Les assureurs-accidents européens se réunissent à Lucerne

La Suva, le plus grand assureur-accidents de Suisse, a invité les membres du Forum européen de l'assurance accidents du travail à la conférence annuelle qui se tenait à Lucerne. L’importance de la numérisation pour la société et ses répercussions sur l’assurance-accidents y ont été mises en lumière.

Ces jours-ci s’est tenue à Lucerne une rencontre des assureurs-accidents des pays d’Europe. Le «Forum européen de l’assurance accidents du travail et maladies professionnelles» a été fondé en 1992. Son but est de promouvoir l'échange d’expériences et d’informations entre les organismes des pays membres. Ceux-ci sont souvent confrontés aux mêmes problèmes dans le cadre de l’assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles, de la prévention et de la réadaptation. «Je me réjouis tout spécialement que la Suva reçoive, à l’occasion de son centenaire, les organismes de l'assurance accidents du travail au Forum européen», a déclaré Daniel Roscher, membre de la Direction de la Suva, qui assumait cette année la présidence du Forum européen. La Suva a invité ses homologues à Lucerne en leur proposant de débattre de l’assurance-accidents 4.0 et de l’impact de la numérisation.

La numérisation transforme l’assurance-accidents

La numérisation transforme le monde du travail, la réalité des assurés et la branche de l’assurance. De nouveaux risques d’accidents apparaissent et l’assurance sociale est confrontée à des problématiques inédites, tant au niveau des opportunités que des risques. Les principaux intervenants à la conférence ont traité ces problématiques et les questions qui en découlent.
David Bosshart, prévisionniste et directeur de l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI, centre d’études sur les questions de politique économique et sociale), a articulé sa présentation introductive autour d'une série de réflexions sur les répercussions de la numérisation sur les individus. Partant du principe que le monde du travail est en pleine mutation, de nouvelles questions se posent non seulement dans le domaine de la prévention des accidents et de la réinsertion suite à un accident du travail, mais aussi au niveau des processus administratifs des assurances.

 

Edlyn Höller, directrice du département Assurance et prestations de la DGUV (assurance-accidents obligatoire allemande), a montré dans son exposé l’importance de la numérisation pour l’assurance-accidents ainsi que ses répercussions sur les assureurs-accidents. Klaus Mainzer, professeur, philosophe et théoricien en sciences, a souligné que l’intelligence artificielle pouvait devenir un défi social et exigeait, par conséquent, d'être mise au service de la société. En marge de ces interventions, les représentantes et représentants des Etats présents à la rencontre ont eu l’occasion d’échanger et d’élargir leurs horizons respectifs en participant à des ateliers thématiques variés («Big Data et la gestion des sinistres», «Numérisation et réadaptation médicale», «Numérisation et prévention» ou encore «Work 4.0»). L’an prochain, c’est la Lituanie qui accueillera le Forum.

Infos complémentaires:

https://www.europeanforum.org/ 

European Forum Conference 2018   

 
Daniel Roscher am GesprächspultUnfallversicherer Europas treffen sich in Luzern

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d'environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2 millions d'actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l'assurance chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l'assurance militaire sur mandat de la Confédération. Ses prestations comprennent la prévention, l'assurance et la réadaptation. L'entreprise est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux, employeurs et salariés, de même que la Confédération sont représentés au sein du Conseil de la Suva.