Très bons résultats de la Suva

La Suva fait état pour l'exercice 2017 d'un résultat d'exploitation brut de 363,7 millions de francs. Après restitution de 62,1 millions de francs sur les fonds de compensation, il subsiste un résultat net de 301,6 millions de francs. La valeur de marché des valeurs immobilisées a augmenté, passant à 51,2 milliards de francs, et le degré de couverture financière s'est élevé à 143 %. La Suva, œuvrant dans l'intérêt de l'industrie et de l'artisanat suisses, allège en 2019 les charges de ses assurés à hauteur d'environ 520 millions de francs. Cet allègement prend la forme d'une réduction de prime accordée aux entreprises assurées et aux payeurs de primes de l'assurance contre les accidents non professionnels. L'assise financière de la Suva demeure très solide en cette centième année d'existence.

L'exercice 2017 s'est soldé pour la Suva par un très bon résultat d'exploitation de 363,7 millions de francs. Compte tenu de la restitution aux entreprises assurées de 62,1 millions de francs sur les fonds de compensation, l'excédent de produits se situe à 301,6 millions de francs. L'ensemble des branches d'assurance et des comptes partiels ont connu une évolution stable.

Le résultat réjouissant de l’exercice est dû en particulier à la performance hors pair de 7,8 % réalisée par les placements, faisant ainsi passer les valeurs immobilisées de 48 à 51,2 milliards de francs. Le degré de couverture financière, qui est important pour garantir le paiement des rentes, a passé de 136 % l'année précédente à 143 %.

Le degré de couverture se situe ainsi à un niveau qui permet à la Suva de faire participer ses assurés aux excédents de rendement du capital. Une réduction de prime extraordinaire est accordée de ce fait. Pour l'année de primes 2019, cette réduction équivaut à 15 % de la prime nette, soit le maximum autorisé par le tarif des primes. Pour les entreprises affiliées à l'assurance contre les accidents professionnels, il en résulte un abattement d'environ 220 millions de francs. Les payeurs de primes de l'assurance contre les accidents non professionnels bénéficient eux aussi d'une réduction: leur facture est allégée de quelque 300 millions de francs. L'ensemble des engagements de la Suva envers ses assurés sont toujours intégralement couverts.

Felix Weber, président de Direction, commente: «Je suis ravi que la Suva puisse présenter un résultat réjouissant en cette centième année d'existence et que l'entreprise repose sur une assise financière très solide. Les résultats exceptionnels générés par les placements nous permettent de donner un coup de pouce supplémentaire à l'industrie et à l'artisanat suisses en procédant à une réduction substantielle des primes.»

Evolution de la sécurité au travail et durant les loisirs

Au total, 465 701 accidents et maladies professionnelles ont été déclarés à la Suva en 2017. S'agissant des accidents professionnels et des maladies professionnelles, leur nombre est demeuré stable à environ 178 000. En recul depuis des années, le risque de cas (nombre d'accidents pour 1000 travailleurs à plein temps) a diminué en 2017 de 0,6 % à 84,6. Le travail de prévention accompli dans le domaine de la sécurité au travail, conjugué à la tendance à la baisse des activités à risque due à la mutation structurelle permanente, en est le motif. Après avoir diminué de 0,5 % l'année précédente, les accidents non professionnels ont augmenté de 1,9 % en 2017, atteignant près de 269 000 cas au total. Le risque de cas dépasse ainsi à nouveau 130 accidents non professionnels pour 1000 travailleurs à plein temps.

Evolution globalement modérée des coûts

Malgré tous les efforts de prévention et de réadaptation, des rentes sont inévitables. Le nombre des rentes d'invalidité notifiées en 2017 a marqué un léger recul de 0,7 % à 1658. Par contre, les coûts occasionnés par ces rentes d'invalidité ont augmenté de 2,8 % à 576 millions de francs. Le nombre croissant des versements d'indemnités journalières a eu un impact sur le coût de ces dernières, qui s’est accru de 1,7 % à 1,373 milliard de francs.

La gestion des frais de traitement de la Suva a porté ses fruits en 2017, les mesures mises en œuvre pour maîtriser les coûts produisant leurs effets. Malgré une augmentation de 0,4 % du nombre des cas, les frais de traitement ont diminué de 0,1 % à 1,206 milliard de francs. A l'heure actuelle, 96 % des 2,2 millions de factures sont traitées par voie électronique. L'an dernier, le contrôle manuel et automatique mis en place a permis à la Suva de refuser des factures pour un montant de 210 millions de francs et d'économiser ainsi 53 millions de francs en valeur nette. Ce résultat s'est traduit par une baisse d'un demi pour cent des frais de traitement moyens par cas.


Il sera possible de télécharger une vidéo d'information (en allemand) et des photos de la conférence de presse bilan à Lucerne dès 14 h sur www.photopress.ch (reproduction autorisée).

Le dossier de presse complet peut être consulté sur www.suva.ch/bmk.

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2,0 million d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.