Header_Medienmitteilung_161018_f_1260x276px.jpg

La sécurité au travail s’applique également aux chômeurs

Le Secrétariat d’Etat à l’économie SECO, l’Association des offices suisses du travail AOST et Insertion Suisse, l’association faîtière nationale de l’insertion sociale et professionnelle, ont signé ensemble la Charte de la sécurité de la Suva. L’objectif est de réduire le nombre des accidents parmi les bénéficiaires de mesures relatives au marché du travail.

Depuis la création de la Suva, le nombre d’accidents professionnels ne cesse de diminuer. Cependant, près de 250 000 personnes sont victimes d’un accident chaque année. Ces accidents concernent également les bénéficiaires de mesures relatives au marché du travail  . Ces mesures ont pour but de faciliter la réinsertion rapide et durable des personnes au chômage. Qu’il s’agisse d’un emploi temporaire, d’un stage professionnel ou d’un semestre de motivation, la sécurité au travail et la protection de la santé doivent toujours être prioritaires.

STOP en cas de danger

En signant la Charte de la sécurité de la Suva, le SECO, l’AOST et Insertion Suisse ont confirmé leur intention de promouvoir le mot d’ordre «dire STOP en cas de danger», qui implique également une reprise du travail uniquement lorsque les conditions de sécurité sont rétablies. L’accent a été mis en particulier sur les bénéficiaires de mesures relatives au marché du travail: «Nous sommes conscients qu’une signature ne suffira pas à éviter les accidents. Notre tâche est d’inciter les cantons et les organisateurs de mesures relatives au marché du travail à ancrer l’esprit de la Charte de la sécurité dans leur travail quotidien et à adhérer à leur tour à cette charte», indique Oliver Schärli, chef du centre de prestations Marché du travail et assurance-chômage de la Direction du travail auprès du SECO. C’est également l’avis de Louis Schelbert, président d’Insertion Suisse, qui est convaincu que la mise en application de la Charte de la sécurité peut éviter des accidents et des souffrances. Pour sa part, Bruno Sauter, président de l’AOST, insiste sur la nécessité d’obtenir le soutien des cantons: «Les cantons sont responsables de l’attribution des marchés et contrôlent la qualité de la mise en œuvre des mesures relatives au marché du travail. Ils sont donc obligés de s’engager pour la prévention des accidents».

Des règles qui sauvent des vies

L’adhésion à la Charte de la sécurité constitue un engagement public de tous les signataires en faveur du respect et de la mise en œuvre systématiques des règles vitales de la Suva ainsi que des règles internes à l’entreprise. «Nos analyses prouvent que les règles vitales peuvent sauver des vies. Dans plus de 60 % des accidents du travail mortels, l’une de ces règles a été enfreinte. Ensemble, nous pouvons encore réduire le nombre d’accidents si tous les bénéficiaires de mesures relatives au marché du travail respectent systématiquement les règles vitales», souligne Felix Weber, président de la Direction de la Suva.

Adhésion à portée de clic

Les membres ayant déjà signé la Charte de la sécurité sont répertoriés sur une carte interactive figurant sur www.charte-securite.ch  . Toutes les entreprises qui ne sont pas encore membres et souhaitent contribuer à la sécurité au poste de travail, comme plus de 9000 signataires à ce jour, peuvent s’inscrire gratuitement à cette même adresse.

Unterzeichnung der Sicherheits Charta. Von Links nach rechts: Oliver Schärli, Leiter des Bereichs Arbeitsmarkt/Arbeitslosenversicherung in der Direktion für Arbeit beim SECO, Louis Schelbert, Präsident nationaler Dachverband der sozialen und beruflichen Arbeitsintegration Schweiz AIS,Bruno Sauter, Präsident Verband Schweizerischer Arbeitsmarktbehörden VSAA, Felix Werber, Vorsitzender der Geschäftsleitung der Suva

De gauche à droite:

 

Oliver Schärli, chef du centre de prestations Marché du travail et assurance-chômage de la Direction du travail auprès du SECO

Louis Schelbert, président d’Insertion Suisse

Bruno Sauter, président de l’Association des offices suisses du travail AOST

Felix Weber, président de la Direction de la Suva