Prix Suva des Médias 2014: trois oeuvres remarquables

Le jury de la 21ème édition du Prix Suva des Médias a remis ses distinctions. Dans la catégorie Audiovisuel, la palme revient à Sophie Gertsch pour son reportage intitulé «Cancer de la prostate: paroles d’hommes». Dans la catégorie Presse, c'est Sylvie Logean qui décroche le premier prix pour son article «Quand l’esprit guérit le corps». Enfin, Benjamin Bollmann décroche le premier prix de la nouvelle catégorie Coup de coeur pour son article «La science du jogging».

Le Prix Suva des Médias a pour but de promouvoir les travaux journalistiques en langue française se rapportant à la prévention des accidents et aux troubles de la santé.
Parmi les 47 oeuvres soumises cette année, le jury a distingué trois travaux journalistiques remarquables, récompensés chacun de CHF 5'000.--.
«Cancer de la prostate: paroles d’hommes»
Les hommes peinent à parler de leur santé, plus encore de leur intimité. Le cancer le plus fréquent de la population masculine est bien connu; chaque année 6000 hommes de plus de 50 ans le développent et près de 1300 en meurent. Mais les causes de son apparition sont inconnues et le fait qu’il peut se développer longtemps sans symptôme ne favorise pas son dépistage. Diffusé dans l'émission Placebo sur Canal Alpha le 13 août 2013, ce reportage de Sophie Gertsch remporte le Prix de la catégorie Audiovisuel.
«Quand l’esprit guérit le corps»
Une nouvelle tendance médicale fait la part belle à la méditation car elle agit positivement sur notre santé. Cette oeuvre de Sylvie Logean, publiée dans la rubrique «Mieux comprendre» de L’Hebdo du 28 novembre 2013, gagne le Prix de la catégorie Presse. Cette récompense honore «ce décryptage d’un raz-de-marée spirituel», comme le nomme l’auteur, une œuvre qui répond en tous points aux critères du Prix.
«La science du jogging»
Le Prix Coup de coeur du jury va à Benjamin Bollmann pour son travail particulièrement original «La science du jogging». Cette oeuvre publiée dans le supplément In Extenso du magazine In Vivo en novembre 2013, aborde un sujet certes connu mais sous une forme innovante avec de nombreuses informations pratiques, souvent méconnues, même des adeptes de ce sport.
Nouvelle catégorie Coup de coeur
A l’occasion de cette 21ème édition du Prix Suva des Médias, le jury a primé son premier lauréat du «Prix Coup de coeur». Ce nouveau prix récompense un travail particulièrement innovant et/ou surprenant par le thème, la forme et/ou le support médiatique et complète de manière optimale les deux prix Presse et Audiovisuel.
La prévention par l’information
Créé en 1993, le Prix Suva des Médias honore chaque année les travaux des journalistes se rapportant à la prévention des accidents dans les activités professionnelles et privées ainsi qu’à celle des troubles de la santé d’une manière générale. Pour le jury, composé de professionnels reconnus, les oeuvres doivent être «originales» par le choix et le traitement du sujet, «attrayantes» par l’enquête et les témoignages, «convaincantes» par une approche perspicace et compréhensible pour tous. De plus, une attention particulière est portée à la maîtrise journalistique, à savoir la structure du sujet et l'utilisation adéquate du canal de diffusion.
Information aux médias:
Nadia Gendre, Communication d'entreprise,
Tél. 026 350 37 83, nadia.gendre@suva.ch 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4000 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 121 000 entreprises, soit 1,95 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.