La Suva lance une nouvelle campagne de prévention pour la sécurité du travail

Les dispositifs de protection des machines et des installations sont neutralisés dans une entreprise sur deux avec, à la clé, une augmentation considérable des risques d’accidents pour le personnel. La Suva entend lutter contre ces abus par le biais de sa nouvelle campagne de prévention «Stop à la manipulation des dispositifs de protection». Elle mène aujourd’hui une opération de sensibilisation auprès des associations professionnelles dans le cadre d’une journée spécialisée à Lucerne.

Une enquête représentative par téléphone effectuée sur mandat de la Suva auprès de 300entreprises dresse un bilan alarmant. 37 % des entreprises interrogées admettent avoir démonté ou désactivé des dispositifs de protection de leurs machines et installations de production automatiques. Les spécialistes en sécurité du travail de la Suva ont constaté dans le cadre d’un contrôle par échantillons de grande envergure que les dispositifs de protection sont en réalité manipulés dans une entreprise sur deux. Si on désactive par exemple un interrupteur de surveillance, la machine ne s’arrête plus automatiquement quand on ouvre le dispositif de protection. 80% des personnes interrogées sous-estiment fortement le risque d’accidents qui en résulte tout en surestimant leurs propres capacités. Or cette attitude peut être lourde de conséquences parce que les manipulations sont souvent à l’origine d’accidents graves, voire mortels.

Dans cette optique, la Suva organise aujourd’hui une journée spécialisée à Lucerne où les représentants des associations professionnelles sont informés sur la nouvelle campagne SuvaPro intitulée «Stop à la manipulation des dispositifs de protection». Ces derniers doivent soutenir cette campagne et sensibiliser les entreprises dans leurs branches.
Durcissement des contrôles et proposition d’aide
Dans le cadre de sa campagne, la Suva en appelle à la responsabilité éthique des employeurs en leur rappelant que les manipulations sont non seulement dangereuses mais aussi interdites et par conséquent répréhensibles. Ainsi, le durcissement des contrôles devient un élément clé de la campagne. Si des manipulations sont constatées, l’employeur doit s’attendre à des sanctions pouvant aller jusqu’à l’arrêt immédiat de l’installation. «On peut travailler efficacement avec des dispositifs de protection actifs», souligne Armin Zimmermann du secteur Arts et métiers et Industrie de la Suva qui présente, lors de cette journée, des exemples et des solutions possibles. Pour lui, nul doute que «ces efforts contribuent non seulement à accroître la sécurité, mais aussi la qualité et la productivité d’une entreprise».
Informations pour les médias:
Henri Mathis,Relations publiques, Suva, Rue de Locarno 3, 1701 Fribourg,
Tel. 026 350 37 80, Fax 026 350 36 23, henri.mathis@suva.ch 

La Suva est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 100 000 entreprises, respectivement 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Sur mandat de la Confédération, la Suva assume également la gestion de l’assurance militaire. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit aucune subvention. Les gains réalisés profitent exclusivement aux assurés. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.