Première neige: risque de chute!

En cas de neige et de verglas, les assureurs-accidents enregistrent jusqu'à quatre fois plus de chutes que les autres jours, comme le montrent les statistiques de la Suva. Ces accidents sont particulièrement nombreux lors de la première neige, et ce d'autant plus lorsqu'elle arrive un lundi matin.

Les premiers flocons qui réjouissent les enfants font partie de la féérie hivernale, mais s'accompagnent d'un pic d'accidents dus à des chutes. Les assureurs-accidents en enregistrent le plus grand nombre lorsque la première neige tombe un lundi matin. Se rendre au travail sans tomber relève alors de la prouesse. «De manière générale, les chutes consécutives à une glissade sur la neige ou le verglas sont plus nombreuses le matin parce que la température est alors plus basse que le soir, que les routes et les trottoirs ne sont pas encore dégagés et que la pénombre limite la visibilité», explique Peter Andermatt, statisticien à la Suva. Lorsqu'il y a de la neige et du verglas, les assureurs-accidents enregistrent jusqu'à 2000 chutes par jour, soit quatre fois plus que les autres jours.

La gravité des blessures, une question de météo

Les statistiques actuelles publiées par la Suva dans le cadre de sa série «Les accidents en chiffres» reposent sur les données fournies par les 29 assureurs LAA chargés de la couverture contre les accidents du travail, les accidents durant les loisirs et les maladies professionnelles, obligatoire pour les personnes actives. Ces statistiques montrent également que les accidents consécutifs à une chute sur la neige ou le verglas représentent pour les assureurs des coûts supplémentaires d'environ 10 millions de francs pour une seule journée. Une chute due à une glissade sur la neige ou le verglas coûte 6700 francs en moyenne, soit 20 % de plus qu'une chute par temps sec (5700 francs). «Cette différence de coût s'explique avant tout par la gravité des blessures», poursuit Peter Andermatt. Les entorses, les foulures et les déchirures de tendons constituent les principales conséquences des chutes. Quand la neige et le verglas sont en cause, le nombre de fractures augmente, et la guérison coûte cher.

Consultez les prévisions avant de sortir!

Alors, que faire pour éviter de tomber sur le chemin du travail? Il est important, avant de sortir de chez soi, de consulter les prévisions météorologiques et de se chausser en conséquence. «Un automobiliste qui roule avec des pneus d'été en hiver est un danger pour lui-même et les autres. Exactement comme un piéton mal chaussé», déclare Raphael Ammann, chef de la campagne chutes et faux pas à la Suva.
La Suva conseille aussi de prévoir suffisamment de temps pour se rendre à son travail et de se déplacer avec prudence, surtout en cas de neige et de verglas. Mais il est vrai que le verglas recouvrant les routes et les trottoirs ne se voit pas toujours au premier coup d'œil: d'où l'intérêt de l'App de MétéoSuisse qui permet de s'abonner pour recevoir des alertes locales en mode push en cas de risque de neige ou de verglas. «La météo ne doit pas nous empêcher de nous rendre au travail en toute sécurité», conclut Raphael Ammann, conseillant également le port de crampons amovibles à fixer sur des chaussures classiques pour éviter de tomber. Une diminution des accidents se traduit par une diminution des coûts qui profite également aux entreprises assurées sous la forme de primes plus basses.

Conseils de la Suva pour éviter les chutes

• Tenez-vous au courant des prévisions météorologiques, par exemple avec l'App de MétéoSuisse, à la radio ou sur Internet.

• Portez des chaussures offrant un bon maintien et munies de semelles crantées.

• Les escaliers verglacés sont particulièrement dangereux. Tenez-vous à la main courante.

• Prévoyez suffisamment de temps pour vos déplacements à pied. Cela vous permet de marcher lentement et de faire attention.

• Empruntez de préférence les passages qui ont déjà été déblayés.

• En cas de neige ou de verglas, prévoyez des crampons pour éviter de glisser.


winter, Wintersaison, Rutschgefahr,

Lorsqu'il y a de la neige et du verglas, les assureurs-accidents enregistrent jusqu'à 2000 chutes par jour.

Rutschgefahr, winter, Wintersaison,

Les escaliers verglacés sont particulièrement dangereux.

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,1 milliards de francs, elle assure près de 128 000 entreprises, soit 2,0 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.