Primes stables pour la plupart des assurés

La Suva a dégagé un solde positif de 61,5 millions de francs durant l'exercice 2013. Sur ce montant, 50 millions de francs prélevés sur les fonds de compensation ont été restitués aux clients. Une bonne performance de 4,7 % a été réalisée sur les placements, et le degré de couverture financière se situait à 128 % au 31 décembre 2013. Pour 2015, la majorité des entreprises assurées peuvent compter sur des primes stables, comme l'a annoncé la Suva lors de sa conférence de presse bilan à Lucerne.

L'exercice 2013 a été bon pour le plus grand assureur-accidents de Suisse: la Suva fait état d'un excédent de produits de 61,5 millions de francs, et son assise financière reste solide, comme l'a expliqué vendredi le président de Direction, Ulrich Fricker, lors de la conférence de presse bilan qui s'est tenue à Lucerne. Sur ce montant, la Suva a restitué 50 millions de francs à ses clients (par le biais d’une nouvelle réduction des fonds de compensation), affichant ainsi un excédent final de 11,5 millions. Par ailleurs, l'entreprise a annoncé vouloir maintenir une grande partie des primes à un niveau inchangé au 1er janvier 2015. «Après un septième abaissement consécutif des primes, la Suva a atteint un nouvel équilibre financier. Cela signifie notamment que la majeure partie des assurés peuvent compter sur des primes stables au 1er janvier prochain», a déclaré Ulrich Fricker, qui a en outre annoncé que, pour un quart environ des clients, il sera procédé à un ajustement vers le haut ou vers le bas en fonction du risque. Ulrich Fricker a résumé en ces termes la situation récente en la matière: «Les abaissements des primes des sept dernières années ont apporté un allègement des charges de près de 4,3 milliards de francs pour la place économique suisse, qui a ainsi gagné durablement en attractivité». Pour l'an prochain, la Suva réduira les suppléments pour frais administratifs de 0,5 point de pourcentage dans l'assurance contre les accidents non professionnels, faisant ainsi bénéficier directement ses clients des gains d’efficacité réalisés.
Bonne performance des placements
La Suva a réalisé en 2013 une bonne performance de 4,7 % sur ses placements. A fin 2013, le degré de couverture financière de l'entreprise était en légère hausse à 128%. Les placements en actions ont principalement contribué à ce résultat positif. Les placements immobiliers ont, quant à eux, de nouveau généré un rendement attrayant. La valeur du portefeuille de placements largement diversifié a passé de 41,9 à 44 milliards de francs. Comme le veut le mandat légal de la Suva, la gestion de la fortune a pour but de dégager un rendement conforme aux conditions du marché et de garantir les rentes. En tant qu’investisseur, la Suva tient à prendre en compte les aspects non seulement financiers, mais aussi écologiques, éthiques et sociaux tout en respectant les normes minimales internationales. C'est la raison pour laquelle le Conseil d'administration a décidé, en novembre 2013, d'intégrer encore plus largement les aspects touchant au développement durable dans la gestion de fortune.
Moins d'accidents professionnels
En termes de statistiques, plus de 50 accidents se produisent chaque heure. C’est ainsi qu’en 2013, les assurés ont annoncé 462 776 accidents professionnels et non professionnels à la Suva, un nombre qui est demeuré relativement stable. Les accidents professionnels enregistrés ont diminué de 1,15 % (181 500), un résultat auquel les campagnes ciblées et les services proposés par la Suva en matière de prévention ont également contribué. Pendant l'exercice considéré, le nombre des nouvelles rentes d'invalidité allouées est remonté pour la première fois depuis dix ans pour passer à 1776, soit une hausse de 12,1 %. «L'avenir nous dira s'il s'agit d'un écart ponctuel dans l'évolution à long terme ou d'un revirement de tendance. Malgré la légère augmentation des nouvelles rentes, les provisions pour invalidité génèrent encore des bénéfices de liquidation, ce qui signifie que les cas de rente sont plus nombreux à être bouclés qu'à être ouverts, et que tous les engagements à long terme sont intégralement couverts», a expliqué le responsable des finances, Ernst Mäder, lors de la conférence de presse bilan. La Suva a également enregistré une hausse de 12,4 % des frais de traitement, qui ont atteint 1154 millions de francs. Cette augmentation sensible est largement due à la suppression des subventions des cantons pour les traitements stationnaires, qui fait que les assureurs-accidents supportent désormais non plus 80 %, mais 100 % des coûts.
Mesures de maîtrise des coûts
La Suva met tout en œuvre pour maîtriser malgré tout la hausse des frais de traitement. Elle procède notamment chaque année à la vérification manuelle et électronique d'environ deux millions de factures, ce qui lui évite à chaque fois de verser indûment près de 140 millions de francs. Elle lutte également contre la fraude à l'assurance et contrôle environ 300 cas suspects par an. «Un cas de fraude mis à jour permet d'économiser jusqu'à un demi-million de francs», a révélé Ernst Mäder.
Révision de la LAA: ne pas mettre en péril ce qui a fait ses preuves
Le nouveau président du Conseil d'administration, Markus Dürr, qui a pris la succession de Franz Steinegger le 1er janvier 2014, a évoqué le processus de révision de la LAA en cours. «Les partenaires sociaux, la Suva et les assureurs ont déposé une demande conjointe auprès du Département fédéral de l'intérieur à fin 2013. Si d'autres changements sont exigés, d'un côté comme de l'autre, ce compromis équilibré avec soin sera menacé», a prévenu Markus Dürr. Dotée d'une assise financière solide, la Suva est parée pour l'après-révision de la LAA. Markus Dürr a mis en exergue le modèle singulier du principal assureur-accidents de Suisse, qui allie étroitement prévention, prestations d'assurance et réadaptation. L'ancien conseiller d'Etat et président de la Conférence des directeurs de la santé a déclaré que, abstraction faite de la révision de la LAA, «affermir la Suva à travers une modernisation de l'organisation et de la gouvernance d'entreprise» constituerait l'une des priorités essentielles de son mandat.
Chiffres-indices
Il sera possible de télécharger une vidéo d'information dès 13 heures et des photos de la conférence de presse dès 14 heures sur www.photopress.ch   (reproduction autorisée).
Documentation complète pour les médias: www.suva.ch/bmk
Informations aux médias
  • Jean-Luc Alt

    Porte-parole

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4000 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 121 000 entreprises, soit 1,95 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.