Pokémon Go!

La fièvre des Pokémon frappe à nouveau la Suisse. Bien que la nouvelle application Pokémon Go ne soit pas encore officiellement disponible dans notre pays, les premiers Suisses partent virtuellement à la chasse au Pokémon.

Cette chasse d’un nouveau genre présente de nombreux avantages: les joueurs sont à l’air frais et avalent souvent kilomètre sur kilomètre. Bouger régulièrement est bon pour la santé, augmente les capacités de réflexion et fait diminuer le risque d’accident. Mais il n’en est rien si la chasse au Pokémon se termine à l’hôpital suite à une chute ou un faux-pas.

Les cas de chutes et de faux-pas sont souvent banalisés – malheureusement à tort! Un petit faux-pas peut avoir de grosses conséquences: quatre rentes d’invalidité sur dix sont attribuées suite à un tel accident. On dénombre chaque année en Suisse 315 000 accidents consécutifs à une chute ou un faux-pas.

La Suva a appris que les Pokémons se camouflaient volontiers en piège pouvant faire chuter les joueurs. Voici quelques conseils avisés pour éviter un «game over» avant l’heure:

  • Avancez prudemment – même si vous avez été rattrapés par la fièvre des Pokémons. Une mauvaise chute pourrait vous faire rater votre Pokémon..
  • Monter ou descendre des escaliers lors de la recherche de Pokémon peut s’avérer fatal, pour vous ! Aussi, privilégiez de porter votre regard sur les marches plutôt que sur le smartphone.
  • Chassez les Pokémon de jour plutôt que la nuit. En effet les pièges susceptibles de vous faire chuter sont nettement moins visibles de nuit.
Informations aux médias
  • Jean-Luc Alt

    Porte-parole

La Suva exerce son activité depuis1918 et emploie près de 4100 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de primes de 4,2 milliards de francs, elle assure près de 123 000 entreprises, soit 1,97 million d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’administration.