Tournois à six: éviter de blesser l'adversaire

La saison des tournois à six a commencé. Pour éviter un accident sur le terrain, se protéger n'est pas suffisant, il faut également faire attention de ne pas blesser l'adversaire. Une enquête de la Suva montre que la moitié des blessures en relation avec les tournois à six sont dues à l'adversaire et un quart à des fautes.

Les tournois à six sont populaires partout en Suisse. Quelque 150 000 passionnés du ballon rond s'affronteront lors des rencontres de cet été. Quel que soit le plaisir que l'on éprouve à y jouer, le foot demeure le sport occasionnant le plus grand nombre d'accidents. Pour mieux comprendre les causes, la Suva a fait réaliser un sondage auprès de 800 personnes assurées. S'il en ressort que seuls 6 % des accidents de football se produisent dans le cadre d'un tournoi à six, il s'avère aussi que la plupart pourraient être évités.

Peu d'alcool, mais pieds nus

«On joue plus longtemps et plus souvent au football dans les clubs que dans les tournois à six. C'est pour cette raison que 70 % des 45 000 accidents de football enregistrés chaque année se produisent dans un club», explique Philippe Gassmann, chef de la campagne de prévention de la Suva. Mais il ne faut pas pour autant sous-estimer les risques dans le cadre des tournois à six: «Il y a encore trop d'accidents que l'on pourrait éviter». Un peu moins d'un quart des sondés ne portaient pas de chaussures appropriées et ils n'étaient qu’une petite moitié à être équipés des protège-tibias recommandés par la Suva. Quelques-uns ont même répondu avoir joué pieds nus. Il n’est dès lors pas étonnant que plus de la moitié des blessures concernent le genou ou la cheville. Les réponses portant sur la consommation d'alcool, en revanche, sont réjouissantes: 90 % des sondés affirment ne pas en avoir consommé avant leur accident.

Un test pour réduire le risque d'accident

La Suva participera cette année encore à plusieurs grands tournois où elle installera un stand de prévention des accidents. Les visiteurs pourront y faire le test de football de la Suva sur une tablette en répondant à une cinquantaine de questions sur l'entraînement, la condition physique, l'hygiène de vie ou l'équipement. Le risque d'accident défini sur la base des réponses données indique des potentiels d'amélioration. Au début de l'année, l'Association Suisse de Football ASF a décidé d'intégrer ce test dans les cours de formation et de perfectionnement des entraîneurs. «Dans les clubs, les entraîneurs jouent un rôle extrêmement important au niveau de la prévention des accidents», souligne Yves Débonnaire, responsable de la formation des entraîneurs à l'ASF.

Nette diminution du risque d'accident

La Suva a lancé l'opération «Sécurité durant les tournois à six» en 1999. En remerciement pour les mesures de prévention mises en œuvre, les organisateurs de tournois à six bénéficient du soutien de la Suva, qui leur fournit par exemple des protège-tibias, des affiches et un programme d'échauffement amusant. Des arbitres officiels mis à disposition grâce au partenariat engagé avec l'ASF supervisent également les matchs. Leur savoir-faire est un gage de fair-play. Depuis 1999, le risque d'accident lors des tournois à six parrainés par la Suva a considérablement diminué en passant d'une quinzaine d'accidents pour 1000 joueurs avant le lancement de la campagne à environ 3,5 aujourd'hui. La diminution du nombre d’accidents entraîne une baisse des coûts, qui profite également aux entreprises assurées sous la forme de primes plus basses.

Infos complémentaires: www.suva.ch/football .

Huit conseils pour éviter les accidents de football
Préparation
  • Ne pas entraîner seulement les jambes, mais le corps entier
  • Ne pas négliger l'entraînement de la musculature du tronc
  • Prévoir le temps nécessaire pour s'échauffer correctement
Equipement
  • Toujours porter des protège-tibias, même à l'entraînement
  • Les modèles avec chevillère offrent la meilleure protection
  • Les chaussures de jogging ou de ville ne conviennent pas pour jouer au foot
Fair-play
  • Respecter les règles de fair-play, faire preuve de prévenance
  • Respecter l'adversaire et ne pas mettre sa santé en danger
Informations aux médias

Jean-Luc Alt, communication d'entreprise
Tél. 026 350 37 81, jeanluc.alt@suva.ch 

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4000 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 121 000 entreprises, soit 1,95 million d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les personnes sans emploi sont assurées automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’administration.