Suva: sixième abaissement consécutif des primes en 2013

La Suva a réalisé en 2011 un excédent de recettes de 123 millions de francs. Les primes baisseront de nouveau le 1er janvier 2013, en moyenne de 2 % dans l'assurance contre les accidents professionnels et de 1 % dans l'assurance contre les accidents non professionnels. Par ailleurs, la Suva est pour la première fois en mesure de réduire des fonds de compensation dans l'assurance contre les accidents professionnels, ce qui, toujours en moyenne, fera diminuer le coût des primes de 3 % supplémentaires dans cette branche d'assurance. En gros, la moitié des clients paiera moins de primes en 2013.

L'exercice 2011 a été fructueux pour la Suva. Les comptes annuels font ressortir un excédent de recettes de 123 millions de francs (244 millions en 2010). Ernst Mäder, chef des finances: «Vu les conditions adverses qui ont régné sur les marchés financiers, ce résultat peut être qualifié de bon. Le recul des coûts d'assurance, plus particulièrement la diminution du nombre des nouvelles rentes d'invalidité, a principalement contribué au résultat positif.»
Performance stable et taux de couverture solide
La performance de 0,2 % (5,6 %) représente un bon résultat compte tenu de la situation difficile prévalant sur les marchés. Celui.ci a été obtenu sur le portefeuille de placements largement diversifié de 38 milliards de francs (valeur de marché). Il contribue à la situation financière saine de la Suva. Le taux de couverture financière atteint un solide niveau de 118% (121%). Les valeurs immobilisées garantissent sur le long terme les rentes des quelque 100 000 personnes auxquelles environ 140 millions de francs sont versés chaque mois à titre de rentes d'invalidité et de survivants.
Sixième abaissement consécutif des primes

Au total, la Suva restituera 100 millions de francs à ses assurés par le biais d'un abaissement ordinaire des primes et de la réduction de fonds de compensation. Environ la moitié des clients verra sa prime baisser en 2013.

Une prévention efficace, conjuguée à une gestion performante des cas, à un contrôle rigoureux des coûts et à une gestion opérante des risques liés aux placements financiers permettent à la Suva de procéder à un nouvel abaissement des primes en 2013. La baisse atteindra en moyenne 2 % dans l'assurance contre les accidents professionnels et 1 % dans l'assurance contre les accidents non professionnels. La prime effective dépend toutefois du risque de l'entreprise et de la branche, de sorte que des augmentations sont également possibles dans certains cas. Ulrich Fricker, président de Direction: «En 2013, la Suva restituera une cinquantaine de millions de francs à ses assurés sous la forme de primes plus basses, entraînant ainsi une diminution des charges salariales bénéfique pour la place économique suisse.»

Première réduction des réserves possible

Outre les mesures destinées à abaisser les primes, la Suva est à même de réduire certains fonds de compensation, ce qui représente une première. Les fonds de compensation sont constitués progressivement, de manière préventive, à partir des recettes de primes et des produits financiers. Ils permettent de maintenir les primes à un niveau inchangé en cas de récession et évitent d'alourdir les charges salariales annexes supportées par les entreprises pendant les périodes économiques difficiles.

Ulrich Fricker: «En tant qu'assurance sociale, nous avons le privilège d'échapper aux mécanismes de la maximisation du bénéfice à court terme. Nous pouvons ainsi agir dans une perspective à long terme, pour le bien de nos assurés.» Les réserves ayant atteint le maximum prévu dans certaines branches, la Suva procédera, à titre exceptionnel, au remboursement de 50 millions de francs, soit une baisse des primes de 3 % en moyenne dans l'assurance contre les accidents professionnels.

Nombre des nouvelles rentes divisé par deux depuis 2003

Le nombre des accidents et des maladies professionnelles déclarés a augmenté de 1,6 % pour passer à 466 424 en 2011; la hausse a été un peu plus marquée pour les accidents survenus durant les loisirs que pour les accidents professionnels (2,8 % pour les premiers et 2,2 % pour les seconds). Globalement, l'accroissement a toutefois été moins sensible que l'année précédente (2,2 %). Le nombre des nouvelles rentes d'invalidité allouées s'est établi à 1727, atteignant ainsi son plus bas niveau depuis l'introduction en 1984 de la loi sur l'assurance-accidents. Il a presque diminué de moitié par rapport au pic enregistré en 2003 avec 3357 nouvelles rentes. Pour la Suva, cette évolution est aussi le fruit des mesures de réinsertion mises en oeuvre d'une manière systématique.

Maîtrise efficace des coûts

La Suva étant une assurance sociale à but non lucratif, elle restitue les économies réalisées à ses assurés par le biais de primes plus basses. Différentes mesures visant à maîtriser les coûts y contribuent pour une large part. C'est ainsi que la Suva procède chaque année à la vérification électronique ou manuelle de deux millions de factures, ce qui lui évite de payer indûment 100 millions de francs. Par ailleurs, elle lutte rigoureusement contre la fraude à l'assurance en examinant plusieurs centaines de cas chaque année. Elle économise ainsi un montant qui peut aller jusqu'à un demi-million de francs par cas de fraude découvert. A fin 2011, 308 cas avaient été définitivement clos, pour une économie totale d'environ 64 millions de francs.

Prévention: une alliance sans précédent entre les partenaires sociaux

En plus de la prévention des accidents professionnels par le biais du programme «Vision 250 vies», ayant pour but d'éviter 250 cas d'accidents mortels et d'invalidité grave en l'espace de dix ans, la Suva met l'accent sur la manipulation correcte de l'amiante lors des travaux de démolition et de transformation. Dans le secteur de la construction, le lancement en 2011 de la «Charte de la sécurité» a permis de renforcer la collaboration entre les syndicats, les employeurs et les mandataires qui veulent oeuvrer en faveur de davantage de sécurité. S'agissant de la prévention des accidents durant les loisirs, l'effort porte principalement sur les sports d'hiver, le football et le vélo.

Vous trouverez des photos sur la conférence de presse bilan à partir de 14h00 sur www.photopress.ch .

Documentation complète pour les médias: www.suva.ch/conference-de-presse-bilan

Informations aux médias:

Henri Mathis, Communication d'entreprise,
tél. 026 350 37 80, henri.mathis@suva.ch 


La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 118 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.