Sécurité comportementale: une approche participative

Le 4ème Congrès romand sur la sécurité a réuni plus de 380 chefs d'entreprise et chargés de sécurité ce jeudi 16 mai à Yverdon-les-Bains, autour d'une thématique encore peu connue chez nous: «La sécurité comportementale».

De nombreuses entreprises ont réussi ces dernières années à diminuer de manière exemplaire le nombre d’accidents. Une fois les dangers identifiés et suite à la mise en place de mesures techniques, organisationnelles et de protection individuelle, elles voient pourtant leurs résultats en matière de sécurité stagner. En effet, selon Marc Truffer, directeur Sécurité au travail Suisse romande à la Suva, «dans plus de 70 % des cas, c'est un comportement humain inadéquat qui figure parmi les causes d’accidents. Les entreprises se retrouvent donc face au défi d’influencer positivement les comportements individuels et collectifs de leurs cadres et collaborateurs».

Une démarche responsable
La sécurité comportementale permet de franchir un pas supplémentaire en matière de prévention et de sécurité en mettant l'accent sur les relations humaines au sein de l'entreprise. Démarche responsable, elle sous-entend une culture de sécurité établie et largement soutenue par la direction. Elle suppose également une volonté d’améliorer la situation par une approche participative impliquant l’ensemble des personnes concernées. Pour Edouard Currat, membre de la Direction et chef du département Protection de la Santé à la Suva, «la sécurité comportementale, c'est observer les pratiques en place, définir et encourager les comportements adéquats mais aussi partager un objectif ayant du sens pour chaque acteur de l’entreprise. Seul l'ensemble de ces facteurs permet de franchir une étape cruciale vers l’horizon zéro accident».

Information aux médias:
Henri Mathis, communication d'entreprise,
Tél. 026 350 37 80, henri.mathis@suva.ch 


La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public, elle assure près de 118 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. La Suva génère un volume de primes d'environ 4,4 milliards de francs. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.