CityHELM: La Suva réinvente le casque de cycliste

Après le passage à l'heure d'hiver, les jours raccourcissent et le froid s'installe. Pour protéger les cyclistes pendant la saison hivernale, la Suva a fait réaliser un casque spécial, doté de diodes luminescentes pour une meilleure visibilité et d'un serre-tête molletonné qui tient les oreilles au chaud. Avec le lancement du CityHELM, la Suva entend encourager les personnes se déplaçant chaque jour à bicyclette ou parcourant une courte distance à porter un casque.

Il y a quatre jours, nous avons retardé nos montres d'une heure. Pour les cyclistes, cela signifie qu'ils doivent s'équiper pour l'hiver ou se résigner à voyager en tram ou en bus. La Suva a justement fait réaliser le CityHELM à l’intention des cyclistes qui ne veulent renoncer ni à la bicyclette ni au casque en hiver. Grâce au nouveau casque, ils sont dorénavant équipés pour tous les temps. Afin d'être mieux perçu dans l'obscurité et le brouillard, le CityHELM est doté à l'avant et à l'arrière de diodes luminescentes intégrées qui s'allument automatiquement dès la nuit tombée. Si les diodes garantissent une meilleure sécurité grâce à une visibilité accrue, elles ne remplacent pas pour autant l'éclairage réglementaire du vélo. Le casque est également équipé de fentes d'aération modulables et obturables, d'un revêtement anti-pluie avec motif réfléchissant et d'un serre-tête molletonné pour l'hiver. La ligne sobre du casque est parfaitement adaptée à l'usage quotidien.

Le port du casque en hiver

Avec le lancement du CityHELM, la Suva entend encourager le port du casque pour les déplacements quotidiens à bicyclette. Esther Hess-Infanger, responsable de la campagne casque cycliste à la Suva, déclare à ce propos: «Nous voulons inciter les cyclistes à aussi porter un casque en hiver, car chaque accident est un accident de trop. Nous voulons non seulement réduire les souffrances humaines, mais également les coûts et, au final, en faire profiter nos assurés grâce à des primes plus basses.»

Aujourd'hui, quatre cyclistes sur dix (38 pour cent) portent un casque, mais ce taux a tendance à rester stable. Bien que la plupart des cyclistes (78 pour cent) roulent casqués lorsqu'ils utilisent le VTT ou le vélo de course, ils sont encore trop nombreux à ne pas se protéger pour les petits trajets quotidiens à bicyclette, alors même que les accidents surviennent surtout dans le trafic urbain et sur les parcours de courte distance.

La Suva espère que le design des casques de cycliste conçus pour les déplacements quotidiens de courte durée continuera à se développer, car une chose est sûre: si le casque plaît, on le porte plus volontiers. Nous avons pu gagner à notre cause l'ex-Mister Suisse Tim Wielandt: «Je soutiens la campagne de la Suva, car on ne fait jamais assez pour inciter les cyclistes à porter un casque. C'est pourquoi je suis prêt à donner le bon exemple.»

CityHELM au prix de lancement

Le CityHELM, de couleur anthracite, est disponible en deux tailles (y compris 3 piles AAA).

Taille S/M 54–58 cm (article n° 30510)
Taille L/XL 58–63 cm (article n° 30511)

Le CityHELM est vérifié et certifié selon la norme européenne EN 1078. Il peut être commandé au prix de lancement de CHF 135.- au lieu de CHF 149.- à l'adresse:
Suva, Safety Product Services, Zentweg 25, 3030 Berne, ou par téléphone 0848 777 666, fax 031 338 85 48 ou e-mail www.cityhelm.ch . Le casque est livré franc de port pendant toute la durée de l'offre de lancement, soit jusqu'au 31 décembre 2008.

Le port du casque est essentiel

Au cours des années 1980, l'apparition des VTT et la mode du fitness ont joué un grand rôle dans le regain de popularité de la bicyclette. Cela a également entraîné une «explosion» des accidents de vélo, dont le nombre a augmenté de 83 pour cent entre 1987 et 2006. L'an dernier, 1500 cyclistes ont été victimes de graves traumatismes cranio-cérébraux et 30 personnes sont décédées des suites d'un accident de vélo.

Vu le nombre d'accidents de vélo, la Suva a décidé de lancer à la fin des années 1980 une campagne casque de cycliste afin de réduire le nombre de traumatismes carnio-cérébraux potentiellement graves. Depuis 1987, et avec la popularité croissante du port du casque, la part de traumatismes cranio-cérébraux consécutifs à des accidents de vélo tend à diminuer: cette part, qui représentait 10 pour cent en 1987, n‘était plus que de 4.7 pour cent en 2006.

Le degré de gravité des blessures, avec ou sans traumatismes cranio-cérébraux, se répercute également sur le coût moyen des accidents de vélo:

un accident avec traumatisme cranio-cérébral génère des prestations d’assurance de l’ordre de CHF 41 000.- en moyenne.
un accident sans traumatisme cranio-cérébral coûte environ CHF 5 600.-

Pour tout renseignement complémentaire, les représentants des médias peuvent s'adresser à:

Nadia Gendre, Suva, Communication d'entreprise, Rue de Locarno 3, 1700 Fribourg,
tél. 026 350 37 83, nadia.gendre@suva.ch 

La Suva est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 100 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Sur mandat de la Confédération, la Suva assume également la gestion de l’assurance militaire. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. Ses clients peuvent attendre d’elle: loyauté, compétence, prévenance et efficacité. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit aucune subvention. Les gains réalisés profitent exclusivement aux assurés. Les partenaires sociaux et la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.

Newsletter. Abonnez-vous dès maintenant à l'adresse suivante: www.suva.ch/newsletter-f