La Suva parraine le Mondial des footballeurs du dimanche

La saison des tournois à six, véritable «Coupe du monde des footballeurs du dimanche», débute en même temps que le Mondial. Cette année, la Suva parraine 150 tournois à six dans tout le pays. Un engagement qui porte ses fruits: les tournois soutenus par le plus grand assureur-accidents de Suisse enregistrent nettement moins d'accidents que les autres.

La fièvre du football monte à mesure qu'approche le coup d'envoi du Mondial. Alors que de nombreux matchs seront diffusés sur nos écrans, les footballeurs occasionnels se disputeront la victoire sur le terrain des tournois à six: en Suisse, près de 150 000 hommes et femmes participent chaque année à 350 tournois à six, aussi appelés «Coupe du monde des footballeurs du dimanche». Car à l'approche du Mondial, il n'est pas rare d'en voir qui se prennent pour Alexander Frei ou Cristiano Ronaldo. Mais certains oublient que, contrairement aux stars, ils manquent d'entraînement et de maîtrise technique. De plus, l'ardeur au jeu n'arrange rien, bien au contraire: l'excès d'engagement physique provoque une multitude d'accidents sur le terrain.
Baisse du taux d'accidents
La Suva s'est associée à l’Association suisse de football (ASF) et à l'Association Suisse des Arbitres (ASA) pour promouvoir la sécurité lors des tournois à six. Cette année, elle parraine à nouveau 150 tournois à six et 40 tournois interentreprises dans toute la Suisse. Les résultats obtenus jusqu’ici sont encourageants: à travers sa campagne de prévention, la Suva est parvenue à réduire massivement le nombre d'accidents durant les tournois à six. Aujourd'hui, elle recense en moyenne 3,3 accidents pour 1000 participants lors des rencontres bénéficiant de son soutien. Il y a dix ans, on comptait encore 16 blessés pour 1000 joueurs. Selon Heinz Wyss, responsable de la campagne football: «Nous sommes heureux que le nombre d'accidents continue à baisser. Mais il devient difficile de faire mieux; le football est un sport de contact. On peut toucher l'adversaire, les duels sont inévitables. Il y beaucoup de sauts, de rotations, de bousculades; ces risques de blessures n'existent, par exemple, pas en faisant du jogging».
Recette Suva pour réduire les accidents

La recette de la Suva pour réduire les accidents sur le terrain: un kit comprenant des brochures de prévention, des listes de contrôle, des protège-tibias, des chaussettes, des banderoles, des maillots et un CD pour l'échauffement. La Suva aide aussi les organisateurs qui engagent des arbitres officiels. Ce sont eux les véritables gardiens du fair-play. Le respect des règles du jeu réduit considérablement les risques de blessures. Les organisateurs de tournois à six reçoivent CHF 500.- de la Suva à titre de dédommagement pour les efforts fournis en faveur de la prévention des accidents. En contrepartie, ils s'engagent à respecter les mesures suivantes:

  • protège-tibias obligatoires
  • tenues identiques pour les joueurs de chaque équipe
  • chaussures multi-crampons ou à crampons moulés (pas de baskets)
  • mise en place d'un poste d'infirmerie
  • liste des numéros de secours
  • organisation d'une séance d'échauffement
  • remise de la brochure «La meilleure prévention au football» (réf. 88147.f) à tous les participants.
Un conseil de prévention de Gilbert Gress?
Sur www.gress-cam.ch l'entraîneur légendaire Gilbert Gress s'adresse aux internautes par webcam interposée. Ceux qui lui laissent leur numéro de téléphone sont rappelés peu après et reçoivent quelques conseils de prévention supplémentaires. La Suva mise sur le Web pour diffuser ses messages de prévention des accidents auprès de la génération Internet. L'adresse de la Gress-Cam peut se transmettre à des amis et connaissances par e-mail, Facebook, Twitter ou Buzz.
L'ASJ joue le jeu
Depuis plusieurs années déjà, le tournoi à six de l'Association suisse des journalistes profite des conseils de l'assureur. Ce sera également le cas ce 12 juin 2010 au Stade de la Gérine à Marly.
Révision de la LAA: prestations en danger
La Suva bénéficie d'un financement optimal et ne perçoit aucune subvention de l'Etat. Dans le cadre de la révision en cours de la loi sur l'assurance-accidents, la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) a décidé de réduire les prestations de l'assurance-accidents obligatoire. Elle a abaissé la couverture d'assurance d'environ 20%. Désormais, seuls les salaires jusqu'à 100 000 francs doivent encore être couverts par l'assurance de base au lieu des 126 000 francs actuels. Le degré d'invalidité minimal doit être relevé de 10 à 20%. Actuellement, les petites rentes inférieures à 20% simplifient la réinsertion dans le processus de travail. Cette hausse entraînera une recrudescence des cas de litiges juridiques entre travailleurs et employeurs et la réintégration deviendra plus difficile. Cette réduction des prestations est d'autant plus discutable que l'assurance-accidents fonctionne très bien, repose sur des bases financières solides et n'a pas besoin d'être assainie.
Informations aux médias:
Jean-Luc Alt, communication d'entreprise,
tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

La Suva a été fondée en 1918. Elle emploie près de 2900 personnes au siège de Lucerne, dans ses 19 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 110 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Depuis 2005, elle assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux - employeurs et salariés - de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.