Suva: septième abaissement consécutif des primes - le président du conseil d'administration, Franz Steinegger, tire sa révérence.

Franz Steinegger a annoncé, lors de la conférence de presse bilan du 14 juin à Lucerne, qu'il remettra son mandat de président du Conseil d'administration de la Suva à la fin de l'année. Il laisse une entreprise en pleine santé qui a dégagé un excédent de 247 millions de francs et réalisé une performance de 8,6 % sur ses placements au cours de l'exercice 2012. Par ailleurs, la Suva a annoncé une nouvelle baisse des taux de primes en 2014.

Franz Steinegger remettra, en fin d'année, une entreprise en excellente santé, comme en témoignent les chiffres de l'exercice 2012 présentés vendredi lors de la conférence de presse bilan qui s'est tenue à Lucerne. La Suva a réalisé un résultat d'exploitation positif de 247 millions de francs. Elle procédera en 2014 à un nouvel abaissement des primes de 1 % en moyenne dans l'assurance contre les accidents professionnels et de 2% en moyenne dans l'assurance contre les accidents non professionnels. La prime effective étant toujours fonction du risque d'accident de l'entreprise et de la branche, certaines entreprises verront néanmoins leurs primes augmenter.
Comme cela a déjà été le cas cette année, l'évolution favorable des affaires autorise en 2014 une nouvelle réduction de certains fonds de compensation dans l'assurance contre les accidents professionnels, ce qui accentuera la baisse des primes dans cette branche d'assurance. «La Suva reversera à ses assurés près de 120 millions de francs sous forme de primes plus basses, entraînant ainsi une diminution des charges salariales bénéfique pour la place économique suisse», déclare le président de Direction, Ulrich Fricker.
Excellente santé financière
Le nombre décroissant des nouvelles rentes d'invalidité et l'excellente performance de 8,6 % réalisée sur les placements ont amplement contribué à la clôture positive de l'exercice. Le bon rendement du portefeuille de placements largement diversifié (valeur de marché: 42 milliards de francs en 2012) renforce encore une assise financière déjà solide. Le degré de couverture financière se situe à 125 %. «Les valeurs immobilisées garantissent sur le long terme les rentes des quelque 100000 assurés auxquels la Suva verse environ 123 millions de francs chaque mois au titres de rentes d'invalidité et de survivants», explique le chef des finances de la Suva, Ernst Mäder.
Pour 2012, 462 071 accidents et maladies professionnelles ont été déclarés, soit près de 1 % de moins que l'année précédente. Cette baisse est notamment due aux offres et campagnes de prévention ciblées de la Suva. Le recul a été un peu plus marqué pour les accidents professionnels que pour les accidents non professionnels (moins 1,2 % contre moins 0,3 %).
La Suva a alloué 1584 nouvelles rentes d'invalidité, le chiffre le plus bas depuis l'introduction de la loi sur l'assurance-accidents en 1984. Par rapport au pic de 3357 rentes octroyées en 2003, leur nombre a donc diminué de plus de moitié en dix ans. La Suva estime que cette évolution est aussi le fruit des mesures de réinsertion mises en œuvre de manière systématique. En outre, les carnets de commandes bien remplis et la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée dans les branches assurées à la Suva ont favorisé la réinsertion, a déclaré Ulrich Fricker lors de la conférence de presse bilan.
Maîtrise des coûts
Différentes mesures ont contribué pour une large part à la réduction des coûts. La Suva procède ainsi chaque année à la vérification électronique ou manuelle de deux millions de factures, évitant de verser une centaine de millions de francs indus. En 2012, elle a par ailleurs mis en place la gestion des fournisseurs de prestations. Pour ce faire, elle a mené des entretiens individuels et défini des mesures avec quelque 150 hôpitaux, cabinets médicaux et autres fournisseurs de prestations, dans le but d'améliorer la collaboration et, le cas échéant, réduire les frais de traitement. S'agissant de la fraude à l'assurance, la Suva examine chaque année plusieurs centaines de cas et empêche ainsi le versement de 180 000 francs en moyenne par cas de fraude décelé. De 2007 à 2012, le montant total des prestations d'assurance indues - dont le versement a pu être évité ou le remboursement exigé - a dépassé 76 millions de francs.
