Bruit dans les entreprises: la Suva tend l'oreille

En Suisse, près de 200 000 personnes sont exposées à un niveau de bruit dangereux pour l’ouïe au sein de leur entreprise. Malheureusement, les lésions de l’ouïe sont incurables. La surdité due au bruit - environ 600 cas par an - demeure l’une des maladies professionnelles les plus fréquentes et, par conséquent, une priorité pour la Suva en matière de prévention.

La Suva se situe au premier rang en matière de prévention des troubles de l’audition d’origine professionnelle. En 2007, les spécialistes de l’audiométrie de la Suva se sont rendus à bord de cinq «audiomobiles» dans 4 500 entreprises et ont contrôlé la capacité auditive de plus de 45 000 personnes. Ils réalisent ainsi sur 5 ans un tournus auprès de 22 000 entreprises; ce qui leur permet d’examiner et de conseiller l’ensemble des 200 000 travailleurs exposés au bruit.

Le succès de la prévention

La surdité professionnelle est aujourd’hui quatre fois moins élevée qu’il y a 30 ans et, dans le même laps de temps, le port de protection de l’ouïe au poste de travail est passé de 17 % à plus de 90 % auprès des personnes examinées. Le port obligatoire de protections intervient lorsque le niveau atteint 85 dB(A) et plus sur une année (2000 h/an).

Les «audiomobiles» sont des bus pourvus de l’ensemble des installations nécessaires au contrôle et à l’exécution rationnelle d’examens préventifs de l’ouïe. Les spécialistes de la Suva peuvent ainsi se déplacer dans toute la Suisse et procéder aux tests de surveillance de l’ouïe dans des conditions relativement constantes et selon un même procédé.

Toutes les personnes qui, dans le cadre de leur travail, sont exposées à un niveau sonore de 88 dB(A) ou plus sont astreintes aux examens préventifs. Pour les employés exposés à un niveau plus faible - 85 à 87 dB(A), soit le niveau d’une fraiseuse – l’examen est facultatif, mais l’employeur est tenu de les en informer.

De nombreux secteurs professionnels sont concernés par le bruit: la construction, l’industrie en général et… la musique en particulier. Ainsi, 76% des musiciens d’orchestre sont une fois au moins atteints de troubles dus à l’exercice de leur profession. De plus, dans les locaux de musiques – salle de concerts, bars, discothèques, etc., les oreilles du personnel – technique, rangement, sécurité, service - sont également mis à rude épreuve. Une récente étude de la Suva révèle ainsi que les employés qui travaillent à l’intérieur de tels locaux sont exposés à des niveaux sonores de 90 dB(A) ou plus.

Quels risques durant les loisirs?

La musique ne fait pas que des dégâts auprès des professionnels. Les salles de musiques ou des inventions telles que les lecteurs MP3 peuvent devenir de véritables casse-oreilles pour tout un chacun. Selon des mesures effectuées en 2006 par la Suva, un lecteur MP3 est capable de diffuser - avec le casque d’origine et le volume poussé au maximum - une musique aussi nuisible que le bruit d’un marteau piqueur.

La Suva est consciente de la difficulté pour l’utilisateur d’évaluer correctement les risques en matière de volume et de temps d’exposition. C’est pourquoi elle a développé des conseils spécifiques pour les aider (voir ci-après).

Les objectifs du programme «audiomobile» dans les entreprises
  • examiner régulièrement (en général tous les cinq ans) les personnes professionnellement exposées au bruit pour déterminer leur aptitude à travailler dans le bruit;
  • informer sur la capacité auditive de chacun, les risques d’une activité exposant au bruit et les mesures prophylactiques adéquates;
  • dépister les personnes particulièrement sensibles au bruit ou à l’ouïe déficiente, déterminer le protecteur d’ouïe approprié et en prescrire l’usage;
  • suivre l’évolution d’une éventuelle atteinte de l’ouïe afin de changer à temps de poste de travail les personnes souffrant d’altérations pathologiques ou ne pouvant pas, pour des raisons médicales, porter de protecteurs d’ouïe;
  • contrôler l’état et l’efficacité des moyens de protection fournis grâce à des conseils ciblés en matière de protecteurs d’ouïe et expliquer comment les utiliser correctement;
  • informer et sensibiliser les responsables et les personnes exposées sur les risques de lésions auditives.
Quelques conseils de prévention durant les loisirs

La Suva a mesuré le régulateur de volume de différents appareils et déterminé la durée d'écoute maximale tolérable. Pour un lecteur MP3 respectant les normes européennes, muni d’écouteurs originaux et avec de la musique actuelle hautement comprimée ou traitée pour obtenir un volume maximal, les valeurs limites sont les suivantes :

  • Volume Durée d'écoute maximale
  • Volume maximal (100 %) 1 heure par semaine
  • 9/10 (90 %) de l'affichage de volume 3 heures par semaine
  • 4/5 (80 %) de l'affichage de volume 10 heures par semaine
  • 3/5 (60 %) de l'affichage de volume illimitée
Pour tout renseignement complémentaire, les médias peuvent s’adresser à:

Jean-Luc Alt, Suva, communication d’entreprise, Rue de Locarno 3, 1701 Fribourg
tél. 026 350 37 81, natel 079 434 30 59, jeanluc.alt@suva.ch 

Beat Hohmann , Secteur physique, Suva, Rösslimattstrasse 39, 6002 Lucerne
tél. 041 419 54 94, natel 079 473 09 00, beat.hohmann@suva.ch 

La Suva est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 100 000 entreprises, soit 1,8 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Sur mandat de la Confédération, la Suva assume également la gestion de l’assurance militaire. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit aucune subvention. Les gains réalisés profitent exclusivement aux assurés. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.

Newsletter. Abonnez-vous dès maintenant à l'adresse suivante: www.suva.ch/newsletter-f