La Suva élargit son offre d'incitations à la réinsertion

La Suva élargit son programme de réinsertion au terme d'un essai concluant. Les employeurs offrant une perspective professionnelle aux personnes ayant été victimes d'un accident bénéficieront d'incitations financières plus conséquentes.

La situation économique actuelle et la numérisation galopante ne facilitent pas la réinsertion professionnelle des travailleurs victimes d'accident et ce d'autant moins lorsqu'il s'agit d'une personne sans formation ou ne disposant que d'une formation sommaire. La Suva vient de lancer le programme «Incitations pour réinsertions en entreprise» pour aider les employeurs proposant des postes de travail adaptés.

Le programme proposé par la Suva se concentre sur les personnes qui, après un accident, se retrouvent dans l'incapacité de poursuivre les activités qu'elles exerçaient auparavant ou ne le peuvent qu'avec un soutien particulier de la part de leur employeur. Le second critère est que les personnes concernées n'ont pas droit à une mesure professionnelle de l'assurance-invalidité (AI), soit parce qu'elles ne peuvent bénéficier d'un reclassement faute de formation, soit parce qu'aucun motif ne justifie une intervention de l'AI. La mise en oeuvre du nouveau programme se fait en étroite collaboration entre la Suva et l'AI.

20 000 francs de récompense en cas de réussite

Le nouveau système d'incitation mis en place profitera à un plus grand nombre d'assurés et d'entreprises. Dans cette optique, la Suva a élargi ses prestations. L'offre proposée s'adresse désormais également aux entreprises qui réintègrent leurs propres collaborateurs après un accident, contrairement à l'ancien système d'incitation réservé aux entreprises ayant créé un nouveau poste pour un travailleur accidenté. En clair: «Nous préférons donner à nos assurés une perspective plutôt qu'une rente», déclare Peter Diermann, chef du secteur prestations d'assurance à la Suva.

Avec le nouveau système d'incitation, la Suva peut offrir jusqu'à 20 000 francs de prise en charge par réinsertion. «Ce montant couvre l'adaptation du poste de travail, une initiation ou des cours de formation permettant un changement d'activité ou l'obtention d'un nouvel emploi», ajoute Peter Diermann. Une récompense de 20 000 francs peut être en outre versée si la mesure débouche sur une réussite. Ces coûts n'ont aucune incidence sur le montant des primes pour les entreprises. L'objectif de la Suva est que ces mesures lui permettent de réaliser des économies financières.

Le programme «Incitations pour réinsertions en entreprise» remplace le projet «Initiative Réintégration professionnelle» grâce auquel la Suva a réinséré 180 assurés et économisé 30 millions de francs de rentes au cours des cinq dernières années.

Informations aux médias
  • Jean-Luc Alt

    Porte-parole

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public avec un volume de prime de 4,2 milliards de francs, de francs, elle assure près de 127 000 entreprises, soit 1,98 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L’entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein de son Conseil d’administration.