Suva: le nombre de cas d'accidents et les coûts d'assurance restent stables

En 2012, la Suva a enregistré 462 071 accidents et maladies professionnelles, soit 0,9 % de moins qu'en 2011. Malgré la hausse continue des indemnités journalières et des frais de traitement, les coûts d'assurance sont restés globalement stables et représentent 2,9 milliards de francs.

Alors que la tendance était encore légèrement à la hausse de 2009 à 2011, la Suva constate actuellement une certaine stagnation du nombre de cas d'accidents. Durant l'exercice 2012, 462 071 accidents ont été déclarés, soit une diminution de 0,9 % par rapport à l'année précédente. Le nombre des accidents professionnels (183 607) a diminué de 1,2 % et celui des accidents non professionnels (260 985) de 0,3 %. L’assurance-accidents des chômeurs (AAC) affiche également une baisse de 5,7 % des cas accidents.
Tableau 1: accidents enregistrés à la Suva
2012 2011 Différence
Nombre total d'accidents et de maladies professionnelles 462 071 466 424 -0,9 %
Accidents professionnels 183 607 185 855 -1,2 %
Maladies professionnelles 2309 2721 -15,1 %
Accidents non professionnels 260 985 261 802 -0,3 %
Assurance facultative des chefs d'entreprise 1170 1202 -2,7 %
Assurance-accidents des chômeurs 14 000 14 844 -5,7 %
Indemnités journalières et frais de traitement à la hausse…
Le montant des indemnités journalières versées par la Suva l'an dernier s'élève à 1,23 milliard de francs, soit 3,6 % de plus qu'en 2011. Les frais de traitement ont également augmenté de 2,1 % par rapport à l'exercice précédent. Les soins médicaux et thérapeutiques des assurés ont en effet coûté près d'un milliard de francs. «La suppression en 2012 d'une partie des contributions cantonales aux frais de traitement hospitalier a largement contribué à l'augmentation des coûts», déclare Felix Weber, membre de la Direction de la Suva et chef du département prestations d'assurance et réadaptation.
Afin de garder le contrôle sur les frais de traitement, la Suva procède chaque année à la vérification manuelle et électronique d'environ 2 millions de factures, ce qui lui évite chaque année de verser indûment près de 100 millions de francs. Elle lutte également contre la fraude à l'assurance et contrôle environ 300 cas suspects chaque année. Elle réalise ainsi une économie pouvant aller jusqu'à un demi-million de francs par cas.
…mais des coûts de rentes à la baisse
Globalement, les coûts d'assurance sont restés stables et représentent 2,9 milliards de francs. Felix Weber: «Le recul du coût des rentes compense la légère augmentation des indemnités journalières et des frais de traitement. Les objectifs 2012 en termes de coûts ont par conséquent été atteints».
Tableau 2: indemnités journalières, frais de traitement et coût des rentes de la Suva
2012 2011 Différence
Nombre total d'accidents avec indemnité journalière 226 721 223 970 +1,2 %
Frais d'indemnité journalière 1232 mio. 1189 mio. +3,6 %
Frais de traitement 1026 mio. 1005 mio. +2,1 %
Nouvelles rentes d'invalidité accordées 1584 1727 -8,3 %
Coût des rentes 438 mio. 482 mio. -9,3 %
Informations aux médias:
Jean-Luc Alt, communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch
La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 118 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’administration.