Niveau des primes stable en 2017

La Suva a clos l'exercice 2015 sur un excédent de recettes de 27 millions de francs. Après restitution à ses clients de 48 millions de francs de fonds de compensation, il subsiste un résultat d'exploitation négatif de 21 millions de francs qui reflète l'équilibre des primes et du risque. Le niveau des primes restera stable l'an prochain également.

A l'occasion de sa première conférence de presse bilan en tant que président de Direction, Felix Weber a pu présenter un résultat réjouissant pour l’économie industrielle et artisanale suisse. L'exercice 2015 s'est soldé pour la Suva par un excédent de recettes de 27 millions de francs. De plus, le premier assureur-accidents de Suisse a de nouveau réduit ses fonds de compensation. 48 millions de francs ont été ainsi reversés aux assurés, ce qui s'est traduit en fin de compte par un résultat d'exploitation négatif de 21 millions de francs. Comme l’a expliqué Felix Weber lors de la conférence de presse bilan, «ce résultat est l'expression de l'équilibre des primes et du risque. Il a été possible d’éviter de grever l'industrie et l'artisanat suisses en prélevant inutilement du capital.» En outre, la Suva supprime momentanément, à partir de l'année en cours, le supplément de prime destiné au financement de la compensation du renchérissement. Il en résulte un allégement de quelque 200 millions de francs pour les assurés et donc pour l'économie suisse. Le niveau des primes restera stable en 2017 également. «Ces prochaines années, la Suva continuera de s'employer à maintenir les primes au plus bas niveau possible», a ajouté Felix Weber.
Performance remarquable dans un environnement difficile
Grâce à ses opérations de couverture de change, l’assureur-accidents a bien surmonté l'abandon du cours plancher face à l'euro. La Suva a réalisé l'an dernier une performance remarquable de 1,2 % sur ses placements en dépit d'un environnement exigeant. L’immobilier, les obligations, les actions, les hedge funds et le private equity ont notamment fourni un apport positif. Les valeurs immobilisées ont légèrement augmenté, passant de 46,3 à 46,4 milliards de francs. Ces fonds sont affectés à un but déterminé. Ils servent à assumer le mandat légal consistant à garantir les rentes sur le long terme, mais aussi les frais de traitement et les indemnités journalières pour des accidents passés. Le degré de couverture financière, soit le rapport entre avoirs et engagements, était situé à 133,6 % à la fin de l'exercice 2015 (134,2 % un an plus tôt).

Ernst Mäder, le responsable des finances, juge difficiles les perspectives pour les années à venir. Selon lui, les taux d'intérêt négatifs servis sur le marché monétaire et des capitaux suisse assombrissent l'horizon. Ils ont notamment eu pour effet de renchérir les opérations de couverture de change. Ernst Mäder a présenté les chiffres suivants à fin mai 2016: «La performance des placements était située à 1,1 % tandis que le degré de couverture était estimé à 134 %.»
Nombre d'accidents stables et moins de nouvelles rentes
De 1714 en 2014, le nombre des nouvelles rentes d'invalidité a diminué à 1605 l'an dernier. Felix Weber n’estime toutefois pas qu'il s'agit d'un revirement de tendance. Il considère plutôt qu'un niveau stable est atteint, avec de légers écarts. Les accidents et les maladies professionnelles ont peu augmenté. Leur nombre a passé de 459 921 à 463 186 cas d'une année à l'autre. Les accidents et maladies professionnels ont reflué de 182 141 à 180 376 cas, tandis que le nombre des accidents non professionnels s'est accru, passant de 261 360 à 265 297. En hausse de 1,8 % par rapport à l'année précédente, les frais de traitement se sont élevés à 1,2 milliard de francs. Cette évolution se poursuit en 2016.

La Suva recourt à de nouvelles technologies pour éviter que des prétentions injustifiées ne contribuent à faire augmenter les coûts et donc les primes. En 2015, le contrôle des factures a permis à l'entreprise d'économiser plus de 200 millions de francs. 290 000 factures ont été refusées. Par ailleurs, depuis le début de l'année, un logiciel analyse et compare les habitudes de facturation de fournisseurs de prestations tels que les hôpitaux ou les médecins: le système détecte par exemple si un médecin prescrit systématiquement des pastilles de vitamines à ses patients, que cela soit approprié ou non. La Suva examine ensuite ces cas.
Une base claire
Le président du Conseil d'administration, Markus Dürr, a relevé avec plaisir que la révision de la LAA était close. L'an dernier, le Parlement a adopté le compromis proposé par les partenaires sociaux sans y apporter aucun changement majeur. «La loi révisée consacre le modèle Suva», a déclaré Markus Dürr. Il a souligné que ce modèle alliant prévention, assurance et réadaptation était un facteur de réussite essentiel. Il faut maintenant que la révision de l'ordonnance se déroule pour le mieux. «Vu les défis qui l'attendent, il est important que la Suva puisse aborder l'avenir en se fondant sur une base légale claire», a souligné Markus Dürr. L'environnement économique difficile est exigeant non seulement pour la Suva, mais aussi et surtout pour ses clients. La loi révisée entrera probablement en vigueur au début de l'année 2017.
Chiffres-indices
2015 2014 Variation
Recettes de primes en mrd. CHF

4,240

4,207

0,8 %

Résultat d'exploitation en mio. CHF
(avant réduction des fonds de compensation)
27 176

–84,7 %

Placements en mrd. CHF (valeur de marché)

46,4

46,3

0,3 %

Effectif du personnel (postes à plein temps)

3373

3320

1,6 %

Entreprises assurées

127 000

123 000

3,3 %

Travailleurs assurés

1 975 000

1 974 000

0,1 %

Accidents et maladies professionnelles déclarés

463 186

459 921

0,7%

Rentes versées (total)
Rentes d'invalidité et de survivants

89 556

90 858

–1,4%

Nouvelles rentes d'invalidité allouées

1605

1714

–6,4%

Il sera possible de télécharger une vidéo d'information et des photos de la conférence de presse sur www.photopress.ch  (reproduction autorisée).

Documentation  complète pour les médias
Informations aux médias
  • Jean-Luc Alt

    Porte-parole

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 127 000 entreprises, soit 1,98 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’administration.