cause extérieure extraordinaire». Une piqûre de tique et ses conséquences remplissent ces critères et sont considérées comme un accident. Les frais de traitement, les indemnités journalières et les rentes éventuelles sont pris en charge dans leur ensemble par l’assurance-accidents. Vous trouverez de plus amples informations sur les symptômes et les formes des maladies infectieuses dues aux piqûres de tiques sous www.bag.admin.ch  (Office fédéral de la santé publique) ou dans la brochure d’information de la Suva «Attention aux piqûres de tiques!».
Informations aux médias:
Nicole Demierre Rossier, Relations publiques Suisse romande, Suva,
Rue Locarno 3, 1701 Fribourg
Tél.026 350 37 83; Fax. 026 350 36 23, courriel: nicole.demierre@suva.ch 

* * *

La Suva est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 100 000 entreprises, respectivement 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Sur mandat de la Confédération, la Suva assume également la gestion de l’assurance militaire. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit aucune subvention. Les gains réalisés profitent exclusivement aux assurés. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.