14e Journée suisse de la sécurité au travail

Chaque année en Suisse, environ 100 personnes perdent la vie lors d'un accident du travail. Afin de faire baisser ce chiffre, des spécialistes provenant des branches les plus diverses expliquent comment éviter des drames humains au poste de travail lors de la Journée suisse de la sécurité au travail (JSST). Pour cette occasion, environ 280 cadres et spécialistes de la sécurité se sont rencontrés aujourd'hui à Lucerne afin de discuter de la collaboration possible au sein des entreprises - entre les associations, les autorités et tous les autres acteurs impliqués - ce qui constitue un facteur de réussite essentiel en matière de prévention des accidents. De nouvelles impulsions et des exemples tirés de la pratique le prouvent: la prévention des accidents ne peut fonctionner sans collaboration. Par ailleurs, la Suva fête avec ses partenaires le premier anniversaire de la charte de sécurité.

Quel est le point commun entre une personne occupée dans le domaine l'industrie, un garde-chasse et un ouvrier travaillant sur un chantier? Chacun doit pouvoir compter sur un partenaire fiable dans son travail. Au sein d'une entreprise, quels sont les partenariats complémentaires requis afin de pouvoir travailler sans accident? De quelle manière faut-il les concevoir hors entreprise afin de disposer d'une prévention des accidents efficiente? Quelle est la contribution pouvant être fournie par tout un chacun en vue d'une collaboration réussie? Ces questions ont été posées lors de la Journée suisse de la sécurité au travail (JSST) qui s'est déroulée aujourd'hui au Centre de la culture et des congrès (KKL) à Lucerne.
De nombreuses perspectives et un seul objectif
Huit intervenants se sont exprimés sur le thème de cette journée «La prévention, un partenariat gagnant-gagnant». Différents angles ont été abordés: psychologique, sociologique, économique et éthique. Le principal objectif: diminuer le nombre des accidents grâce à un partenariat réussi. Nguyên Merzouga, Manager of Safety, Health & Environment auprès de Nestec SA a par exemple démontré que 96 % des accidents étaient occasionnés par le comportement et non par les conditions de travail. Il importe de ce fait d'adapter le comportement en matière de sécurité de l'ensemble des personnes impliquées afin d'éviter les accidents. Des entretiens positifs et un engagement des cadres permettent d'atteindre cet objectif ambitieux. La preuve en a été fournie par Christophe Vogel, Head of Safety Health & Environment der DSM Nutritional Products. Grâce à l'échange des informations, une qualité de conduite élevée, la participation des collaborateurs et une bonne dose de chance, aucun accident n'est survenu durant 500 jours.
Préserver des vies ensemble

Aucun travail n’est assez important pour risquer sa vie. Il y a un an, la Suva s'est associée pour lancer la Charte de la sécurité dans laquelle tous les signataires, c'est-à-dire les associations d'employeurs, les planificateurs et les syndicats, s'engagent à dire STOP en cas de danger et de ne reprendre le travail qu'une fois le danger écarté. Le bilan pour l'année écoulée est positif: la mise en place des «règles vitales» et des formations systématiques ont permis d'optimiser la sécurité des collaborateurs. Chacun a le droit de rentrer chez lui en bonne santé après le travail. Et, ce n'est que lorsque toutes les parties impliquées - cadres, collaborateurs et partenaires hors entreprise - tirent sur la même corde qu'il sera possible de concrétiser la «Vision 250 vies»: éviter 250 accidents mortels et autant de cas d'invalidité grave au cours des dix prochaines années.

Photos de cette journée (dès 17h00) sur www.photopress.ch  

Informations détaillées www.ekas.admin.ch  

Informations aux médias:
Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST,
Serge Pürro, secrétaire principal CFST, tél. 041 419 51 59, serge.puerro@ekas.ch
Tâches de la CFST
La Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST) fait office de plaque tournante aux plans de la sécurité au travail et de la protection de la santé. A ce titre, elle veille à l’application uniforme des prescriptions de sécurité dans les entreprises, à l’utilisation des moyens financiers disponibles de manière coordonnée et à la collaboration efficace avec les partenaires des inspections cantonales du travail, du SECO, de la Suva et des organisations spécialisées. La Suva assume la présidence de la commission de onze membres, qui regroupe également des représentants des organisations des employeurs et des travailleurs. Informations complémentaires: www.cfst.ch  .
Vision «250 vies»
Les travaux en hauteur, sur les axes à grande circulation ainsi que les travaux dans la construction et les exploitations forestières, comportent des risques élevés. En Suisse, on enregistre dans ces secteurs une centaine d'accidents mortels par an. La Suva et les autres organes d'exécution de la sécurité au travail se sont fixés pour objectif de réduire de moitié ce nombre et de préserver ainsi 250 vies humaines. C'est grâce à une stratégie duelle, d'une part pression d'exécution et mesures systémiques, d'autre part interventions sur les comportements à risque et sensibilisation sur la base de l'examen des causes des accidents, que la Suva entend atteindre cet objectif ambitieux avec 20 initiatives.