Chiffres-indices
2012 2011 Variation
Recettes de primes en mrd CHF 4,162 4,362 – 4,6 %
Résultat d'exploitation en mio. CHF 247 123 100,8 %
Placements en mrd CHF (valeur de marché) 42 38 10,5 %
Effectif du personnel (postes à plein temps) 3 225 3 147 2,5 %
Entreprises assurées 119 886 117 780 1,8 %
Travailleurs assurés 1 943 000 1 922 000 1,1 %
Accidents et maladies professionnelles déclarés 462 071 466 424 – 0,9 %1,1 %
Rentes versées au total* 93 767 95 357 – 1,7 %
Nouvelles rentes d'invalidité allouées 1 584 1 727 – 8,3 %
* Rentes d'invalidité et de survivants
Sur www.photopress.ch, vous trouvez une vidéo d'information dès 13 heures et des photos de la conférence de presse bilan à Lucerne dès 14 heures. Ces images sont libres de droit et peuvent être publiées. Vous pouvez consulter le dossier de presse complet sur www.suva.ch/conference-de-presse-bilan.
Franz Steinegger, ardent défenseur du «modèle Suva»
Franz Steinegger remettra, à la fin de l'année 2013, la charge de président du Conseil d'administration de la Suva qu'il assume depuis 1991. Son bagage politique, son vaste réseau de relations et son engagement pour le bien du pays prédestinaient l'ancien président du PRD à reprendre la direction de cette importante institution qui représente les intérêts des employeurs comme ceux des travailleurs. Sous son égide, la Suva s'est muée en une entreprise moderne jouissant d'une grande réputation au sein de la population. Elle n'a cessé de renforcer son orientation clients et d'accroître l'efficacité de ses processus. Grâce à ses talents de médiateur, Franz Steinegger a su amener les partenaires sociaux à trouver des solutions pragmatiques et consensuelles, même pendant les périodes tendues sur le plan économique et social.
Il a centré son action, avec le succès que l'on sait, sur la prévention des accidents, la réadaptation et la réinsertion professionnelle des personnes accidentées. Sur ce plan, des décisions stratégiques essentielles pour l’avenir ont été prises sous sa responsabilité. En 1996, le Conseil d’administration approuvait le crédit pour la construction d’une nouvelle clinique à Sion. La Clinique romande de réadaptation (CRR) a ouvert ses portes en 1999. Par ailleurs, les bâtiments d’hospitalisation de la Rehaklinik Bellikon (RKB) ont été entièrement rénovés en 2003 sous l’égide du président du Conseil d’administration. La CRR et la RKB sont les seules cliniques de réadaptation de Suisse à avoir fait de la réinsertion professionnelle des personnes accidentées leur axe principal. Elles proposent des formules inédites pour la réadaptation des victimes d’accidents et affichent depuis des années des taux d’occupation élevés du fait d’une forte demande. Fortes du constat que la réadaptation doit commencer le plus tôt possible après l’accident, les deux cliniques ont fait depuis longtemps de la réadaptation précoce l'une de leurs spécialités. Des étapes essentielles pour l’avenir des cliniques de réadaptation de la Suva ont également été franchies sous Franz Steinegger. Ainsi, le Conseil d’administration a approuvé en 2012 deux crédits destinés à l’extension de la CRR et à la transformation et à l’agrandissement de la RKB.
Dans le débat politique autour de la révision de la LAA, Franz Steinegger a toujours été un ardent défenseur du «modèle Suva», qui fait de cette dernière la seule assurance sociale à pouvoir abaisser les primes tout en maintenant le niveau des prestations. En faisant de l'abaissement des primes et donc des charges salariales annexes une priorité claire, la Suva est parvenue sous son égide à renforcer la place économique suisse. La Suva dispose aujourd'hui d'une assise financière plus solide que jamais, un constat auquel sa politique de placement à long terme, qui porte l'empreinte du président du Conseil d'administration, a également contribué.
Le Conseil fédéral procédera durant l'automne 2013 au renouvellement intégral du Conseil d'administration de la Suva. Les membres de cet organe sont nommés pour une période de six ans sur proposition de leurs associations ou de leurs organisations sectorielles. Le Conseil se constitue lui-même après chaque renouvellement intégral, ce qui signifie qu'il coopte également son président. Le nouveau président du Conseil d'administration sera élu lors de la séance constitutive du 17 décembre 2013.
Informations aux médias:
Jean-Luc Alt, communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch
La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2milliards de francs, elle assure près de 120000 entreprises, soit 1,9million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.