Vacances d'été: attention aux sports d'aventure

Les vacances d'été sont propices aux activités en plein air. Qu'il s'agisse de base jumping, de scad diving, de courses de quad ou de street luge, les sports à sensations fortes ont le vent en poupe. Mais attention: plus la soif d'aventure est grande, plus les accidents sont nombreux et le risque de réduction des prestations d'assurance ne doit pas être négligé.

Un père de famille dévale une pente dans une balle gonflable: il pratique le zorbing. Durant ses vacances au Tessin, un adolescent montre à ses parents en quoi consiste le kitesurf. A plat ventre sur leur hydrospeed, trois amies descendent des cours d'eau déchaînés. Ces quelques exemples estivaux illustrent le réel succès que connaissent les sports d'aventure en Suisse. Un tel engouement s'avère compréhensible: organiser activement ses loisirs en pratiquant des activités sportives en plein air est un bon moyen de se détendre. Les personnes travaillant toute la semaine en position assise ont besoin d'exercice physique le week-end ou durant leurs vacances. A cela s'ajoute l'attrait de la nouveauté. Cette quête d'aventure constitue certes un moyen efficace de lutter contre la routine quotidienne. Un aspect important ne doit cependant pas être sous-estimé: beaucoup de sports tendance comportent des risques pour la santé.
Sports tendance: qui ne risque rien n'a rien?
Il est pratiquement impossible pour les amateurs d'estimer les risques liés aux nouveaux sports tendance. D'une part, les dangers ne sont pas toujours facilement identifiables. D'autre part, on ne peut attendre d'une personne sans expérience qu'elle sache se comporter de manière adéquate dans les situations critiques. Il est donc essentiel de recourir à un encadrement par des professionnels responsables. Les situations particulièrement dangereuses sont celles où les personnes concernées recherchent le grand frisson à tout prix sans s'être correctement préparées. «La plupart des sports tendance comportent non seulement des risques pour la santé, mais peuvent également entraîner d'importants problèmes financiers en cas d'accident» précise Oliver Biefer, spécialiste en matière de prestations d'assurance à la Suva.
Réduction des prestations d'assurance
En Suisse, les salariés travaillant moins de huit heures par semaine sont assurés à titre obligatoire contre les accidents professionnels et non professionnels. En vertu de la loi, les prestations en espèces, notamment les indemnités journalières et les rentes, peuvent être réduites de 50 % et plus en cas d'accident dû à la pratique d'un sport considéré comme entreprise téméraire. La Suva recense chaque annéequatre-vingt-dix de cas en moyenne concernés par ces réductions. Font partie des entreprises  téméraires les descentes en planche à roulettes (pour autant qu'il s'agisse d'une compétition ou d'une course de vitesse), les courses de quad, le base jumping, le speedflying ou les courses de bateau à moteur. Plus d'informations sur www.suva.ch .
De nombreux accidents peuvent être évités

Les loisirs doivent faire plaisir sans nuire à la santé. La Suva recommande par conséquent de respecter les consignes suivantes, particulièrement lors de la pratique de sports extrêmes populaires:

  • Suivez absolument les instructions d'un spécialiste si un sport est nouveau pour vous.
  • Informez-vous sur le comportement correct à adopter dans une situation dangereuse et exercez-vous plusieurs fois pour être prêt au cas où la situation deviendrait critique.
  • Utilisez toujours le matériel adéquat, un équipement testé et les moyens de protection - même si c'est un peu plus cher.
  • Consultez les conditions de votre contrat d'assurance-accidents. En cas de doute, contractez une assurance complémentaire souvent proposée sur place contre un forfait journalier.
Informations aux médias:

Jean-Luc Alt, Communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 118 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.