«Aimer» ou «Partager» peut permettre aux personnes accidentées d'aller ciné

Durant la campagne en ligne «Share if you Care» de la Suva, les utilisateurs de Facebook peuvent faire le bien autour d'eux. En effet, plus ils «aimeront» ou «partageront» l'histoire de Sarah, qui a été victime d'un grave accident, plus les patients des cliniques de réadaptation de Sion et de Bellikon recevront de cadeaux.

15 000 clics sur Facebook sont synonymes d'une expérience inoubliable au sein des cliniques de réadaptation de Sion et de Bellikon. En effet, les patients peuvent plonger dans un monde qui leur fait oublier quelques heures la tragédie qui les a frappés, en se rendant dans un cinéma spécialement construit pour eux. Comment ça fonctionne? C'est aujourd'hui que démarre la campagne en ligne de la Suva «Share if you Care»: plus les utilisateurs de Facebook «partageront» ou «aimeront» les vidéo de SarahHundert, qui a été victime d'un grave accident, plus les patients des deux cliniques en profiteront. Ils recevront, en effet, des cadeaux en fonction de l'engagement des internautes: une boîte de pralinés pour 5000 «Partager» et «J'aime», un cadre photo numérique à partir de 10 000 et des séances de cinéma à la CRR et à la RKB à partir de 15 000.
Dans un fauteuil roulant après un accident à V.T.T.
Sarah Hundert, au coeur de la campagne «Share if you Care», fait partie des 800 000 travailleurs qui sont victimes d'un accident chaque année. Elle avait 18 ans lorsqu'elle est passée par-dessus le guidon de son V.T.T. et est tombée sur le crâne, se brisant plusieurs vertèbres. Elle est aujourd'hui paraplégique, dans un fauteuil roulant. Cinq vidéos la mettent en scène, elle et les personnes qui l'entourent, pour raconter son histoire. Les intervenants témoignent avec force émotion comment ils ont vécu l'accident et comment ils ont aidé la jeune femme à reprendre pied dans sa vie tant privée que professionnelle. Cela peut en effet arriver à tout le monde et chacun peut aussi aider.

Avec la campagne «Share if you Care», la Suva entend montrer combien la solidarité et le soutien des personnes qui entourent une victime d'accident sont importants pour cette dernière.

Les films relatant le destin de Sarah peuvent être visionnés sur www.facebook.com/suvasuisse .
Information aux médias:
Jean-Luc Alt, communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 3200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 120 000 entreprises, soit 1,9 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.