Test de football: 77 % des joueurs affichent un risque d'accident accru

14 000 personnes ont fait le test de football proposé par la Suva depuis l'an dernier. Les premières analyses montrent que 77 % des pratiquants affichent un risque d'accident accru. L'Association Suisse de Football ASF intègre le test de la Suva dans la formation des entraîneurs.

Un accident est vite arrivé: claquage, déchirure musculaire ou déchirure ligamentaire. Le football totalise 45 000 accidents chaque année, soit davantage que dans n'importe quel autre sport. En mars 2014, la Suva a inauguré un outil de prévention en ligne qui permet aux joueurs d'évaluer et de réduire leur risque d'accident individuel. 14 000 personnes ont d'ores et déjà répondu aux questions du test de football. «Ce résultat dépasse nos attentes et prouve que le test est apprécié par les personnes qui jouent au football», déclare Philippe Gassmann, chef de la campagne football à la Suva. Les analyses réalisées montrent que 77 % des joueurs ayant fait le test présentent un risque d'accident accru. La situation est particulièrement critique dans le domaine de l'entraînement. L'échauffement constitue un passage obligatoire pour 85 % des personnes qui jouent au football, mais rares sont celles qui pratiquent des exercices de prévention pendant l'entraînement. Le temps accordé à la récupération entre deux séances d'entraînement paraît lui aussi insuffisant chez la plupart des joueurs. Les analyses montrent par ailleurs que le manque de condition physique constitue un autre point faible. «Les entraîneurs auraient notamment la possibilité d'apporter une contribution à la prévention des accidents au niveau de l'entraînement et de la condition physique», ajoute Philippe Gassmann.

Nouveau test de football pour les entraîneurs

L'Association Suisse de Football ASF est elle aussi consciente du rôle des entraîneurs dans le cadre de la prévention des accidents. D'où l'idée d'intégrer le test de la Suva dans les cours de formation et de perfectionnement des entraîneurs. «Les entraîneurs veulent toujours avoir un maximum de joueurs en forme. Ils sont prêts à utiliser tous les moyens permettant de réduire le risque de blessure, et ce d'autant plus avec une méthode simple et largement orientée sur la pratique», affirme Yves Débonnaire, responsable de la formation des entraîneurs à l'ASF. Chaque entraîneur reçoit un «kit test de football» comprenant un mode d'emploi, des fiches de résultats pour les joueurs et un bulletin de participation au concours. L'entraîneur apprend notamment comment exploiter au mieux tous les avantages du test de football et mener son équipe vers le succès.

Goliath se blesse plus souvent que David

David Andreoli, entraîneur du SC Buochs  a lui aussi décidé de mener son équipe vers le succès. Le 4 mars 2015, ce club classé en deuxième ligue recevra le FC St-Gall en quart de finale de la Coupe de Suisse. Un duel familier dans les compétitions: David contre Goliath. D'où l'importance de ne pas avoir de blessés. «Je trouve que le test de football est un excellent outil de prévention et je le ferai avec mon équipe», affirme David Andreoli. Les discussions qui en découleront seront certainement intéressantes et enrichissantes. Si, statistiquement parlant, les chances de victoire du SC Buochs ne sont pas particulièrement élevées, il en va autrement du risque de blessure. Une nouvelle étude vient de montrer que les joueurs qui pratiquent le football en amateurs se blessent moins souvent que les joueurs professionnels.

Toutes les informations concernant le nouveau «kit test de football» pour les entraîneurs peuvent être téléchargées à l'adresse www.suva.ch/test-de-football . Chaque entraîneur ayant répondu au test avec son équipe participera au concours. Le gagnant remportera une invitation VIP pour assister à la finale de la Coupe de Suisse avec ses joueurs.

Informations aux médias

Jean-Luc Alt, communication d’entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4000 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 121 000 entreprises, soit 1,95 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’ad.