Remise du Prix Suva des Médias 2007 - La prévention par l'information

La 14e édition du Prix Suva des Médias récompense une enquête réalisée par Catherine Riva sur le danger encouru par les bébés nageurs, un travail de prévention exemplaire. Le jury décerne aussi deux accessits à Sylviane Pittet et à Françoise Ducret.

Le Prix Suva des Médias 2007 distingue trois problèmes de santé publique traités de manière originale et perspicace: affections pulmonaires chez les petits, alcoolisme auprès des jeunes et burn out des travailleurs. Le jury, présidé par Jacques Poget, relève la remarquable contribution de ces travaux médiatiques à la prévention de la santé et à une nécessaire prise de conscience collective.
Bébés en danger dans les piscines
Le 1er Prix couronne par un montant de 7 000 francs une enquête rigoureuse – en plusieurs volets – menée par Catherine Riva. Publié dans Le Matin dimanche, ce dossier sur «le problème des effets secondaires de la trichloramine inhalée dans les piscines couvertes sur l'arbre respiratoire des bébés et des petits enfants » a suscité des réactions multiples. Inquiétude des parents, prise de position de la Société suisse de pédiatrie, interpellation d’un parlementaire au Conseil fédéral: une problématique émerge.

Le chlore utilisé pour désinfecter l’eau libère des trichloramines dans l’air, substances qui peuvent se révéler dangereuses pour la santé. A l’inverse des valeurs limites strictes de chloration de l’eau des piscines, la Suisse ne connaît à ce jour ni mesure, ni normes, ni réglementation concernant la qualité de l’air.

Pour Jacques Poget, «les articles de Catherine Rivasont de ceux, trop rares,qui provoquent directement une amélioration du monde où nous vivons.Elle a déclenché une dynamique constructive pour la santé publique: grâce à elle, il y aura moins d’affections pulmonaireschez les bébés et chez des professionnels du sport ».
Deux accessits pour de poignants témoignages
Le jury récompense d’un accessit Françoise Ducret, journaliste, et Yves Pouliquen, réalisateur, pour leur reportage «Burn out : quand le travail c'est pas la santé » diffusé sur la Télévision Suisse Romande dans le cadre de l’émission de santé «36,9° ». Le burn out, cancer moral, fait de plus en plus de ravages en Suisse et ceci en toute discrétion.

Sylviane Pittet reçoit aussi un accessit pour son article «Trop saoules pour dire non». Publié dans FEMINA, cette enquête relève les risques collatéraux encourus par les adolescentes alcooliques.
La prévention par l’information
Sans la voix des journalistes, les efforts de prévention de la Suva sont vains. C’est précisément pour honorer cette tâche de prévention par l’information que le Prix Suva des Médias a été créé en 1994. Il récompense des travaux en langue française se rapportant à la prévention des accidents et des troubles de la santé, diffusés dans les médias suisses. Pour le jury, composé de journalistes de renom, les œuvres doivent être «originales» par le choix et le traitement du sujet, «attractives» par l’enquête et les témoignages, «convaincantes» par une approche perspicace et compréhensible pour tous.

Une interpellation parlementaire dénommée «Piscines chlorées dangereuses?» a été déposée en mai 2006 par Jean-Claude Rennwald, Conseiller national. Elle devrait être débattue lors d’une prochaine session du Parlement. Le texte est disponible sous www.parlament.ch/f/cv-geschaefte?gesch_id=20063194  
Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec :
Henri Mathis, Responsable RP Suisse romande, rue de Locarno 3, 1701 Fribourg,
tél. 026 350 37 80 / Natel 079321 89 33, henri.mathis@suva.ch 

La Suva est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 100 000 entreprises, respectivement 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Sur mandat de la Confédération, la Suva assume également la gestion de l’assurance militaire. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit aucune subvention. Les gains réalisés profitent exclusivement aux assurés. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.