Acouphènes, bourdonnements et autres sifflements désagréables

Une musique trop forte peut mettre l'ouïe à rude épreuve, tel est le message que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Suva souhaitent faire passer par le biais d'un morceau de rap en dialecte suisse alémanique à l'occasion de la Journée contre le bruit. Les groupes romands et tessinois sont eux aussi invités à composer une chanson dans leur langue et à participer au concours organisé à cette occasion.

Allongé dans son lit après une nuit de fête agitée, un jeune homme réalise qu'il n'arrive plus à se débarrasser d'un désagréable bourdonnement d'oreille. Telle est l'histoire contée par les rappeurs Flap et Chandro du duo zougois «Fratelli-B» dans leur morceau intitulé «Du», rap en dialecte suisse alémanique spécialement composé pour la Suva, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et Akustika, l’Association suisse des personnes et entreprises spécialisées de la branche des prothèses auditives. Ce morceau a pour but d'informer les adolescents et les jeunes adultes et d'illustrer les risques auditifs liés à l'écoute d'une musique trop forte. En composant leur chanson, les frères zougois ont fait appel à leur propre expérience. Après un concert, Flap a lui aussi été tourmenté par de pénibles sifflements qui ont persisté pendant longtemps. Vous trouverez de plus amples informations concernant la musique et les troubles de l'ouïe sur www.suva.ch/sifflement .

Le duo Fratelli-B s'est également engagé à attirer l'attention du public sur la protection de l'ouïe lors de ses concerts, souhaitant ainsi contribuer à ce que les jeunes ne mettent pas inconsidérément en péril leur faculté auditive.

Wanted: chansons made in Romandie et Ticino

Les acouphènes ne s'arrêtant pas au Röstigraben, l'OFSP et la Suva souhaitent également sensibiliser les jeunes Romands et Tessinois. Les musiciens de ces régions sont invités à enregistrer une démo ou une maquette dans leur langue et à l'envoyer à l'adresse song@suva.ch d'ici au 31 août 2012, sans oublier de joindre les paroles par écrit. Du point de vue du contenu, le message devra inciter à «protéger ses oreilles contre le bruit et la musique forte». Stylistiquement, tous les genres musicaux sont les bienvenus, seuls les textes en français et en italien étant néanmoins autorisés. Un jury composé de représentants de l'OFSP, de la Suva et de l'industrie musicale sera chargé d'évaluer les morceaux. Les lauréats auront droit à l'enregistrement de leur titre et bénéficieront d'une production professionnelle.

Le clip vidéo «Du» interprété par Fratelli-B peut être visionné sur www.suva.ch/sifflement .

Concours musical

Avec le morceau de rap «Du» des Fratelli-B, la Suva et l'OFSP entendent sensibiliser les jeunes aux dommages auditifs liés à l'écoute d'une musique trop forte. Les groupes romands et tessinois sont invités à participer au concours en envoyant une chanson en français ou en italien sur ce thème.

Condition: la chanson doit contenir le message de prévention «protéger ses oreilles contre le bruit et la musique forte». N'oubliez pas de joindre les paroles par écrit.

Délai de participation: 31 août 2012

Les démos sont à envoyer à: song@suva.ch

Jury: représentants de la Suva, de l'OFSP et de l'industrie musicale

Prix: enregistrement et production du titre

Informations aux médias:

Jean-Luc Alt, Communication d'entreprise,
tél. 026 350 37 81; jeanluc.alt@suva.ch 

Beat Hohmann, chef du secteur physique,
tél. 041 419 54 94, beat.hohmann@suva.ch 

 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3000 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 115 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,3 milliards de francs. Depuis 2005, elle assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.