Header_Medienmitteilung_fog_commslab_1260x276px.jpg

Assumer ses responsabilités, une approche avantageuse pour les entreprises

Une étude de commsLAB AG et du fög – Forschungsinstitut Öffentlichkeit und Gesellschaft / Université de Zurich montre qu’assumer une «responsabilité socio-économique» s'avère avantageux pour les entreprises. Cette étude publiée par la Suva se base sur des données médias ainsi que sur des chiffres économiques de quelque 130 entreprises suisses.

Depuis la crise des marchés financiers de 2007/2008, les attentes que la société place dans la «Corporate Responsibility» (responsabilité des entreprises) se sont transformées du tout au tout. Désormais, l'opinion publique juge davantage les entreprises et les branches d’activité selon les responsabilités qu'elles prennent dans le domaine économique.

La réputation, facteur de création de valeur ajoutée

Dans une première partie, l’étude se penche sur l’évolution de la confiance publique dans l’économie suisse et ses entreprises. En associant l’évolution de la réputation et les paramètres économiques d’entreprises cotées en bourse, elle montre qu’une réputation supérieure à la moyenne est également un facteur de création de valeur ajoutée. La perception publique véhiculée par les médias joue ainsi un rôle prépondérant tant dans l’acquisition et la destruction de la réputation que dans la réussite économique d’une entreprise.

Aujourd’hui, l'opinion publique porte un regard différent sur les entreprises qui adoptent un comportement responsable

La réputation est l’expression d’attentes sociétales satisfaites. La seconde partie de l’étude examine quels facteurs ont gagné ou perdu en importance dans les médias entre 2005 et juin 2018. Alors qu’au début de cette période, les éléments particulièrement importants étaient la réussite économique et la responsabilité vis-à-vis des actionnaires, la responsabilité envers le site est devenue au fil de la crise une caractéristique distinctive primordiale pour le grand public.

La responsabilité envers le site, une approche fructueuse à plusieurs égards

L’étude conclut que l’intégration de la responsabilité envers le site est extrêmement avantageuse pour les différentes entreprises et branches économiques au niveau tant immatériel (effets de réputation) que matériel (effets économiques). Les entreprises communément perçues comme responsables envers le site disposent d’un plus grand pouvoir prescriptif dans la communication publique. Elles sont par conséquent davantage en mesure d'influencer leur positionnement public avec leurs propres messages. De plus, leurs dirigeants jouissent d’une plus grande confiance.

Une étude publiée par la Suva

A l’occasion de son centenaire, la Suva a participé à la présente étude sur l’économie suisse. Avec son modèle d’affaires axé depuis toujours sur la conjugaison entre activités sociales et économiques, la Suva se présente comme un acteur économiquement responsable. Felix Weber, président de Direction de la Suva, le confirme : «Par son engagement en faveur de la sécurité des travailleurs, la Suva a apporté au cours des 100 dernières années une importante contribution non seulement à la paix sociale, mais aussi à la prospérité économique de la Suisse. Nous sommes parés pour poursuivre cette mission durant le siècle à venir.»

L’étude complète est disponible en langue allemande, et un résumé existe en français et en anglais :
Volkswirtschaftliche Verantwortung als Wertschöpfungsfaktor – Reputation und öffentliche Wahrnehmung der Schweizer Wirtschaft im Wandel (étude en allemand)    
Résume (français)   
Résume (anglais) 

 

Informations aux médias:
Angelo Gisler
commsLAB AG / fög, Université de Zurich
Tél. 061 205 25 73,

Infos complémentaires: www.commslab.com  ; www.foeg.uzh.ch  

 

Henri Mathis, communication d’entreprise

Tél. 026 350 37 80,

Volkswirtschaftliche Verantwortung

La Suva exerce son activité depuis 1918 et emploie près de 4200 personnes au siège de Lucerne, dans ses 18 agences réparties dans toute la Suisse et dans ses deux cliniques de réadaptation de Bellikon et de Sion. Entreprise indépendante de droit public générant un volume de primes d’environ 4,2 milliards de francs, elle assure près de 129 000 entreprises, soit 2,0 millions d’actifs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Les bénéficiaires de l’assurance-chômage sont assurés automatiquement à la Suva. Depuis 2005, la Suva assume aussi la gestion de l’assurance militaire sur mandat de la Confédération. Les prestations de la Suva comprennent la prévention, l’assurance et la réadaptation. La Suva est financièrement autonome et ne perçoit pas de subventions. Ses excédents de recettes sont redistribués aux assurés sous forme de réductions de primes. Les partenaires sociaux – employeurs et salariés – de même que la Confédéra-tion sont représentés au sein du Conseil de la Suva.