SwissSkills 2018: apprendre à affronter les risques

Cette semaine s’ouvrira l’édition 2018 des SwissSkills, le plus grand salon des métiers au monde. La Suva participera à l’événement en tant que sponsor et partenaire en matière de prévention. Elle proposera aux futurs professionnels un parcours d’expérimentation destiné à leur montrer que les risques ne sont pas insurmontables dès lors que l’on sait comment s’en prémunir.

C’est au plus tard lorsque la scolarité touche à sa fin que l’on se pose une question décisive: vers quel métier se tourner? Pour y voir plus clair, près de 63 000 écoliers et écolières assisteront aux SwissSkills 2018. Cette manifestation, qui propose 75 championnats des métiers et 60 démonstrations, constitue en effet l’occasion idéale de découvrir le monde du travail sous un jour unique et de choisir son apprentissage.

Maîtriser les risques pour réduire le nombre d’accidents

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: les apprentis présentent un risque d’accident plus élevé que les autres collaborateurs. Chaque année, 25 000 apprentis sont victimes d’un accident professionnel en Suisse, dont trois en moyenne connaissent une issue fatale. Un apprenti sur huit est donc victime d’un accident au cours de l’année. Pour encourager au plus tôt la maîtrise des risques par les jeunes, la Suva a lancé il y a cinq ans la campagne «Apprentissage en toute sécurité». Dans ce cadre, le principal assureur-accidents de Suisse proposera pendant les SwissSkills 2018 un parcours d’expérimentation ayant pour vocation de sensibiliser les jeunes aux risques, au travail comme durant les loisirs. «Compte tenu de la diversité des métiers, les risques d’accident sont de nature très hétérogène. En prenant cette initiative dans le cadre des SwissSkills, nous entendons montrer aux apprentis qu’ils ne doivent pas se laisser intimider par les risques», explique Paul Looser, chef de la campagne à la Suva. «Aussi élevé que soit le risque, l’important est de l’identifier et de comprendre comment s’en prémunir.»

Comprendre en expérimentant

Sur une surface de 240 m2, les visiteurs se voient proposer huit modules de prévention leur montrant comment éliminer les risques, au travail comme durant les loisirs, et à quoi ressemble la vie d’un handicapé. L’accent est notamment mis sur les moyens d’éviter des blessures à la tête et aux yeux ainsi que sur les dangers liés au fait de se montrer distrait. Les jeunes se retrouvent par exemple dans la peau d’une personne victime d’une lésion cérébrale, dont les mains ne répondent plus aux ordres donnés par le cerveau. Un simulateur de choc leur permet par ailleurs de ressentir ce que l’on éprouve lorsqu’un objet nous tombe sur la tête, alors que l’on porte un casque. Ils découvrent ensuite les conséquences qu’auraient pu avoir ce type d’accident en l’absence de casque. Des spécialistes de la prévention de la Suva invitent en outre les participants à tester leurs cordes vocales dans un hurloir. Les résultats obtenus sont comparés avec les niveaux sonores d’équipements de travail tels qu’un marteau pneumatique ou une scie circulaire. Les visiteurs prennent ainsi conscience du seuil à partir duquel il convient de porter des protecteurs d’ouïe au travail.

Venez découvrir notre parcours d’expérimentation entre le 12 et le 15 septembre 2018, à Berne . Nos spécialistes de la prévention se tiendront à votre disposition pour une interview ou un entretien.

Informations complémentaires:
www.suva.ch/apprentis    
www.swiss-skills.ch   

Suva_SichereLehrzeit_3460.tif Sicherheitsparcours

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.