Suppression du supplément de prime destiné au financement des allocations de renchérissement et primes nettes stables

L'exercice 2014 s'est soldé pour la Suva par un résultat réjouissant de 176,3 millions de francs, dont 70,5 millions de francs prélevés sur les fonds de compensation ont été restitués aux assurés. L'excédent de produits net s'établit donc à 105,8 millions de francs. Jouissant d'une excellente santé financière, la Suva annonce que le supplément de prime de 7 % destiné au financement des allocations de renchérissement des rentes en cours sera supprimé dès 2016 pour l'ensemble des assurés et que les primes nettes resteront stables pour la majorité d'entre eux.

A l'occasion de la conférence de presse bilan qui a eu lieu à Lucerne, Ulrich Fricker, président de Direction, a présenté un résultat réjouissant pour l'exercice 2014. Avec un excédent de produits de 176,3 millions de francs, la Suva affiche un résultat supérieur à celui de l'exercice précédent (61,5 millions de francs). L'assureur a procédé à une nouvelle réduction des fonds de compensation et restitué un montant de 70,5 millions de francs aux assurés. L'excédent de produits net réalisé au cours de l'exercice s'établit donc à 105,8 millions de francs. A l'occasion de sa dernière conférence de presse bilan, Ulrich Fricker a annoncé que les primes nettes resteront stables pour la majorité des communautés de risque en 2016. «Seule une minorité fera l'objet d'un ajustement à la hausse ou à la baisse en fonction du risque», a déclaré Fricker. Après sept années de baisse, les primes restent à un niveau pratiquement inchangé pour la deuxième année consécutive. «Cela signifie que nous continuerons à œuvrer pour garantir des primes conformes au risque et aussi basses que possible».

Bonne performance et suppression du supplément de prime de 7 % destiné au financement des allocations de renchérissement

Les placements effectués par la Suva servent à garantir les rentes sur le long terme, conformément au mandat légal de l'assureur. Comme l'a indiqué Ernst Mäder, chef des finances de la Suva, les placements affichent une bonne performance de 7 %. Le degré de couverture était de 134 % en fin d'année et toutes les catégories d'actifs ont contribué à ce résultat positif. «Ce bon résultat profite doublement aux assurés: la Suva jouit d'une assise financière lui permettant de supprimer le supplément de prime destiné au financement des allocations de renchérissement avec effet au 1er janvier 2016. Ce supplément représente actuellement 7 % de la prime nette», a indiqué Mäder. Le supplément de prime sert à financer les allocations de renchérissement des rentes en cours lorsque les excédents des produits réalisés sur les placements n'y suffisent pas. La Suva renonce dès l'année prochaine à ce supplément malgré la situation tendue qui règne actuellement sur les marchés financiers. Cette mesure représente également un allègement de plus de 200 millions de francs par an pour la place économique suisse. Grâce à ses opérations stratégiques de couverture du risque de change, la Suva a bien surmonté l'abandon du cours plancher de l'euro, avec une performance de 3,0 % et un degré de couverture de 137 % à fin mai 2015. Les taux négatifs représentent un défi: les perspectives de rendement pour les placements en titres à revenu fixe sont compromises à plus ou moins longue échéance.

Stabilisation des nouveaux cas de rente

En 2014, les nouvelles rentes affichent un léger recul et s'établissent à 1714 cas au total (contre 1776 en 2013). L'année précédente, l'entreprise avait enregistré une augmentation alors que le nombre des nouvelles rentes avait auparavant diminué pendant plusieurs années. «Au lieu de repartir durablement à la hausse, le nombre des nouvelles rentes semble s'être maintenant stabilisé à ce niveau», a souligné Fricker. Les accidents professionnels sont en légère diminution, soit 179 987 cas au total. Le nombre des accidents durant les loisirs a également légèrement régressé (261 360 cas). Le nombre de cas de sinistres annoncés (maladies professionnelles, assurance des chômeurs, assurance facultative des chefs d'entreprise et assurance militaire comprises) affiche également un léger recul et s'établit à 459 921 cas au total. Une légère augmentation, en revanche, a été enregistrée du côté des frais de traitement, qui se sont établis au total à 1,16 milliard de francs en 2014.

Analyse des données contre les paiements injustifiés

La Suva garantit à ses assurés un traitement approprié et la prise en charge nécessaire à une réinsertion optimale après un accident ou une maladie professionnelle. Un contrôle rigoureux des coûts fait partie, de la même manière, de ses devoirs envers les cotisants. L'an dernier, la Suva a contrôlé 2,3 millions de factures. Cette analyse des données lui a permis d'éviter des paiements injustifiés et d'économiser 160 millions de francs. «Le système d'analyse en question repère, par exemple, un médicament sans rapport avec un traitement, comme un antiasthmatique pour une fracture à la jambe, ou des médicaments aux effets contradictoires», poursuit Fricker. La lutte contre la fraude à l'assurance a elle aussi été intensifiée; elle a déjà permis d'économiser 104 millions de francs depuis 2007.

L'autonomie, facteur de succès

Une fois de plus, le modèle Suva a fait ses preuves. L'autonomie caractéristique de l'entreprise y est pour beaucoup. L'affermissement du plus grand assureur-accidents de Suisse, fruit d'une organisation et d'une gouvernance modernes, a également été cité par Markus Dürr comme faisant partie des principaux facteurs de succès. Le président du Conseil d'administration a par ailleurs évoqué l'importance de la révision de la LAA en cours. Le 4 juin, le Conseil national s’est rallié sans grandes discussions à sa commission, qui avait repris en grande partie le compromis établi entre les partenaires sociaux et les assureurs. Markus Dürr a souligné qu'il ne faudrait pas que d'autres demandes de changement viennent le compromettre. Il est réjouissant de constater que le modèle Suva ne devrait pas faire l’objet d’une remise en question.

Felix Weber nommé président de Direction

Le même jour, le Conseil fédéral, suivant la proposition du Conseil d’administration de la Suva, a nommé Felix Weber au poste de président de Direction avec effet au 1er janvier 2016. Felix Weber dirige depuis 2009 le département prestations d’assurance et réadaptation de la Suva. Il succède à Ulrich Fricker, qui prendra sa retraite en fin d’année après seize années à la tête de l’entreprise.

Chiffres-indices

Il sera possible de télécharger une vidéo d'information dès 13.30h et des photos de la conférence de presse bilan à Lucerne dès 14h sur www.photopress.ch  (reproduction autorisée).
Documentation complète pour les médias: www.suva.ch/bmk

Informations aux médias
  • Jean-Luc Alt

    Porte-parole

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 123 000 entreprises, soit 1,97 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d'administration.