Extension de la charte de la sécurité à l'ensemble des branches

Au cours des dix dernières années, plus de 280 personnes ont perdu la vie sur les chantiers. Il y a deux ans, les acteurs de la branche de la constructions ont lancé, en collaboration avec la Suva, une charte de sécurité dans le but de réduire ce nombre de décès. Depuis peu, cette charte s'applique également à toutes les autres branches. C'est en effet là que surviennent les deux tiers des accidents professionnels gravement invalidants ou avec décès.

En septembre 2011, la branche de la construction avait adopté la charte de la sécurité avec comme règles principales: STOP en cas de danger, sécuriser, reprendre le travail. La vie et la santé des travailleurs sont, en effet, une priorité absolue. Cette charte, créée il y a deux ans par les associations des employeurs, des planificateurs et des syndicats - en collaboration avec la Suva - visait à davantage de sécurité sur les chantiers. A ce jour, près de 250 employeurs et associations d'employeurs l'ont signée. Ensemble, ils s'engagent à mettre en oeuvre les principes directeurs de manière concrète - notamment de respecter les règles vitales de la Suva en matière de sécurité.
Une charte de la sécurité sur mesure
Edouard Currat, membre de la Direction de la Suva, en est aujourd'hui convaincu: «La charte de la sécurité entraîne un changement de comportement qui contribue à la diminution du nombre d'accidents professionnels sur les chantiers. Et une extension de cette charte aux autres branches aura un effet similaire». Ces deux dernières années, diverses entreprises et associations ne faisant pas partie des secteurs principal et secondaire de la construction ont, en effet, manifesté la volonté de créer leur propre charte. En les soutenant lors de l'extension de la charte à l'ensemble des branches, la Suva répond ainsi positivement à ce voeu. Dans la réalité, la charte de la sécurité doit être mise en oeuvre et imposée de manière systématique. Elle définit en effet - pour les intervenants de tout niveau hiérarchique - les règles essentielles qui permettent de prévenir les accidents professionnels. Le message-clé: «STOP en cas de danger / Sécuriser / Reprendre le travail» est représenté sur divers supports: rubans de signalisation, affiches et chartes en plusieurs langues mis à la disposition des entreprises, notamment. Des didacticiels gratuits contribuent par ailleurs à l'intégration et la mise en oeuvre de la charte de la sécurité dans le cadre du travail quotidien des collaborateurs. De cette manière, la sécurité au poste de travail devrait être organisée encore plus professionnellement et les défauts sur le plan de la sécurité rapidement supprimés.

250 vies
La charte de la sécurité constitue le lien logique entre la campagne «Vision 250 vies» de la Suva et les règles vitales. Avec la mise en œuvre de la «Vision 250 vies», la Suva veut diminuer de moitié le nombre d'accidents mortels entre 2010 et 2020. Son objectif est ainsi de sauver 250 vies et de prévenir des cas d'invalidité grave. Les membres ayant déjà signé la charte de la sécurité sont répertoriés sur une carte géographique interactive figurant sur www.charte-securite.ch(Le lien est ouvert dans une nouvelle fenêtre) . Toutes les entreprises ne faisant pas encore partie de la charte peuvent s'inscrire gratuitement sur la page web ci-dessus afin de contribuer à la sécurité au poste de travail.

Informations aux médias
Jean-Luc Alt, communication d’entreprise
Tél. 026 350 37 81, "a-link a-link--reference" href="mailto: jeanluc.alt@suva.ch"> jeanluc.alt@suva.ch 



La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 120 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.