Moins d'accidents grâce au test de football de la Suva

Les assureurs-accidents enregistrent 45 000 accidents de football par an. En d'autres termes, toutes les onze minutes, un footballeur se blesse en Suisse. La Suva réagit à cette situation en lançant une nouvelle campagne de prévention le 25 mars 2014. Cette campagne repose principalement sur un test qui permet d'établir un profil de risque individuel et fournit des conseils de prévention des accidents. Alex Frei, directeur sportif du FC Lucerne et ancien joueur de l'équipe nationale, a été le premier à effectuer et commenter le test de la Suva.

Les terrains de football sont le théâtre de buts spectaculaires, de matchs pleins d'émotion, de duels passionnants. Il s'y produit aussi environ 45 000 accidents par an, soit plus que dans n'importe quel autre sport. Cela représente des souffrances et une condamnation à l'inactivité pour les accidentés, un demi-million de jours d'absence pour les entreprises et des coûts de 160 millions de francs pour les assureurs. La Suva a engagé plusieurs partenariats pour accroître la conscience des risques auprès des footballeurs et réduire le nombre d'accidents sur le terrain. C'est également dans cette optique qu'elle lance, le 25 mars 2014, une nouvelle campagne de prévention des accidents de football. «Cette campagne repose sur un test de football en ligne qui permet aux joueurs d'évaluer leur risque d'accident et fournit des conseils pour éviter de se blesser», explique Philippe Gassmann, chef de la campagne auprès de la Suva.
Faire le test et réduire le risque d'accidents
Le test de la Suva est disponible sur Internet: le joueur répond à 50 questions sur des thèmes tels que le fair-play, l'entraînement, l'hygiène de vie ou l'équipement. «Les sept dimensions abordées ont été définies sur la base des résultats de recherches scientifiques, mais aussi avec le concours d'experts de différentes institutions telles que l'Association Suisse de Football», poursuit Philippe Gassmann. L'analyse des résultats du test indique les potentiels d'amélioration pour chaque dimension abordée et fournit des conseils personnalisés pour limiter les risques d'accidents. Les conseils sont présentés sous la forme de petits films vidéo. Chaque dimension est également assortie d'un factsheet avec des informations et des conseils de prévention des accidents. Car qui dit baisse du nombre des accidents dit baisse des coûts. Les économies ainsi réalisées bénéficient aux assurés de la Suva sous la forme de primes plus basses.
Alex Frei est le premier à faire le test de la Suva
Alex Frei, directeur sportif du FC Lucerne et ancien joueur de l'équipe nationale, est le premier à avoir effectué le test de la Suva. «Que l'on soit footballeur amateur ou professionnel, chaque blessure est susceptible d'avoir des conséquences graves», rappelle Alex Frei. Il est, dès lors, important que chaque joueur connaisse son risque d'accident et prenne les mesures nécessaires pour éviter de se blesser. L'analyse des résultats du test accompli par Alex Frei révèle qu'à 34 ans, l'ancien international se prépare toujours de manière exemplaire et structurée, sans jamais oublier l'échauffement, que ce soit à l'entraînement ou avant les matchs. Alex Frei obtient également d'excellents résultats dans le domaine de l'hygiène de vie car, même en tant que senior, il ne consomme jamais d'alcool lorsqu'il joue. En effet, même une infime quantité d'alcool dans le sang suffit à diminuer les réflexes et entamer les capacités de coordination et de concentration. Conséquence: le risque d'accident augmente. En matière de fair-play, le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe nationale pourrait encore réduire son risque de blessure en renonçant aux tacles glissés en situation de duel: un geste qui peut être dangereux pour l'adversaire, mais aussi pour celui qui l'effectue. «Le football vit d'émotions parfois empreintes d'une certaine rudesse, mais il est clair que ni les joueurs ni les clubs ne veulent risquer des blessures inutiles», souligne Alex Frei. L'objectif de la Suva est d'induire une baisse des accidents de football à long terme. Pour éviter que 45 000 footballeurs se retrouvent chaque année sur les sièges des spectateurs!
Informations aux médias
Jean-Luc Alt, communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 120 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.