Le «modèle Suva», garant de la stabilité des primes en 2016 également

La Suva a procédé en 2016 à une nouvelle réduction des fonds de compensation. Après restitution de 44,9 millions de francs aux assurés, elle affiche un excédent de produits net de 32,2 millions. La Suva table pour l'année à venir sur une évolution stable et sur un niveau des primes globalement inchangé.

Le «modèle Suva» est toujours le ferment du succès du premier assureur-accidents de Suisse. «La gestion fondée sur le partenariat social, conjuguée au fait que la Suva est financièrement autonome et restitue ses gains aux assurés, nous permet d'agir dans l'intérêt de l'industrie et de l'artisanat suisses», a souligné Felix Weber. Le président de Direction a présenté un résultat positif lors de la conférence de presse bilan qui s'est tenue à Lucerne: durant l'exercice 2016, la Suva a réalisé un excédent de produits de 32,2 millions de francs après avoir clos l'exercice précédent par un solde négatif de 20,7 millions de francs. Ce résultat apparaît après la nouvelle réduction de fonds de compensation, sur lesquels 44,9 millions de francs ont été restitués aux assurés. Avant la réduction des fonds de compensation, le solde positif atteignait 77,1 millions de francs, contre 27,0 millions en 2015.
Felix Weber table sur un niveau des primes toujours stable pour les années à venir. Par ailleurs, il a annoncé lors de la conférence de presse bilan que la Suva recentrait son effort sur la prévention. Son approche globale vise à prévenir les accidents tant professionnels que non professionnels et les maladies professionnelles. L'assureur-accidents entend ainsi continuer de contribuer à une évolution favorable des primes et, ce faisant, alléger les charges de l'industrie et de l'artisanat suisses en maintenant les coûts salariaux indirects au plus bas niveau possible. Felix Weber: «Le contexte économique demeure exigeant, en particulier pour les branches assurées à la Suva».

Perspectives toujours exigeantes

La Suva a réalisé en 2016 une performance de 4,1 % sur ses placements malgré les taux d'intérêt négatifs et l'incertitude qui prévalait sur les marchés. Ce résultat est supérieur à la moyenne de 3,3 % relevée sur les dix dernières années. L’immobilier, les obligations, les actions, les placements sur le marché privé, l'or et les matières premières y ont notamment contribué. Les valeurs immobilisées, qui sont affectées à un but précis, se sont inscrites en hausse de 46,4 à 48,0 milliards de francs grâce à cette performance supérieure à la moyenne. Elles couvrent les engagements légaux de la Suva envers ses assurés, en particulier les 88 038 rentes versées. Egalement en hausse, le taux de couverture, soit le rapport entre la fortune et les engagements, a passé de 133,6 % fin 2015 à 135,9 % fin 2016. L'année en cours a également commencé sur une note positive en dépit du contexte tendu. La performance à fin mai se chiffrait à 3,5 %. Le taux de couverture financière est estimé à 139,5 %.
Les perspectives demeurent toutefois exigeantes. «De lourdes incertitudes économiques, financières et politiques subsistent sur le plan national et international», a souligné le chef des finances, Ernst Mäder, qui s'attend à ce que le contexte demeure difficile: les rendements futurs escomptés sur les placements sont toujours nettement inférieurs aux valeurs historiques.

Le nombre de nouvelles rentes reste stable

Le nombre des nouvelles rentes d'invalidité se situe au niveau des années précédentes. Après deux années de baisse, la Suva a vu le nombre de nouveaux cas de rente remonter à 1670 en 2016 (1605 en 2015). Les frais de traitement ont encore augmenté légèrement pour atteindre 1208 millions de francs. Cette hausse modérée devrait se poursuivre cette année. La Suva a enregistré une diminution des accidents et des maladies professionnelles, dont le nombre total a reculé de 463 034 à 461 010. L'évolution des accidents professionnels et non professionnels a sensiblement contribué à cette baisse. Le nombre des accidents professionnels a reflué de 178 478 à 175 589, tout comme celui des accidents non professionnels, qui a passé de 265 209 à 263 987. Le risque de cas (nombre d'accidents par 1000 assurés) a connu de ce fait une évolution réjouissante. Il a reculé de 87,3 à 85,1 dans l'assurance contre les accidents professionnels. Dans l'assurance contre les accidents non professionnels, le risque de cas s'est établi à 128,4, soit en dessous du niveau de 130,5 de l'année précédente.

Démission de Markus Dürr

Lors de sa dernière conférence de presse bilan, Markus Dürr a souligné le caractère unique de la Suva: «L'interaction habile entre prévention, assurance et réadaptation est un facteur de réussite essentiel». Par ailleurs, le président du Conseil de la Suva s'est montré très satisfait que l'assurance-accidents LAA révisée soit en vigueur depuis le 1er janvier 2017. Il aura fallu dix ans pour mener à bien cette refonte. Markus Dürr a jugé particulièrement positif que la loi sur l’assurance-accidents révisée confirme la mission et le rôle de la Suva. Cette révision constituait un objectif majeur de son mandat. Ayant atteint l'âge de 70 ans, il quittera le Conseil de la Suva à la fin de l'année, comme le prévoit désormais la loi. Après avoir été nommé au sein du Conseil d'administration (l'actuel Conseil de la Suva) par le Conseil fédéral en 2009, Markus Dürr avait repris la présidence du Conseil le 1er janvier 2014. Le Conseil de la Suva réglera sa succession lors de sa séance du 17 novembre 2017.
Il sera possible de télécharger une vidéo d'information et des photos de la conférence de presse bilan de Lucerne dès 14 h sur www.photopress.ch    (reproduction autorisée).

Plus d’informations sur la conférence de presse bilan:
Rapport de gestion 2016    
Présentation Felix Weber   
Présentation Ernst Mäder    
Chiffres-indices 
Fiche thématique    

  • Henri Mathis

    Henri Mathis

    Responsable RP Suisse romande

  • Ligne directe: +41 26 350 37 80

  • Enregistrer vCard

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,1 milliards de francs, elle assure près de 128 000 entreprises, soit 2,0 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.