Prix Suva des Médias 2013: trois femmes à l'honneur

Le jury de la 20ème édition du Prix Suva des Médias a remis ses distinctions. Dans la catégorie Audiovisuel, la palme revient à Isabelle Moncada pour son reportage intitulé «La vie grâce aux robots». Dans la catégorie Presse, c'est Eva Grau qui décroche le premier prix pour son article «Accro au Coca light». Enfin, un accessit est attribué à Elise Frioud pour son article «Ils murmurent à l'oreille des taureaux».

Le Prix Suva des Médias a pour but de promouvoir les travaux journalistiques en langue française se rapportant à la prévention des accidents et aux troubles de la santé. Parmi les 31 œuvres soumises cette année, le jury a distingué trois travaux journalistiques remarquables.

«La vie grâce aux robots»

Les progrès de la technologie et de la robotique permettent de compenser de nombreux handicaps, jusqu'à parfois faire mieux que la biologie elle-même. Seul bémol: ces équipements de pointe sont coûteux et les assurances n'acceptent pas toujours d'offrir le meilleur appareil. Un étudiant qui passe sa journée assis dans des salles de cours n'aura peut-être pas besoin - selon les assurances - d'un matériel aussi sophistiqué. Qui décide et comment? Le reportage d'Isabelle Moncada fourmille de témoignages et d'images saisissantes sur le couplage homme-machine-handicap. Diffusé dans l'émission 36.9° sur RTS Télévision le 10 février 2013, il remporte le premier prix pour la catégorie Audiovisuel, d'une valeur de CHF 7'000.--.

«Accro au Coca light»

Le Coca light est le deuxième soda le plus consommé aux Etats-Unis. Depuis 30 ans, son goût et sa capacité à rendre accro comblent certains de ses fans et en désespèrent d'autres. Bien que cette addiction ne soit scientifiquement pas possible - comme l'est celle due à l'alcool, à la nicotine ou à la cocaïne, par exemple - de nombreuses personnes souffrent d'une sensation de manque lorsqu'ils ne peuvent en ingurgiter régulièrement et en grand quantité. Cette œuvre publiée dans le Fémina du 26 août 2012 gagne le premier prix de la catégorie Presse, s'élevant à CHF 7000.--. Cette récompense souligne l'effort consenti par la journaliste Eva Grau pour fournir des renseignements et des témoignages qui cernent parfaitement les conséquences d'une consommation exagérée.

«Ils murmurent à l'oreille des taureaux»

Cette année, le jury a été séduit par l'originalité d'un sujet présenté par Elise Frioud à laquelle il a décidé d'attribuer un accessit d'une valeur de CHF 3'000.--. «Ils murmurent à l'oreille des taureaux» publié dans Agri Hebdo du 5 avril 2013, rappelle combien le comportement des animaux et la relation homme-animal sont complexes. Les connaître permet d’anticiper les réactions des animaux et de travailler en toute sécurité. Cet accessit est un encouragement à l'originalité et souligne l'aspect préventif de l'article.

Le Prix Suva des Médias fête ses 20 ans

Créé en 1993, à l'occasion du 75ème anniversaire de l'entreprise, le Prix Suva des Médias fête cette année ses 20 ans. Afin de marquer ce jubilé, la remise des prix s'est déroulée au sein de la Clinique romande de réadaptation (CRR) à Sion.

La clinique en a profité pour présenter le jour-même son partenariat avec l'EPFL, en particulier les axes de collaboration actuels et la chaire universitaire qui s'installera à la CRR dès 2015 dans le domaine des neuroprothèses et de la neuroingénierie clinique.

Davantage d'informations sur le domaine des neuroprothèses et de la neuroingénierie clinique sont disponibles sous http://www.crr-suva.ch   

Information aux médias:

  • Henri Mathis

    Responsable RP Suisse romande

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2milliards de francs, elle assure près de 120000 entreprises, soit 1,9million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.